background preloader

INEGALITES

Facebook Twitter

Ces villes françaises où les inégalités de salaire n’existent (presque) pas. Fontenay-le-Comte, Carhaix-Plouguer, Redon ou Sartène-Propriano, ces noms ne vous disent peut-être pas grand chose.

Ces villes françaises où les inégalités de salaire n’existent (presque) pas

Et pourtant, ce sont dans ces villes françaises que les femmes subissent le moins d'inégalités salariales. À en croire une étude de la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), « les écarts de salaires femmes-hommes sont très différents d'une zone d'emploi à l'autre ». En moyenne, les travailleurs français touchent 19% de plus que leurs homologues féminines. Mais ce taux varie fortement d'une ville à l'autre pour l'ensemble des salariés du secteur privé et des entreprises publiques : de 1,6% à 26,9% pour l'année 2010, précise l'étude. La génération Y est vraiment la grande perdante des trente dernières années. Une étude exclusive du Guardian portant sur sept économies occidentales révèle que les vingtenaires vivent désormais au-dessous du niveau national de leurs pays respectifs.

La génération Y est vraiment la grande perdante des trente dernières années

La fameuse Génération Y, celle née entre 1980 et le milieu des années 1990 –ou plutôt ses composantes socialement diverses– avait donc raison de se plaindre. Une étude publiée par le Guardian portant sur sept pays occidentaux révèle qu’alors que les jeunes adultes gagnaient plus que la moyenne nationale de leurs pays respectifs il y a trente ans ans, leurs revenus sont désormais de plus de 20% inférieurs à cette moyenne dans plusieurs économies dont la France. En France toujours, alors que les revenus des retraités ont explosé —plus de 60% d’augmentation entre 1978 et 2010 par rapport à la moyenne nationale– ceux des jeunes de 25 à 29 ans ont connu une évolution négative sur la même période, toujours par rapport à cette moyenne (-8%). Chômage, immobilier, crise de la dette. Partage des richesses, la question taboue, par François Ruffin (Le Monde diplomatique, janvier 2008)

Les inégalités sociales face à la mort - Tables de mortalité par catégorie sociale et par diplôme. Nathalie Blanpain, division enquêtes et études démographiques, Insee L'échantillon démographique permanent permet de suivre la mortalité d'un échantillon d'individus au fil du temps en fonction de leurs caractéristiques sociodémographiques au recensement.

Les inégalités sociales face à la mort - Tables de mortalité par catégorie sociale et par diplôme

Les tables de mortalité ont été calculées par : sexe, âge et catégorie sociale pour cinq périodes (1976-1984, 1983-1991, 1991-1999, 2000-2008, 2009-2013) ; sexe, âge et diplôme pour trois périodes (1991-1999, 2000-2008, 2009-2013). Avertissement Le champ porte sur la France métropolitaine, sauf pour la dernière période (2009-2013) qui couvre l'ensemble de la France, Dom compris. La méthode de calcul est détaillée dans le document de travail n° F1602 «L'espérance de vie par catégorie sociale - méthode et principaux résultats ». Synthèse. Les hommes cadres vivent toujours 6 ans de plus que les hommes ouvriers.

Imprimer la page Nathalie Blanpain, division Enquêtes et études démographiques, Insee Résumé.

Les hommes cadres vivent toujours 6 ans de plus que les hommes ouvriers

Les hommes cadres vivent toujours 6 ans de plus que les hommes ouvriers. Imprimer la page Nathalie Blanpain, division Enquêtes et études démographiques, Insee Résumé.

Les hommes cadres vivent toujours 6 ans de plus que les hommes ouvriers

Lutter vraiment contre les inégalités. Le livre devrait assurément faire parler de lui !

Lutter vraiment contre les inégalités

Dans sa préface, Thomas Piketty annonce que l’on y trouvera « les contours d’un nouveau réformisme radical ». Et c’est exactement ça. C’est certain, l’économiste britannique Anthony Atkinson, l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de la question des inégalités, ne veut pas en finir avec le capitalisme contemporain. Mais il avance une série de propositions à même d’en modifier profondément la nature en faveur des moins favorisés. Le livre commence par offrir un cadre d’analyse pour penser les inégalités afin de les remettre, contrairement à ce qui se passe depuis un siècle, au cœur de l’analyse économique. Les États-Unis en voie de tiers-mondisation. Les chiffres sont tombés le 6 novembre, miraculeux : un taux de chômage US inespéré tombé à 5 %, le seuil résiduel considéré comme celui d’un pays revenu au plein-emploi.

Les États-Unis en voie de tiers-mondisation

Sauf que tout est faux. 47 millions d’Américains en-dessous du seuil de pauvreté (+24 % depuis 2007) ENA : la reproduction des élites s’accentue, dénonce un chercheur. Recevez nos newsletters : Dans une étude intitulée «L’ENA ou 70 ans de paradoxe», le chercheur Luc Rouban dresse le portrait et l’évolution de la grande école française.

ENA : la reproduction des élites s’accentue, dénonce un chercheur

Le 9 octobre prochain, l’École nationale d’administration fêtera ses 70 ans. Pensée par Michel Debré à la fin de la seconde guerre mondiale, l’ENA forme depuis les hauts fonctionnaires à occuper les plus hautes fonctions de l’État. A l’occasion de cet anniversaire, le directeur de recherche au CNRS Luc Rouban publie avec le Cevipof, le centre de recherches politiques de Sciences Po Paris, une étude intitulée «L’ENA ou 70 ans de paradoxe», dans laquelle le chercheur analyse les origines sociales et les carrières des plusieurs générations issus de la prestigieuse école. Sans surprise, il ressort de l’analyse que les anciens étudiants de l’école sont en très grande majorité issus de milieux privilégiés, ou possède du moins un potentiel social élevé, dans des proportions qui augmente depuis 1945. Voile à l'université : Valls coupe court à la polémique - Les Echos.

Le journaliste Louis Maurin : “Face aux inégalités, nous avons besoin d’une solidarité nationale” L’Ecole polytechnique, ce concentré d’inégalités. Pour réussir l’Ecole polytechnique, il vaut mieux être un Parisien issu d’une famille aux revenus confortables qu’un jeune provincial boursier.

L’Ecole polytechnique, ce concentré d’inégalités

C’est ce qui apparaît à la lecture des résultats du concours d’accès à la prestigieuse école militaire d’ingénieurs. Le document interne de synthèse que Le Monde s’est procuré montre que l’épreuve orale, en particulier, accroît les inégalités en faveur des lycées parisiens et des candidats non boursiers. L’école militaire de Palaiseau (Essonne) n’est pas le seul établissement d’enseignement supérieur français dont la composition est aussi déséquilibrée. C’est le cas de la plupart des (très) grandes écoles comme HEC, Centrale Paris ou l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm…