background preloader

Sigmund Freud

Facebook Twitter

Sigmund Freud. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sigmund Freud

Vous lisez un « article de qualité ». Sigmund Freud Sigmund Freud par Max Halberstadt en 1922. (prononciation allemande : [ˈziːkmʊnt ˈfʁɔʏt ] ; prononciation française [fʁøːd ] ou [fʁœjd ]) né Sigismund Schlomo Freud le 6 mai 1856[1] à Freiberg, Moravie (Autriche, aujourd'hui Příbor, en République tchèque), et mort le 23 septembre 1939 à Londres (Royaume-Uni), est un médecin neurologue autrichien, fondateur de la psychanalyse. Biographie[modifier | modifier le code] Les biographes de Freud[modifier | modifier le code]

Sigmund Freud 1ere partie - une vidéo Vie pratique. Sigmund Freud et La Psychanalyse partie 2 - une vidéo Vie pratique. Sigmund Freud et La Psychanalyse partie 3 - une vidéo Vie pratique. Sigmund Freud et la Psychanalyse partie 4 - une vidéo Vie pratique.

Surmoi Moi Ca

L'affabulation freudienne - une vid. L'affabulation freudienne - une vid. L'affabulation freudienne - une vid. Freud : Psychologie des foules et analyse du moi (résumé) Le sommaire ACCÉDER à ce doc Introduction : sur la psychologie des foules I) Définitions - Qu'est-ce qu'une foule ?

Freud : Psychologie des foules et analyse du moi (résumé)

II) Approche psychanalytique de la "suggestion"III) Les foules artificielles : étude des liens affectifs à l'oeuvre dans la fouleIV) Le phénomène de la panique V) Suspension du narcissisme dans la formation en fouleVI) L'identificationVII) L'état amoureuxVIII) L'instinct grégaireIX) La foule et la horde originaire Conclusion Résumé du document Dans cet essai limpide et vif, Freud applique avec bonheur les concepts psychanalytiques à la psychologie des foules. Extraits [

. . . ] [ . . . ] [ . . . ] [ . . . ] [...] Sigmund Freud, “Psychologie collective et analyse du moi”. (1921) Positivité de l’oubli. Toujours la mémoire est valorisée et mise en avant dans son économie avec l’oubli.

Positivité de l’oubli

Ses techniques et ses ruses sont merveilleuses et parfois même mystérieuses. L’oubli, quant à lui, reste dans l’ombre, il a la figure du négatif et de la privation. Photo Bertrand Marenger La mémoire arrache à l’oubli qui, lui, est effacement. Cet arrachement est une technique, et la mémoire est de facto une mnémotechnique. Pourtant, il ne vient pas à l’idée, sauf précisément chez Freud avec le concept de refoulement, de parler de techniques d’oubli comme on parle de techniques de mémoire. Qu’est ce que cela veut dire « oublier » ? Difficile de répondre à cette question sans proposer une définition qui ne soit pas négative ; « oublier », c’est ne pas se souvenir, ne pas se rappeler, ne…pas.

De tout ce que je fais, lis, écoute, perçois et pense dans une journée, comment se fait-il que tant de choses soient « perdues » et « oubliées » le soir même, souvent de manière irrémédiable ?