background preloader

Courant techopédagogue

Facebook Twitter

Lettre ouverte à Monsieur François Hollande, Président de la République, concernant l’enseignement de l’informatique | Société Informatique de France (SIF) Quelques informaticiens ont rédigé une lettre ouverte au Président de la République, lui demandant de prendre des décisions vis-à-vis de l’enseignement de l’informatique. La lettre a été mise en circulation au début de cette année 2014 et a été remise le 8 avril 2O14. La lettre est courte et ne peut donc pas reprendre les éléments de réflexion nombreux qui sont apparus pendant l’année 2013 et qui montrent que si les pouvoirs publics ont compris l’importance de la formation au numérique, on note un manque d’initiatives pour permettre que la formation au numérique soit accompagnée par une éducation à l’informatique.

La Société informatique de France (SIF) s’est chargée de la collecte de ces signatures. Les signataires : Lettre ouverte à Monsieur François Hollande, Président de la République, concernant l’enseignement de l’informatique | Société Informatique de France (SIF) Monsieur le Président, L’informatique a donné naissance à une industrie du même nom, puis à une culture qui a pris une place considérable dans notre société, le numérique.

La politique volontariste, la formation au numérique et par le numérique, que vous avez voulue, a pour but d’accompagner l’entrée de notre pays dans le monde du numérique. Cette politique n’a une chance de réussir que si elle s’accompagne d’un développement massif de l’enseignement de l’informatique qui est la clé de la compréhension du monde numérique en construction. Mais, au-delà de cette nécessaire compréhension par chaque citoyen du monde dans lequel nous vivons, la France doit aussi former des ingénieurs et des scientifiques qui ne sachent pas seulement utiliser des outils numériques mais qui sachent aussi en développer. Il en va de la compétitivité de nos entreprises.

Monsieur le Président, nous comptons sur vous. Le code informatique s'invite à l'école. Certaines classes de primaires s'initient au code, ce langage utilisé par les informaticiens pour donner des instructions aux ordinateurs. Une initiative plébiscitée par les géants économiques du secteur. «On ne peut pas mettre François Hollande, plutôt? C'est nul, les petits chats!» Théo a 9 ans et déjà de grandes idées pour son prochain jeu vidéo. Il pianote sur sa tablette numérique et ouvre de grands yeux étonnés quand on lui demande s'il a fait son jeu tout seul: «Évidemment ! C'est super fastoche.»

Dans le cadre d'un atelier Kidscoding organisé par son école parisienne avec Microsoft, Théo et ses camarades se sont initiés au code. Pour Axelle Lemaire, secrétaire d'État au numérique, les enfants devraient l'apprendre à l'école. Reste que mettre en place concrètement cet apprentissage pose une foule de questions. Le ministère entend toutefois connecter dès la rentrée prochaine 9.000 écoles, sur les 16.000 qui n'ont pas encore accès à l'Internet haut débit. Hamon : "Le code informatiqu à l'école dès septembre" Barack Obama aux États-Unis, David Cameron en Angleterre ont déjà inscrit l'enseignement du code informatique à l'école. En France, François Hollande affirmait lui aussi, en février, que le codage serait "progressivement généralisé". Le ministre de l'Éducation nationale Benoît Hamon précise comment il envisage d'initier les élèves du primaire au langage informatique.

Faut-il enseigner le code informatique à l'école? Ma priorité porte sur les apprentissages fondamentaux, que les enfants de l'école primaire sachent lire, écrire, parler correctement la langue française, compter, calculer, composer et décomposer les nombres en mathématiques. Pour autant, l'école ne peut ignorer l'importance du numérique qui intervient aujourd'hui dans toutes les disciplines. La question n'est plus de savoir s'il faut apprendre l'informatique et son langage, mais de savoir comment, pour quels usages, et à quelle étape du cursus le faire.

