background preloader

Culturenumerique

Facebook Twitter

Éveiller l’élève à la culture informationnelle. « Homo numericus », « generation Y », « digital native », les expressions ne manquent pas pour définir la génération de nos élèves, cette génération pour qui le numérique n’aurait pas de secret. La sollicitation des écrans est en effet omniprésente et il est possible d’avoir accès à une telle quantité d’informations que des chercheurs n’hésitent pas à évoquer une réelle info-pollution, voire infobésité. Nos élèves "pratiquent" le numérique, ils savent trouver des informations. Comment aider l’élève à transformer des pratiques personnelles intuitives, une certaine « débrouillardise », en de réelles compétences informationnelles ?

Une récente étude britannique déclare que ces compétences « doivent être acquises pendant les années de formation à l’école et que les programmes de remédiation autour de la culture informationnelle à l’université ont de grandes chances de ne pas aboutir » [1] Des compétences spécifiques convoquées Les notions à acquérir par l’élève La source Droit de l’information. Introduction — Enseigner avec le numérique. Objectifs- expliciter les notions de jeu vidéo et de jeu sérieux ;- analyser le phénomène des jeux vidéo (aspects éducatifs, éducatifs, socio-culturels) ;- indiquer les politiques mises en oeuvre en France et à l'international (mesures économiques, place dans l'éducation) ;- montrer quelques innovations technologiques (notamment au service des handicapés) ;- préciser le cadre juridique (protection des mineurs) ;- recenser quelques exemples de jeux sérieux avec divers publics.

Dossier réalisé par le centre de documentation de la SDTICE (sous-direction des technologies de l'information et de la communication pour l'éducation)1ère mise en ligne : 2008. 10 pistes pour penser la culture numérique. Lorsque l’on croise des podcasts et des conférences autour de la question des liens entre culture et numérique de l’année écoulée, voilà ce qu’on peut en retenir avec comme fil rouge la problématique suivante : disposons-nous du recul nécessaire pour définir la culture ou les cultures numériques ?

1. La culture numérique serait générative et ouverte, elle n’est pas seulement reconnaissable à sa dimension patrimoniale. Elle co-construit avec d’autres cultures. Il s’agit d’une culture d’identités parallèles. Elle introduit de nouvelles pratiques en plus du lire, écrire, compter : il faut savoir créer, chercher et permettre la co-construction. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Repenser les espaces temps d’activité de l’enseignement et de la formation. La mallette de lecture numérique : une utilisation intéressante des tablettes ! Un article publié sur Ludovia.com Le Rectorat de Bordeaux expérimente une utilisation intelligente et intéressante des tablettes tactiles pour se lancer dans la mobilité mais pas n’importe comment : la mallette de lecture numérique.

"Ce déploiement obéit aux principes qui nous ont toujours guidés : l’objectif n’est pas de doter tout le monde d’un outil dont nombre d’usages sont encore à inventer mais de penser dans le même temps l’outil et l’usage dans le souci constant de la plus-value pédagogique", déclare Isabelle Pecheyran, IA-IPR Lettres. La mallette de lecture numérique se présente comme une mallette en plastique, comportant six tablettes tactiles (avec les alimentations), une borne Wifi, une prise d’alimentation générale (avec câble), une prise réseau et un câble USB de synchronisation. Le Rectorat de Bordeaux a acheté onze mallettes à expérimenter dans l’académie.

(deux mallettes supplémentaires ont été achetées par le CG64). Plus d’infos : catice.ac-bordeaux.fr. Claire Bélisle, Lire dans un monde numérique. 1Qu'est-ce que lire ? Cette question, que quasiment personne ne se posait jusqu'à présent tant la réponse semblait aller de soi, recouvre des réalités multiples, révélées par le développement massif du numérique. Claire Bélisle et les contributeurs de ce volume, universitaires de Lyon, Paris, Tunis et Ottawa, interrogent ici la lecture d'aujourd'hui, à l'aube de sa révolution numérique, pour peu qu'on définisse le mot « révolution », avec le Trésor de la Langue Française, comme « une évolution des opinions, des courants de pensée, des sciences ; découvertes, inventions entraînant un bouleversement, une transformation profonde de l'ordre social, moral, économique, dans un temps relativement court ».Le volume privilégie une approche transdisciplinaire féconde, croisant psychologie, sociologie, histoire, sciences neurologiques, sciences cognitives, culture, littérature et technologie. 2Gare aux leurres !

Refonder l'éducation avec le numérique. Se construire une culture numérique, première étape de l'apprentissage. L’apprentissage et l’enseignement ne peuvent plus se faire sans intégrer la « culture numérique ». Un des points de la réflexion de Serge Tisseron quand il parle d’e-éducation. Mais que veut-on dire par culture numérique ? Il s’agit des changements que cette nouvelle culture implique directement ou indirectement sur nos enfants et leur manière d’apprendre à l’école, et sur les enseignants qui, selon lui, ne peuvent plus faire abstraction de son existence.

Plusieurs paramètres rentrent en ligne de compte quand on parle de culture numérique. Penser « numérique » au-delà de l’outil Sur ce point, Serge Tisseron nous invite à réfléchir « numérique » sans penser matériel, qui résume encore trop souvent l’image du numérique dans l’esprit de la communauté éducative. Il nous donne l’exemple aux Etats-Unis où la discussion et l’échange en classe sont utilisés au quotidien, y compris en école maternelle, où les enseignants invitent les élèves à donner leur avis sur un certain nombre de sujets.

Quels sont les fondements du manuel numérique ? Quels sont les fondements du manuel scolaire numérique ? Pilier de notre culture scolaire, le manuel est en pleine mutation. La question de son évolution intrinsèque et de son intégration aux environnements numériques pédagogiques suscite la réflexion et le débat. Le développement des technologies numériques suppose-t-il en effet que les professeurs et leurs élèves constituent désormais eux-mêmes leurs propres guides, leurs propres instruments de travail ou faut-il continuer à leur proposer des manuels scolaires qui, renouvelés et enrichis, exploiteraient pleinement les potentialités de ces technologies ? Les deux options sont-elles d’ailleurs incompatibles ? A nos yeux le manuel scolaire n’est pas une ressource pédagogique comme les autres.

Sans nous attarder sur un débat sémantique stérile (faut-il encore parler de « manuels » ?) Nous distinguerons donc deux types de fondements : sept fondements « pédagogiques et cinq fondements « numériques ». Fondements pédagogiques 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. Internet : de quel séisme parle-t-on ? Le premier fait à assimiler est le caractère massif, irréversible et rapide de l’adhésion du public aux nouveaux moyens de communication. » Début 2007, près de trente millions de français bénéficient d’un accès à Internet à haut débit. 40 % de plus qu’il y a un an. Plus de cent fois plus de personnes sont connectées à Internet qu’en 1997 » (p. 12). On considère qu’il y aura plus d’un milliard et demi d’internautes en 2010, c’est à dire dans deux ans (p. 23). Chez les 18-34 ans, 27 % des personnes ont Internet comme principale source d’informations (p. 28).

Le caractère participatif, collaboratif, ouvert et propice à la constitution de réseaux sociaux d’Internet se confirme. C’est principalement l’utilisateur qui fait et qui « est » le contenu. Une fois tous ces constats enregistrés, l’auteur pose la grande question : « Cette illimitation dans la circulation des œuvres ne risque-t-elle pas de nuire à la diversité culturelle ? Mais, au fait, qui criminalise les internautes ? CULTURE NUMÉRIQUE : 01 Introduction générale - Centre d'Enseignement Multimédia Universitaire (C.E.M.U.) Université de Caen Basse-Normandie. CULTURE NUMÉRIQUE : 01 Introduction générale Culture numérique : Objectifs pédagogiques Ce que nous englobons sous le terme « culture numérique » (ou cyberculture) est un champ très large, qui reste encore très largement sous-estimé dans les cursus universitaires.

Il s'agit de suivre et analyser les tendances et activités qui se déroulent sur le web. Il s'agit aussi d'avoir une culture générale sur le « traitement des documents » (création, circulation, archivage, indexation et métadonnées). On ne peut aborder ces questions en faisant abstraction des tendances : Comprendre les éléments de culture numérique renvoit aussi à la maîtrise, ou du moins à la compréhension globale, du système technique correspondant. Cet enseignement est présenté par Hervé Le Crosnier L'internet a profondément modifié à la fois les façons de produire, les objets produits et vendus, les relations entres les individus et des citoyens aux institutions.

