background preloader

Antigravite

Facebook Twitter

Comment le gouvernement américain a supprimé la première industrie civile developpant un engin spatial civil au Monde … En 1955, Otis T.

Comment le gouvernement américain a supprimé la première industrie civile developpant un engin spatial civil au Monde …

Carr, un protégé de Nikola Tesla a commencé un effort public très visible pour développer un vaisseau spatial civil ,un prototype qui pourrait être produit en masse sous la forme de kits à monter, et vendu au public. En cas de succès, Carr aurait développé le premier engin spatial civil du monde et aurait révolutionné l’industrie de l’aviation. Le véhicule devait être alimenté par un générateur électrique puisant l’énergie électrique à partir de l’environnement, et aurait produit un effet anti-gravité pour la propulsion. Carr a affirmé avoir été enseigné tout ce qu’il savait sur ​​l’énergie électromagnétique et des principes anti-gravité par le célèbre inventeur yougoslave Nikola Tesla.

Pour la NASA l’EmDrive fonctionne, même si c’est théoriquement impossible. Isaac Newton n’a qu’à bien se tenir, une des dernières expériences de la NASA remet en cause les lois établies par le physicien.

Pour la NASA l’EmDrive fonctionne, même si c’est théoriquement impossible

C’est le laboratoire de la NASA, Eagleworks, situé près d’Houston, qui annonce avoir fait de nouvelles découvertes sur l’EmDrive, un système de propulsion pour les engins spatiaux qui a la particularité de ne pas utiliser de carburant. L’EmDrive permet de créer une poussée à l’aide de micro-ondes et donc juste avec une source de courant. Nous ne sommes pas capables d’avoir du carburant en illimité dans l’espace, mais nous savons depuis un moment comment alimenter en énergie de façon continue n’importe quel appareil spatial.

Ce moteur serait donc la solution pour les très longs voyages, la seule limite étant éventuellement une panne technique des moteurs. Petit problème cependant, selon notre compréhension de la physique, ce phénomène n’est pas expliqué et remet en cause certaines lois de Newton. Et pourtant, selon la NASA, l’EmDrive fonctionnerait. De la gravité artificielle recréée dans l'espace ? A propos de gravité justement, la société de construction spatiale russe RKK Energuia est en train de réaliser des travaux de conception sur module destiné à la Station spatiale internationale, qui serait capable, selon les ingénieurs, de recréer une gravité artificielle !

De la gravité artificielle recréée dans l'espace ?

Selon Oleg Orlov, directeur de l’Institut des problèmes médico-biologiques de Moscou, ils auraient mis au point une centrifugeuse de petit rayon servant à recréer une gravité artificielle. A l’aide d’une simulation, les ingénieurs russes ont pu démontrer l’efficacité de cette technique. Vraiment hâte de voir ça ! Cela changerait complètement notre conception des engins spatiaux, il faudrait prévoir des modules de stations spatiales qui soient exploitables et en apesanteur et avec les effets de la gravité, dans les deux cas. On n’est pas si loin de Robotech, d’Albator, de Star Wars, Star Citizen ou de Tintin au final ! Une gravité artificielle sera enfin recréée en orbite! Sci-tech URL courte.

Une gravité artificielle sera enfin recréée en orbite!

L'ANTIGRAVITE LE REVE DEVIENT POSSIBLE. Comment recréer une gravité artificielle dans l'espace ? Le Cern sur la piste de l'antigravité grâce à Alpha et Aegis. L'expérience Alpha (Antihydrogen Laser Physics Apparatus), bien que destinée à la mise en évidence d'éventuelles différences entre la matière et l'antimatière, n'avait pas pour but de découvrir l'existence de l'antigravité.

Le Cern sur la piste de l'antigravité grâce à Alpha et Aegis

Elle vient pourtant de servir à poser de nouvelles bornes sur son existence, qui reste à démontrer. Les équations de la relativité générale partagent certaines caractéristiques communes avec celles de l'électromagnétisme. Ce sont en effet des équations du même type que celles décrivant des champs de Yang-Mills. On pourrait alors penser qu'il doit exister l'équivalent des charges électriques négatives et positives, et donc des forces répulsives entre des particules de matière normale et d'autres de nature à déterminer. Des candidates viennent tout de suite à l'esprit : les particules d'antimatière. Toutefois, on a toutes les raisons de croire que les particules d'antimatière ont des masses positives. Le Cern sur la piste de l'antigravité avec l'expérience GBAR.

L'antimatière se comporte-t-elle comme la matière dans un champ de gravité ?

Le Cern sur la piste de l'antigravité avec l'expérience GBAR

Nous n'en sommes pas encore certains. Des expériences menées au Cern, comme celle appelée « GBAR », doivent le vérifier. Si tel n'est pas le cas et qu'il existe une « antigravité », il faudrait alors profondément modifier la physique que nous connaissons. Les 52e rencontres de Moriond, qui rassemblent les physiciens des hautes énergies pour faire le point sur les dernières découvertes en physique fondamentale, viennent de s'achever à La Thuile, en Italie. Micro-gravité ou apesanteur, dans l’ISS ? - Le Hollandais Volant.

Ceci est une réponse à Bruce, de la chaîne e-penser, à propos de sa vidéo « Pourquoi les astronautes flottent dans la station spatiale internationale ».

Micro-gravité ou apesanteur, dans l’ISS ? - Le Hollandais Volant

Bien que la probabilité qu’il passe ici soit aussi grande que celle pour le chat de Schrödinger de devenir un lapin (qui n’est pas nulle bien que très faible), je poste ça ici plutôt que sur Couleur-Science justement par ce que c’est en commentaire à sa vidéo (et que je ne peux pas poster sur Youtube).

Dans la vidéo, Bruce se pose la question du titre : Pourquoi les astronautes flottent dans la station spatiale internationale ? Il dit, tout au long et avec conviction, que ce n’est pas de l’apesanteur (ni de l’impesanteur) mais qu’il s’agit plutôt de micro-gravité. Je ne suis pas d’accord avec ça. Et il se contredit d’ailleurs.