Schiste / Gaz bitumineux

Facebook Twitter
Terre : "Gaz de schiste, une exploitation à risque
Une toute nouvelle étude publiée le 5 avril par la célèbre agence américaine de l’énergie, Energy Information Administration, estime que la France détient les plus larges ressources de gaz de schiste techniquement recouvrables en Europe, au même niveau que la Pologne. Le montant, estimé à 5 trillions de mètres cubes, est mirobolant, et il ne contient même pas les ressources en huile de schiste. Il permettrait à la France de couvrir sa consommation annuelle de gaz sans importation pendant 100 ans ! Gaz de schiste : espoirs et craintes suscités par ces nouvelles ressources Gaz de schiste : espoirs et craintes suscités par ces nouvelles ressources
Pas meilleur que le charbon | Agence Science-Presse-Mozilla Firefox Pas meilleur que le charbon | Agence Science-Presse-Mozilla Firefox Cela n’aura pas été la première fois que la réalité déboulonne un mythe; à ceux qui croyaient, l’industrie gazière en premier lieu, que l’exploitation des gaz de schiste constituerait un outil de lutte contre les gaz à effet de serre, la réalité a répondu par la bouche de nombreux chercheurs, comme Robert Howarth, de l’Université de Cornell, dans l’État de New York. Cliquer sur la photo pour agrandir Ce chercheur a publié une étude qui contredit les arguments avancés par l’industrie à l’effet que, de façon générale, exploiter cette ressource émet moins de CO2 que le charbon.
La filière du gaz de schiste profite déjà au Québec, dit Sophie Brochu La filière du gaz de schiste profite déjà au Québec, dit Sophie Brochu Le Québec profite déjà du développement du gaz de schiste en Amérique du Nord et pourrait en bénéficier encore plus si l'industrie passait en mode exploitation dans la province, a soutenu hier la présidente et chef de la direction de Gaz Métro, Sophie Brochu. Dans un discours prononcé à la tribune de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Mme Brochu a relevé que les écoles, hôpitaux, entreprises et clients résidentiels québécois ont épargné quelque 800 millions au cours des deux dernières années grâce à la baisse des cours du gaz naturel suscitée par le développement des schistes aux États-Unis et dans le reste du Canada. «Aujourd'hui, le Québec bénéficie économiquement, tangiblement, de l'émergence du gaz de schiste en Amérique du Nord», a-t-elle déclaré aux journalistes après son allocution.
Atlantico : la France peut-elle se passer du gaz de schiste ? Max Falque : Les informations les plus récentes laissent à penser qu’il s’agit d’une énorme nouvelle source d’énergie, comme si on avait découvert une ou plusieurs Arabie Saoudite, mais présente sur tous les continents et donc susceptible de bouleverser la géopolitique énergétique. Les enjeux sont tels qu’il vaut mieux voir les choses en face : ne pas s’opposer systématiquement et considérer le gaz de schiste non comme un inconvénient mais comme une chance. Nous risquons en France de nous trouver dans une situation comparable à celle des OGM. Environnement : l'avenir du gaz de schiste en France Environnement : l'avenir du gaz de schiste en France
Exploitation du gaz de schiste : vers une discussion "en urgence" à l'Assemblée Exploitation du gaz de schiste : vers une discussion "en urgence" à l'Assemblée Le ministre de l'industrie et de l'énergie, Eric Besson, a fait état d'une possible discussion en urgence, le 10 mai à l'Assemblée, d'une proposition de loi visant à interdire l'exploration et l'exploitation des gaz et huiles de schiste en France. Cela alors que plusieurs propositions de loi ont été déposées en ce sens et qu'un rapport sur la question "va être remis incessamment" aux ministères de l'industrie et de l'écologie, a observé Eric Besson devant la presse, à l'issue d'une réunion à Bercy avec la filière pétrolière. Selon lui le premier ministre, François Fillon, a "décidé que l'une des propositions de loi (...) serait discutée en urgence, urgence demandée par le gouvernement, et ce serait le 10 mai. (...) Sur la base de cette proposition, le gouvernement va préciser sa position", a ajouté Eric Besson.
