background preloader

Hommes & Femmes

Facebook Twitter

Les entreprises restent imbibées de normes masculines. Annalisa Casini est professeur de psychologie du travail à l’UCL.

Les entreprises restent imbibées de normes masculines

Spécialiste du fameux « plafond de verre », elle constate que plus on monte dans la hiérarchie, moins on y trouve de femmes. Et en dénonce les raisons… Avant toute chose, que faut-il entendre par la notion de « plafond de verre » ? La définition générique de « plafond de verre » renvoie précisément à la position de pouvoir que ne parviennent pas à atteindre les femmes au sein de leur entreprise, de leur université, de leur organisation, bref de l’institution pour laquelle elles travaillent. On pense par exemple à la fonction de chef de département, d’administrateur ou encore à celle de top manager.

Ce phénomène varie-t-il selon les secteurs d’activité ? Oui, très clairement. Peut-on dès lors parler de stéréotypes de genre ? Non, absolument pas car les femmes participent largement à ce phénomène. À quoi ressemble la femme « type » qui est arrivée au top ? Elles se soumettent à la norme masculine, donc ? Oui, certainement. Les hommes gagnent 16,4 % de plus que les femmes dans la zone euro. L'écart de salaire entre les hommes et les femmes s'élevait à 16,4 % en 2013 dans l'Union européenne (UE), et les pays du nord de l'Europe sont loin d'être les plus vertueux, selon des chiffres publiés jeudi 5 mars par l'office européen de statistiques Eurostat.

Les hommes gagnent 16,4 % de plus que les femmes dans la zone euro

C'est l'Estonie qui compte l'écart de rémunération entre hommes et femmes le plus important : il atteignait 29,9 % en 2013. Suivent l'Autriche (23 %), la République tchèque (22,1 %) et l'Allemagne (21,6 %). A l'inverse, c'est en Slovénie que l'écart est le plus faible (3,2 %), suivie par Malte (5,1 %), la Pologne (6,4 %), l'Italie (7,3 %) et la Croatie (7,4 %).

La France se situe dans le milieu de tableau, avec un écart de 15,2 %, comme la Suède. Par rapport à 2008, l'écart a diminué dans une majorité de pays de l'UE, mais a augmenté dans une dizaine d'autres, comme au Portugal, où il s'est accru de 3,8 points de pourcentage à 13 %. Devenir manager quand on est une femme : quelles différences entre entreprises sociales et classiques ?

Mi-septembre, PLS organise une journée d'ateliers participatifs afin de mieux comprendre les différences entre économie classique et entreprises de l'économie sociale en ce qui concerne l'accès des femmes aux postes à responsabilité.

Devenir manager quand on est une femme : quelles différences entre entreprises sociales et classiques ?

Ces ateliers permettront de contribuer à l'étude réalisée par PLS sur le sujet. Ils s'adressent ainsi aux managers de ces entreprises, mais également aux associations, chercheur-euse-s et pouvoirs publics investis sur la question. Programme Des ateliers pour identifier les bonnes pratiques des entreprises Le matin, deux ateliers participatifs à destination des entreprises discuteront en parallèle de l'accès des femmes aux postes à responsabilité : l'un dans les entreprises sociales, l'autre dans les entreprises classiques. Un atelier commun pour identifier les recommandations avec les ONG et pouvoirs publics Le programme provisoire est téléchargeable ci-contre. Informations pratiques Gender Balance Power Map, c'est quoi ?

L'écart salarial hommes-femmes stagne. Les femmes continuent de gagner 10% de moins que les hommes en Belgique, confirmant que l’écart salarial ne diminue plus, selon le rapport 2014 de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes.

L'écart salarial hommes-femmes stagne

Ce rapport se base sur des données de 2011 : il n’y aurait pas eu d’évolution depuis 2010. Certains secteurs plus concernés L’écart salarial était de 12% en 2007 et de 11% en 2008 et 2009. Les différences entre hommes et femmes les plus flagrantes se trouvent parmi les employés et les ouvriers du secteur privé (respectivement 25% et 20%). La différence entre les salaires annuels est encore plus importante : les hommes gagneraient au moins 22% de plus que les femmes, suite à un nombre conséquent de ces dernières travaillant à temps partiel.

Un "écart ethnique" ? Selon ce rapport, un "écart ethnique" est à noter : le phénomène concernerait plus les femmes n’étant pas originaires de l’Union Européenne. Gouvernements régionaux : la parité homme femme peine à s'imposer. Sur les 13 ministres que comptent la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles, seules 3 femmes décrochent un portefeuille de compétences.

Gouvernements régionaux : la parité homme femme peine à s'imposer

Visiblement, lors de la formation des gouvernements régionaux, la parité homme femme ne se trouvait pas dans les priorités des présidents de partis. Vie Féminine : « la 6e réforme de l’État va creuser les écarts entre les hommes et les femmes » Égalité homme femme : la Déclaration de Pékin donne la marche à suivre Suite logique aux élections, les élus - légitimes représentants du peuple - forment les gouvernements. Comme un contrat noué avec l’électeur, ces heureux agents du pouvoir s’engagent à représenter au mieux le peuple qui les a choisis.

Où sont les femmes ? Une seule femme assure une fonction ministérielle dans le gouvernement wallon.