background preloader

Tourisme de luxe

Facebook Twitter

Note. Fichier. Page web. Photo. Eco-tourisme de luxe : "Less is more" XEnvoyer cet article par e-mail Eco-tourisme de luxe : "Less is more" XEnvoyer cet article par e-mailEco-tourisme de luxe : "Less is more" Le mouvement de fond est enclenché. Le traditionnel amateur de luxe d'hier pourrait bien aujourd'hui faire figure d'enfant gâté.

La crise est passée par là, et avec elle l'intégration de nouveaux principes respectueux de l'environnement sous toutes ses dimensions. La consommation ostentatoire est en grande partie délaissée. Une chose est certaine, c'est que les attentes ont changé. Même dans un palace au luxe extrême, on peut accepter de n'avoir pas ses draps changés tous les jours – sacrilège ! En attendant, l'offre doit s'adapter et l'équation n'est pas toujours simple, car le tourisme de luxe tendance écolo se doit de jongler avec les contradictions, ou tout simplement doit se réinventer. Voyager responsable Olivia Robert, responsable développement durable chez Voyages-sncf.com, est au diapason. Par Carole Aïach-Soussan. Croisières de luxe : Oceania, un nouveau venu sur le marché français. Filiale de Prestige Cruises Holding et sœur de Regen Seven Seas Cruises, Oceania a repris en 2002 le flambeau de Renaissance Cruises, pour proposer des croisières haut de gamme, d’un luxe élégant et décontracté à la fois, dont la gastronomie et les tarifs tout inclus sont les deux principaux piliers.

Peu connue sur le marché français, cette jeune compagnie américaine veut pourtant s’y faire une place en proposant un concept à mi-chemin du « yachting » de ses consœurs, comme Crystal ou Seabourn, et des clubs flottants proposés par les majors du marché international. Alors qu’elle opère sur des bateaux de 625 cabines, pour le Marina et le Riviera, ou de 342 cabines, pour les trois sisterships, le Regatta, l’Insignia et le Nautica, le tonnage de ses navires reste imposant, avec 66 084 pour les plus grands et 30 277 pour les 3 plus modestes.

De grands espace publics et des longues escale Autres articles Norwegian Cruise Line rachète Prestige Cruises 36% d’early bookers et 50% de repeaters. » Le tourisme de luxe, c’est chic! Le tourisme de luxe est tout le contraire du tourisme de masse. Il fait appel à la personnalisation totale du voyage. Le client qui aime le luxe veut être «reconnu» et se sentir comme la personne la plus importante au monde. Il recherche des expériences authentiques et souhaite passer du bon temps en famille. D’ailleurs, les séjours multigénérationnels ou en famille constituent la plus grande tendance dans le tourisme de luxe. Qu’est-ce que le tourisme de luxe? Selon Olivier Glasberg, directeur de la ligne de produits de luxe Émotions, du développement et de l’innovation des produits chez Voyages Kuoni, le luxe, c’est la privatisation au maximum des services (transferts, véhicules, accueil, guides, restauration, majordome, etc.).

Le luxe exige aussi une flexibilité constante pour que toutes les exigences des clients soient satisfaites. Dans le tourisme de luxe, l’offre doit être rare, créative, novatrice, porteuse d’un imaginaire riche et vendue à un prix élevé. Et leurs attentes? Le tourisme de luxe résiste encore à la morosité. Les amateurs de vacances de prestige dépensent plus durant leur séjour, et ont tendance à partir moins loin. Ce créneau reste toutefois soutenu par une clientèle de niche ultrafortunée. À première vue, le tourisme de luxe ne connaît pas la crise. Alors que les tour-opérateurs observaient en juin un retard inquiétant des réservations pour cet été, les voyages de prestige ont toujours la cote.

«Le nombre de réservations dans nos établissements pour cet été, issues de clients européens, a augmenté de 13% entre janvier et mai, par rapport à la même période en 2011», s'enthousiasme Elie de Coignac, fondateur et PDG de Splendia, une plateforme de réservation d'hôtels de luxe en ligne, qui vient de publier son premier baromètre. Une hausse qui s'accompagne d'un raccourcissement de la durée des séjours et d'un rapprochement des destinations. «Les Européens ont besoin de se faire plaisir et réservent des chambres plus luxueuses en accordant moins de budget au transport.»

Une clientèle de niche. Le tourisme de luxe ne connaît pas la crise. Selon l’étude publiée par Splendia, si la crise a frappé la communauté européenne de plein fouet, le secteur du luxe semble avoir été épargné par le phénomène. Splendia, le leader de la réservation d’Hôtels de Luxe & Caractère livre les résultats de son étude sur les marchés touristiques de luxe en Europe. Malgré la crise, le nombre de réservations issues de la clientèle européenne augmente de 13% et de 14% en valeur. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les Espagnols continuent de réserver des hôtels de luxe pour leurs vacances d’été (+27% en volume) mais favorisent le tourisme domestique (+66% en valeur).

Les Allemands et les Anglais dépensent respectivement 82% et 42% de plus qu’en 2012 dans des hôtels de luxe. Les Français, quant à eux, sont moins nombreux à partir (-4%) mais ils dépensent plus lors de chaque réservation (+7%). Chambres plus luxueuses. Tourisme de luxe : nouvelle clientèle, nouveaux marchés. Le voyage, un produit de luxe plus désiré qu'une voiture ou un bijou. Distribution Selon une étude de Small Luxury Hotels of the World, le voyage est le produit de luxe le plus désiré, avant les voitures, les bijoux ou les vêtements. S’ils ne devaient choisir qu’un seul produit de luxe, les clients interrogés dans le cadre de cette étude opteraient en majorité pour un voyage (42%), puis pour une expérience mémorable (40%), plutôt que pour des biens matériels comme les voitures, les bijoux et les vêtements. Seule exception, le Canada avec 58% des clients canadiens interrogés qui opteraient pour une voiture. Les Maldives figurent en première place (13%) des destinations de luxe les plus prisées, suivies par l’Italie et la France (respectivement 12% et 11%).

Les États-Unis et le Canada sont les seuls marchés émetteurs où les Maldives ne figurent pas dans les trois premières destinations de luxe, qui consacrent les destinations européennes, notamment la France (22% pour les Etats-Unis et et 23% pour le Canada). Le Journal du Tourisme de Luxe. Luxe : la France domine toujours le marché mondial (Deloitte) - Le Moci. 15 juin 2015 Une fois n'est pas coutume, les marques françaises surplombent, cette année encore, le palmarès mondial des premiers acteurs de l'industrie du luxe établi par le cabinet de conseil et d’audit Deloitte dans la deuxième édition de l'étude Global Powers of Luxury Goods, publiée le 10 juin. Ce rapport classe des acteurs mondiaux du luxe en fonction de leur chiffre d’affaires sur l’exercice fiscal 2013. Il se concentre sur les quatre principales catégories de l’industrie : les vêtements de marque (prêt-à-porter), les sacs et accessoires, la bijouterie et l’horlogerie, et les parfums et cosmétiques.

Sont exclues les catégories luxe des automobiles, des services de voyages et de loisirs, les bateaux et les yachts, les œuvres d’art et les pièces de collection, les vins haut de gamme et les spiritueux. On retrouve aux portes du Top 10, à la 13e place, le sellier Hermès qui totalise près de 5 milliards de dollars de ventes. Venice Affre Deloitte Global Powers Luxury 2015 - juin 2015.

Gastronomie

Hébergement. Bien être.