Gaz de schiste : l'Etat décidé à interdire les forages - ENVIRONNEMENT ENERGIE
«Gasland» débarque en France - ENERGIE GAZ-Mozilla Firefox
Maintenant que le holà du BAPE a été entendu, on peut enfin se permettre de poser “les vraies questions” sur le gaz de schiste. Le BAPE, rappelons-le, recommande une étude tous azimuts du dossier des gaz de schistes accompagnée d'une pause dans l'exploitation. Cliquer sur la photo pour agrandir Une question que l'étude ne devrait pas éviter: celle du dioxyde de carbone. S'il doit y avoir une exploitation du schiste, elle devrait à tout le moins être accompagnée du nec plus ultra en matière de « nettoyage » de ce gaz à effet de serre: la captation et la séquestration du dioxyde de carbone, ou CSC. La CSC consiste à retirer le dioxyde de carbone d'un gaz comme le gaz de schiste pour ensuite l'enfouir profondément dans le sol. Nettoyer le gaz de schiste Nettoyer le gaz de schiste
La proposition de loi de l'UMP visant l'interdiction des gaz de schiste - ENVIRONNEMENT
L'hostilité au gaz de schiste monte parmi les députés - ENVIRONNEMENT
Alors qu'enfle la polémique sur les dangers liés à cette ressource énergétique, le premier ministre polonais, Donald Tusk, a déclaré mardi 29 mars que son pays était "déterminé" à explorer et à exploiter son gaz de schiste. "Nous sommes déterminés à ce que les recherches et l'exploitation du gaz de schiste deviennent un fait", a indiqué le chef du gouvernement lors d'une conférence à Varsovie. Selon lui, la perspective de l'exploitation du gaz de schiste "s'inscrit dans la stratégie de la sécurité énergétique de l'ensemble de l'Europe, donc de la Pologne". Le chef du gouvernement a insisté cependant sur le fait que l'exploitation des gisements du gaz de schiste doit se faire obligatoirement en respectant l'environnement. La Pologne veut exploiter son gaz de schiste La Pologne veut exploiter son gaz de schiste
Le GNV ou gaz naturel pour véhicules fonctionne donc. Certains pays comme l’Inde et la Nouvelle-Zélande l’utilisent même à grande échelle et ne peuvent que s’en féliciter. Tout d’abord, ce type de carburant permet de réduire de 25% les émissions de CO2 par rapport à l’essence et de 80% celles d’oxyde d’azote, et outre son prix très avantageux, les émissions de particules du GNV sont faibles, voir nulles. De plus, après extraction, le gaz naturel ne nécessite pas de traitement lourd comme le pétrole qui doit être distillé dans d'imposantes raffineries. Et si on remplaçait l’essence ? | Agence Science-Presse-Mozilla Firefox Et si on remplaçait l’essence ? | Agence Science-Presse-Mozilla Firefox
Les permis accordés dans le sud de la France pour la prospection de gaz de schiste. © Marion Boucharlat /Owni Gaz de schiste : au point mort jusqu’en juin - 2 Photos Alors que l’énergie nucléaire est sur la sellette après la catastrophe subie par la centrale de Fukushima, les regards se tourneront-ils sur le gaz de schiste ? Gaz de schiste : au point mort jusqu’en juin Gaz de schiste : au point mort jusqu’en juin
Le gaz de schiste, nouvelle frontière de l'industrie des hydrocarbures, a de quoi faire peur, mais l'Europe aura du mal à s'en passer. IHS-CERA, un centre d'études de référence étroitement lié aux plus grandes firmes mondiales de l'énergie, affirme que l'exploitation du gaz de schiste est indispensable si l'Europe veut compenser le déclin amorcé de sa production de gaz naturel conventionnel. A peu près inexploitées pour l'instant, les réserves de gaz de schiste dont dispose l'Europe « rivalisent » avec celles de l'Amérique du Nord, où les extractions sont déjà massives, soutient IHS-CERA dans une analyse publiée le 9 mars. Gaz de schiste : l’Europe peut-elle faire sans ? - Oil Man - Blog LeMonde.fr Gaz de schiste : l’Europe peut-elle faire sans ? - Oil Man - Blog LeMonde.fr
L'ABC du schiste: la radioactivité, en plus? (Agence Science-Presse) Comme si le gaz de schiste ne suscitait déjà pas assez d’inquiétudes, un reportage américain a trouvé le moyen d’en ajouter une couche : l’eau contaminée serait radioactive. Mais est-on sûr d’avoir posé les bonnes questions? Cliquer sur la photo pour agrandir
Fin de saison enlevante dans la saga « Gaz de schiste »
Un temps d'arrêt pour les gaz de schiste !
À moins d'avoir érigé la contestation en principe de vie, je ne vois pas qui voudrait défendre encore l'exploitation des gaz de schiste telle qu'elle se pratique actuellement alors que paraissent ça et ça. Il y a de ces compromis qui tiennent du gros bon sens, quoi qu'en pensent les conspirationistes. Cliquer sur la photo pour agrandir Schiste vert..?
Sous-sols donnés en vertu de la loi... L’écosystème tel qu’on le conçoit depuis le milieu du 20e siècle se définit comme l’ensemble des organismes vivants : animaux, organismes et bactéries. Ceux-ci dépendent du sol sur ou dans lequel ils évoluent or donc du sous-sol. Depuis près de 400 ans, au Québec, les terres fertiles apportent à chaque année du travail à de nombreux agriculteurs. Ceux-ci jouent un rôle précurseur dans l’économie du Québec et, au chapitre du développement durable, permettent une grande part d’autonomie à la population en diminuant les nécessités d’importation. Cliquer sur la photo pour agrandir
Étude du besoin, calcul de la nécessité…
Contre le gaz de schiste, le Larzac de Bové bouge (encore)
Le ministère de l'Ecologie tente d'apaiser le débat - ENVIRONNEMENT
Gaz de shiste : fuites, remous et tentatives de colmatage
Gaz de schiste : le document de Total sur Montélimar - ENERGIE
Gaz de schiste : les projets sont provisoirement suspendus
Bris de confiance envers l'industrie des gaz de schiste
Les gaz de schistes (shale gas) : quels enjeux, quel avenir ?