Concrètement, qu'allez-vous faire? Qui enseignera dans le secondaire? Hamon : "Le code informatiqu à l'école dès septembre" 40 recommandations pour une école plus numérique. Faut-il enseigner le code - et les "humanités numériques" - à l'école. Et si on créait une nouvelle filière au lycée, clôturée par un baccalauréat général, baptisé "Humanités numériques" ? C'est La proposition la plus rentre-dedans du Conseil national du numérique (CNN), dans son rapport sur l'école de demain, avec à la clé 40 mesures "pour bâtir une école créative et juste dans un monde numérique", un mois après l'annonce par François Hollande d'un "grand plan numérique pour l'école", qu'il a promis pour la rentrée 2016.

Cela ne vous aura pas échappé : depuis quelques mois, le débat quant à l'enseignement du code informatique dès l'école, entre nouvelle écriture à part entière ou simple élément de culture informatique, fait rage. Même en entreprises, de Orange à La Poste, ou en agences de pub, on commence à monter ateliers et formations pour marketeux, cadres sup', voire membres du ComEx', au moins pour les sensibiliser au code, ce code-source qui est la colonne vertébrale de tout site, logiciel ou appli mobile. Bac "Humanités numériques"

Faut-il rendre l'enseignement du code informatique obligatoire dès le primaire? A l'heure où des initiatives pédagogiques contestables comme le Permis Internet, délivré par la Gendarmerie et qui insiste sur les dangers d'internet, sont mises en oeuvre, de plus en plus de voix plaident pour une approche beaucoup plus englobante et positive du numérique à l'école. Au-delà des usages, qui sont déjà censés être enseignés, un mouvement de fond encourage l'enseignement d'une culture générale numérique, incluant l'apprentissage de notions de code informatique dès l'école primaire. Une question qui sera débattue dans le cadre de la refonte des programmes scolaires. Le Conseil supérieur des programmes (CSP), organe consultatif indépendant installé en octobre 2013, présentera les projets de nouveaux programmes au printemps 2014. Un discours qui commence à porter Tout révolutionnaire que cela puisse sembler pour l'Education nationale en France, l'idée est déjà appliquée dans certains pays.

Le code, partie prenante d'une culture générale du numérique Quels enseignements? Thursday, Nov. 07, 2013 - Ėducation et technopédagogie. Pourquoi vos enfants devraient apprendre le code informatique dès le plus jeune âge. Par Vincent Matalon Mis à jour le , publié le Et si les listes de balises HTML étaient enseignées en même temps que les tables de multiplication dans les classes de primaire ? Samedi 24 mai, lors du lancement de la version française du site de formation au code informatique Codecademy, la secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire confiait à francetv info être "personnellement" favorable à l'entrée de cette discipline dans les écoles.

Les Français semblent partager cette opinion. Parce que c'est une bonne façon de trouver du travail C'est l'argument-massue pour les parents, forcément inquiets de la réussite de leur progéniture. Dans le monde professionnel, où la technologie est utilisée quotidiennement, connaître les grands principes de fonctionnement des langages PHP, HTML et autres Python peut s'avérer utile, même lorsque l'on ne se destine pas à une carrière dans l'informatique. Parce que le code est la culture générale du XXIe siècle Parce qu'on peut s'y initier sans avoir un bac +5.

Du code à l’école : le rapport que Benoît Hamon aurait dû lire - Rue89 - L'Obs. Benoît Hamon, au ministère le 11 juillet 2014 (DESSONS Eric/JDD/SIPA) Benoît Hamon, ministre de l’Education nationale, a annoncé dans une interview au Journal du dimanche ce que beaucoup attendaient et que peu ont critiqué : un apprentissage du « code » (de l’informatique, en fait) dès l’école primaire, renforcé au secondaire. Pas trop tôt. En mai 2013, le rapport de l’Académie des sciences sur la place de l’informatique dans le primaire et le secondaire [PDF] posait le décor : l’Europe et la France, « longtemps restés au point mort », accusent un « important retard conceptuel et industriel » par rapport aux Etats-Unis et à certains pays d’Asie. « Un enseignement aussi limité ne saurait permettre de faire basculer notre pays de l’état de consommateur de ce qui est fait ailleurs à celui de créateur du monde de demain », écrivaient encore ses rédacteurs.

Vive Hamon ? Euh, comment dire... La fracture numérique, au programme ou en option ? Ce que Benoît Hamon a annoncé Bilan.