background preloader

Expérimentation "mixité sociale" collèges 2016

Facebook Twitter

Mixité sociale dans les collèges : la plupart des 25 territoires pilotes seraient opérationnels à la rentrée. Najat Vallaud-Belkacem a présenté, en Conseil des ministres du 16 mars, une communication sur la démarche sur la mixité sociale au collège initiée par son ministère en novembre dernier (voir notre article du 10 novembre 2015) à partir de l'engagement volontaire de 21 départements (voir notre encadré ci-dessous) à l'intérieur desquels ont été identifiés 25 territoires.

La ministre de l'Education nationale estime que la majorité des territoires pilotes devrait voir des solutions opérationnelles mises en œuvre dès la prochaine rentrée. Les 25 territoires ont été identifiés "sur la base d'outils de diagnostic de la ségrégation sociale mis à disposition des collectivités par les services académiques".

Dès lors, "sur chaque territoire, les collectivités locales et l'Education nationale élaborent des solutions spécifiques (...) en associant l'ensemble de la communauté éducative, notamment les parents d'élèves". Deux grands types de solutions sont actuellement privilégiées. Valérie Liquet. La mixité sociale dans les collèges - Compte rendu du Conseil des ministres du 16 mars 2016. Mixité sociale dans les collèges. Agir pour la mixité sociale et scolaire (Affectation des élèves p.37) Malgré les efforts, un collège implanté dans un quartier difficile reste repoussoir, mais les acteurs de l'éducation ne désespèrent pas. L'Association française des acteurs de l'éducation a organisé, le 2 mars dernier, à Lyon, le premier colloque interacadémique en Auvergne-Rhône-Alpes sur le thème de la mixité sociale.

Les participants ont souligné la nécessité d'impliquer les parents, parfois "angoissés" à l'idée de "ce qui se passe non pas à l'intérieur mais autour du collège", a décrit Jean-Pierre Batailler, l'IA-Dasen de la Loire. Ce département est engagé dans l'expérimentation visant à améliorer la mixité sociale dans les collèges, comme la vingtaine d'autres en France. "Nous avons observé dans d'autres pays des politiques volontaristes de mixité sociale, la France est en retard", affirme Nathalie Mons, présidente du Cnesco (Conseil national d'évaluation du système scolaire), lors du colloque de l'Association française des acteurs de l'éducation (Afae) qui a réuni près de 200 participants le 2 mars à Lyon.

Fermer certains établissements "Les parents avancent souvent l'argument du climat scolaire" Avec AEF. Collèges : carte scolaire, le remue-méninges. Paru dans leJDD Devant le collège Jean-Lurcat, à Angers (Maine-et-Loire). (Nicolas Marquès pour le JDD) En finir avec les collèges ghettos, c'était l'un des objectifs affichés par le gouvernement au lendemain des attentats de janvier 2015.

Le 10 novembre, la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem annonçait des expérimentations pour favoriser la mixité sociale dès la rentrée 2016. Avec une liste de 17 départements "volontaires", de droite comme de gauche, prêts à tester la démarche sur un ou deux "territoires pilotes". Deux mois plus tard, chacun avance avec une prudence de Sioux, conscient que tout ce qui touche à la carte scolaire, au devenir des enfants, reste un sujet ultrasensible.

"C'est surréaliste, nous n'avons pas donné notre accord! " Le JDD a donc questionné les 20 conseils départementaux, seuls compétents en matière de sectorisation. Les 20 départements concernés : (Cliquez sur la carte pour l'agrandir) (JDData) Même raisonnement dans l'Hérault. Carte scolaire : ce qui pourrait changer dans votre département en 2016 ou 2017. Favoriser la mixité sociale dans les collèges.

Pour atteindre cet objectif, la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem annonçait début novembre des expérimentations pour la rentrée 2016. Présentant une liste de 17 départements volontaires, prêts à se lancer sur un ou deux territoires-pilote. Trois départements se seraient ajoutés depuis. Le JDD a donc interrogé les 20 conseils départementaux concernés, seuls compétents pour changer les secteurs de recrutement des collèges. La carte des 20 départements concernés : (Cliquez sur l'image pour l'agrandir) (JDData) Bas-Rhin (rentrée 2016) Deux territoires pilote sont envisagés. Charente-Maritime (plutôt rentrée 2017) Le territoire pilote se situerait plutôt en milieu urbain, par exemple au niveau de La Rochelle.

Doubs "On en est aux prémisses, en train de faire valider une méthode de travail", glisse-t-on au conseil départemental. Eure-et-Loir Pas de réponse. Gard (rentrée 2016) Territoire pilote : Nîmes. Haute-Garonne (rentrée 2017) Loire. Mixité sociale : 20 départements vont expérimenter de nouvelles règles d'affectation dans les collèges. En novembre dernier, la ministre de l'Education avait annoncé des expérimentations à venir dans des départements volontaires pour la rentrée 2016 pour favoriser la mixité sociale. 20 départements, 10 de droite et 10 de gauche, ont accepté de tester de nouvelles règles d'affectation dans une soixantaine de collèges. France Info vous révèle une partie des villes concernées par les expérimentations. Comment améliorer la mixité sociale dans les collèges ? Comment casser les ghettos ? La question est récurrente. En novembre dernier, la ministre de l'Education avait annoncé des expérimentations à venir dans quelques départements volontaires pour la rentrée 2016. 20 départements, 10 de droite et 10 de gauche, ont finalement accepté cette expérimentation et vont l'appliquer pour une petite partie de leur territoire.

Plusieurs recettes vont être utilisées Le dispositif à la loupe Rentrée 2016 Hérault : à Montpellier, 1 collège concerné, le collège Las Cazes en réseau d'éducation prioritaire. La Loire teste la mixité sociale dans des collèges sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr) Le principe: Les familles d'un secteur multi-collèges pourront classer par ordre de préférence les établissements de leur zone d'affectation. Si les capacités d'accueil ne permettent pas de répondre au premier choix des familles, l'affectation se fera en fonction de critères décidés "avec le département et en associant pleinement" les parents. Les 2 collèges publics sont concernés à Rive-de-Gier (un millier d'élèves en tout). Là, les familles des élèves de CM2 seront informées en mars prochain des nouvelles règles: elles auront le choix entre plusieurs collèges d'un même secteur (dont 1 privé), le but est d'équilibrer les 2 collèges publics. Toujours dans la Loire, des collèges sont également concernés à Roanne (plus de 700 élèves).

L'un d'eux souffre d'une image négative et d'une fuite vers le privé, l'autre (Jules Ferry) vient d'être reconstruit. Le secteur sera donc redessiné et les familles pourront exprimer des vœux. Mixité sociale dans les collèges : Rive-de-Gier servira de laboratoire à la rentrée. Les expérimentations en faveur de plus de mixité sociale concerneront les collèges François Truffaut et Louise Michel de Rive-de-Gier à la rentrée de septembre, tout comme deux établissements de Roanne, la Loire figurant parmi les départements pilotes. Aujourd'hui, un collège accueille les adolescents d'une partie de Rive-de-Gier et des communes alentours : François Truffaut, ouvert au début des années 1970, dans le quartier du Grand-Pont, classé zone urbaine sensible.

Récemment rénové, cet établissement jouit d'une bonne réputation. Plus de 700 élèves y sont scolarisés. A l'inverse, plus près du centre ville, le collège Louise Michel, lui, n'a plus la côte. Environ 450 adolescents y sont inscrits. À la rentrée de septembre, une dizaine de places du plus grand collège de la ville devrait être réservée à des élèves qui auraient dû aller à Louise Michel et dérogeraient ainsi à la règle. "Je n'ai pas envie de déshabiller Paul... " Noisy-le-Grand : ils ne veulent pas que leurs enfants aillent au collège de la cité. En cause, le projet d’une nouvelle sectorisation des collèges de la commune. Actuellement, les CM2 de cette primaire partent au collège du Clos-Saint-Vincent : 92,6 % de réussite au brevet en 2015, 76 % avec mention et surtout, une bonne réputation.

