background preloader

Economic way

Facebook Twitter

Publicité : combien perdent les principaux sites victimes des adblockers ? Grande terreur du marché publicitaire, les adblockers, ou bloqueurs de publicité, coûtent cher aux médias et aux sites de e-commerce. Si cette affirmation n'est pas nouvelle, la startup française AdBack vient de publier le premier classement chiffrant précisant le manque à gagner, en France et dans le monde. Premier constat : les pertes concernent l'ensemble des sites web en France et n'épargnent aucun secteur d'activité, qu'il s'agisse des géants du e-commerce, de la vidéo en ligne, des sites des médias et pour adultes.

Pour mener son étude, AdBack a pris en compte les 1000 sites réalisant les plus fortes audiences mensuelles par pays. « Les éditeurs qui sont contraints à la gratuité par leur taille ou leur business model perdent entre 15% et 20% de leur chiffre d'affaires publicitaire global », explique Antoine Ferrier-Battner, le fondateur et président d'AdBack. Amazon, Le Bon Coin, Darty, Le Figaro et Le Monde grands perdants en France Les médias traditionnels ne sont pas en reste. Les chiffres de l'écosystème start-up en France en 2016 | 1001startups. India a great destination for building digital economy infrastructure: Payoneer CEO Scott Galit. The world is shifting towards digital economy and it is changing countries and people across the globe.

Digital transformation is altering the way organisations work and is contributing in reshaping the global economy altogether. Digital transformation has also changed the modes of payment globally making it easy, cashless and hassle-free. India is seen as one of the top markets for digital economy as it is ranked fourth in in terms of active Internet users across the world. The Indian government is also gearing towards digitisation of the country and has launched initiatives to pave way for a cashless society through its varied schemes like Aadhar Pay.

The Indian government recently announced that it will be banning cash transactions of greater than Rs 3,00,000 (UK£3600 or US$4500), in the 2017-18 Budget which focuses on boosting the digital economy and rural growth. What kind of potential do you see in India for your business and its role in global digital economy today and why? #Startup : Plus de 200 M€ levés en janvier dans le paysage tech français ! | 1001startups. Un début d’année qui donne la tendance de 2017. Entre l’apparition de nouveaux fonds et un nouveau financement des acteurs déjà présent, 2017 s’annonce comme une année record en terme de financement des startups. Fundraise Advisor livre son analyse. Les trois levées phares du mois (en millions d’euros) Les secteurs d’activité dominants les levées de fonds Les levées de fonds de startups E-Commerce / E-Services Avec dix levées de fonds en janvier et pour un montant total de plus de 63 millions d’euros, les secteurs de l’E-Commerce et de l’E-Service français continuent prendre du terrain.

Il est tout de même intéressant de préciser que le ticket moyen reste assez faible et que seul Vestiaire Collective a levé plus de 2 millions dans ce secteur, c’est d’ailleurs le champion de ce mois de janvier, sa levée représentant en effet plus d’un quart du volume levé ce mois-ci en France. Les levées de fonds de startups de la santé Les levées de fonds de startups du transport et de l’énergie. Digitalisation: l'inquiétant retard des PME françaises.

Les PME françaises accusent un retard par rapport au reste de l'Europe en termes de transformation digitale, selon le rapport Deloitte "Économie numérique : Le digital, une opportunité pour les PME françaises" réalisé pour Facebook et publié mercredi 1er février 2017 à l'occasion du salon des entrepreneurs. "Ce retard est particulièrement visible à la lecture de certains critères de mesure de l'adoption de solutions digitales par les PME, tels que la présence sur Internet et sur les réseaux sociaux, la réalisation de ventes en ligne ou l'utilisation d'outils digitaux visant à améliorer la productivité", commente le rapport. En 2015, seulement deux PME françaises sur trois bénéficiaient d'un site internet, contre trois sur quatre en moyenne dans l'UE et plus de neuf sur dix en Finlande. Un nombre plus petit encore de PME font usage de solutions de vente en ligne.

Le rapport souligne toutefois que certains secteurs sont plus avancés. Ces 17 start-up de la French Tech ont levé plus de 37M d'euros cette semaine. EasyMile a levé 14 M€ EasyMile est une start-up spécialisée dans les véhicules autonomes pilotés par logiciels et dans les solutions de mobilité intelligentes. Secteur : Transport Investisseur : Alstom Kayrros a levé 9 M€ Kayrros prévoit les flux de production, de stockage ou de consommation de pétrole ou de gaz sur la planète.

Secteur : Energie Investisseurs : Index Ventures, business angels Creads a levé 4 M€ Creads est une plate-forme de création graphique à la demande, destinée aux grands groupes qui ont besoin d'être rapidement mis en relation avec des professionnels des arts graphiques (plate-forme installée en mode SaaS). Secteur : Marketing & Communication Investisseurs : Hi Inov, SNCF Digital Ventures, CM-CIC Capital Privé Ma P'tite Culotte a levé 2 M€ Ma P'tite Culotte conçoit et vend via son site marchand une grande variété de lingerie féminine de haute qualité.

Secteur : Mode, luxe Investisseur : family office Secteur : Mode, luxe Investisseurs : Iris Capital, business angels. Cette année, Amazon entend créer 1500 CDI en France. Ingénieurs, diplômés d’écoles de commerce et jeunes diplômés, personnes recherchant des postes non qualifiés et souhaitant se former sur le terrain… En 2017, le géant du e-commerce, Amazon, entend créer dans l'Hexagone 1500 emplois supplémentaires en CDI. La firme de Jeff Bezos explique en avoir déjà créés un peu plus de 1000 en 2016. Les effectifs devraient ainsi passer de 4000 à 5500 collaborateurs d'ici la fin de l'année 2017. "Certains de ces nouveaux emplois concerneront le futur centre de distribution de Boves (Somme) en cours de construction, ainsi que le réseau existant de centres de distribution d’Amazon en France et les bureaux de la société à Clichy", détaille le géant du e-commerce dans un communiqué de presse. D'autres postes seront pourvus au sein de l'équipe Amazon Web Services, notamment pour soutenir l’ouverture des datacenters AWS en région parisienne en 2017. 15 000 emplois en Europe en 2017... et 100 000 aux Etats-Unis.

Amazon et Microsoft franchissent la barre des 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires dans le cloud. C’est un tournant dans le cloud computing. Pour la première fois, deux grands acteurs, Amazon Web Services, le bras armé d’Amazon dans ce domaine, et Microsoft, franchissent la barre des 10 milliards de dollars de revenu dans l’informatique à la demande, faisant passer à ce marché, né il y a seulement 15 ans, un nouveau cap symbolique de développement. Egalité entre Amazon et Microsoft en 2016 Microsoft ne publie pas les détails de ses résultats dans le cloud, se contentant d’indiquer un chiffre d’affaires annuel récurrent de 14 milliards de dollars au quatrième trimestre 2016, obtenu en multipliant par 12 le revenu réalisé au dernier mois.

Un artifice qui vise à présenter des chiffres plus flatteurs. Nous estimons son vrai chiffre d’affaires dans cette activité à 12,2 milliards de dollars en 2016, en bond de 56%. Logiciel pour Microsoft, infrastructure pour Amazon Mais si les deux leaders sont au coude-à-coude, ils se développent avec deux dynamiques différentes.