YouTube. Serge Tisseron. Posté par Serge Tisseron le 16 avril 2012. De la même façon que la culture numérique oblige à repenser les manières de faire travailler les élèves, la variété des outils que les élèves ont maintenant à leur disposition oblige à repenser la spécificité de chacun. Ce serait en effet une erreur grave que de vouloir utiliser les écrans pour apprendre mieux ou plus vite ce qu’ont toujours bien appris les livres. A l’opposé, c’est en prenant en compte ce que le numérique apporte de spécifique qu’il devient possible de fonder une complémentarité de la culture du livre et de celle des écrans.

Or les outils numériques ont deux atouts importants : ils peuvent s’adapter à chaque élève et ils favorisent les deux composantes de la motivation intrinsèque : la sécurisation et l’innovation : 1. Un espace qui s’adapte à chaque élève 2. Pour s’engager dans l’exploration de notions nouvelles, il faut se sentir rassuré. 3. Serge Tisseron.

Posté par Serge Tisseron le 15 avril 2012. La culture numérique est en train d’imposer au moins sept changements majeurs : les enfants y apprennent de plus en plus tôt à jouer avec plusieurs identités, ils s’y familiarisent avec l’assistance réciproque (le tutorat), ils s’engagent dans la résolution collective des tâches, ils développent le goût de valoriser leurs expériences intimes afin de s’y affirmer, ils créent leurs propres images et en même temps une relation intime avec leurs machines, enfin cette culture est massivement celle du zapping. Chacune de ces particularités doit aujourd’hui être exploitée et valorisée par l’institution scolaire. 1. Des identités multiples Les enfants habitués de plus en plus tôt à utiliser des pseudonymes et des masques – notamment dans les jeux vidéo - perçoivent le jeu avec des identités d’emprunt comme faisant partie intégrante de la vie. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

On parle souvent aujourd’hui des difficultés de concentration des adolescents. Identité numérique, quels enjeux pour l'école ? Alors qu'Internet est en passe de devenir le loisir préféré des jeunes devant la télévision [ 1 ], les rapports sur la cybercriminalité mettant en garde contre les dangers du web 2.0 et l'utilisation frauduleuse des données personnelles se multiplient. Ce double constat amène à penser qu'il est plus que jamais nécessaire d'éduquer les jeunes à Internet et d’aborder avec eux la question de l'identité numérique - ce qui n’est pas chose aisée. En effet, cette question nous renvoie à nos pratiques, nos jugements, nos positionnements intellectuels et moraux (voire juridiques) qui sont généralement différents de ceux des élèves. Pour schématiser : d'un côté, l'adulte enseignant qui, interloqué, se demande comment « ils » peuvent s'afficher ainsi sur Internet, comment « ils » peuvent ne pas se rendre compte des dangers qui les guettent, de l'autre, des adolescents qui pensent que, s'ils ne s'affichent pas, ils n'existent pas et que demain est un autre jour ...

Conférence Cultures numériques : De quoi le numérique à l'Ecole est-il le nom ? Les 21 et 22 mai 2013, à l'École normale supérieure de Lyon, une conférence nationale a exploré les « cultures numériques », « l'éducation aux médias et à l'information. ». De manière plus générale, c'est bien le sens même du numérique à l'école qui s'est trouvé ainsi éclairé. De quoi est-il le nom ? Sans doute d'un malaise et d'un défi : adapter l'école à la civilisation du numérique qui oblige à repenser l'appropriation et la nature même de la connaissance. Assurément aussi d'une prise de conscience : le numérique est moins une question d'outils ou d'usages que d'enjeux, tant il rend possible et indispensable la formation de citoyens autonomes et responsables dans un monde en mutation. Les chercheurs et enseignants ont partagé réflexions et expériences.

Comment ne pas être noyé par le flux d'informations que les nouvelles technologies font déferler chaque jour sur nous ? Ouvertures Une nouvelle société du savoir Philippe Queau envisage la question sous quatre angles. Urgences scolaires. Interview d'É. Bruillard.