Dans le cadre d’une «expérimentation sur la mixité sociale », selon les mots des manifestants, les parents craignent que leurs enfants soient basculés sur Victor-Hugo, le collège de la cité du Pavé-Neuf. Celui-ci affiche, cette fois, des moins bons résultats (81,5 % de réussite au brevet, 50,7 % avec mention) au-dessous des moyennes nationales et locales. 200 signatures de parents «révoltés» «Nous avons déjà récolté à ce jour plus de 200 signatures de parents révoltés par ce projet mené en toute discrétion et sans aucune concertation», souligne Edith Bron, l’une de leurs représentants. Pour eux, «la mixité sociale ne doit pas passer seulement par une poignée d’élèves de 6e mais s’intégrer à une démarche plus globale. » Réunion décisive pour la mixité sociale au collège. En toute discrétion (sans micro ni journaliste, donc) la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, réunit ce mercredi rue de Grenelle une centaine d’élus locaux, chercheurs, recteurs, mais aussi les fédérations de parents d’élèves et les représentants de l’enseignement privé… Tous volontaires pour «renforcer la mixité sociale dans les collèges».

L’expérimentation, portée par la ministre, avait été officiellement lancée quelques jours avant les attentats du 13 Novembre. Depuis, les choses avancent, sans bruit. Un travail de fourmi, minutieux, sans grande publicité tant le sujet est sensible politiquement. Le moindre faux pas dans la façon de communiquer, notamment auprès des parents d’élèves, suffirait à faire capoter au niveau local les expérimentations. Politiquement, la réunion qui se tient ce mercredi est décisive. À lire aussi«La mixité sociale est un avantage pour tous les élèves sans exception» A certains endroits, le privé accepte de jouer le jeu Marie Piquemal.

La Meurthe-et-Moselle va tester la "mixité sociale" dans quatre collèges de Nancy dès 2016. Société Le collège Alfred Mézières à Nancy (Meurthe-et-Moselle) sera l'un des établissements à tester la "mixité sociale" à la rentrée 2016. PHOTO : GOOGLE STREET VIEW/ LORACTU.fr Le département va tester la mixité sociale dans quatre collèges de Nancy à partir de la rentrée 2016. La ministre de l’Education nationale veut mettre fin aux établissements «ghettos» et favoriser les classes où se mélangent enfants défavorisés, de classe moyennes ou de familles aisées. «La mixité sociale ne se décrète pas en trois mois» assure Gilles Pécout, recteur de l’académie Nancy-Metz, ce jeudi. Les collèges Chopin, Alfred Maizières, de la Craffe et Guynemer seront les premiers à tester la mesure puis le collège Jean l’Amour sera le cinquième établissement à y recourir.

«Les établissements qui font partie des Zone d’Education Prioritaires ne sont pas concernés par les annonces de la ministre car ils font déjà l’objet de mesures qui favorisent la mixité entre élèves» a noté le recteur de l’Académie. Collèges. Des tests pour améliorer la mixité sociale. « Je ne prépare pas le grand soir et je ne veux surtout pas faire le bonheur des gens malgré eux », a pris soin de préciser la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem, consciente du caractère explosif de tout ce qui touche à la carte scolaire en France. Affectations Ces expérimentations se dérouleront au sein d'un « territoire pilote » par département : il doit compter plusieurs collèges suffisamment proches pour que les enfants puissent se rendre facilement dans l'un ou l'autre, et les établissements être peu mixtes, a précisé la ministre mardi.

Les familles d'un secteur multi-collèges pourront classer par ordre de préférence les établissements de leur zone d'affectation. Si les capacités d'accueil ne permettent pas de répondre au premier choix des familles, l'affectation se fera en fonction de critères décidés « avec le département et en associant pleinement » les parents. Plusieurs critères « Ségrégation scolaire » Ségrégation Excellence scolaire. Synthèse du rapport "Mixité sociale et éducation" Assemblée Nationale - Déc 2015.