background preloader

Bonheur et famille

Facebook Twitter

Les Françaises font passer la famille avant leur épanouissement personnel. Une étude conduite par l’Institut Ipsos dresse le profil des Françaises d’aujourd’hui.

Les Françaises font passer la famille avant leur épanouissement personnel

On découvre des femmes prêtes à se sacrifier pour leur famille et qui ont une vision raisonnée du couple. Quelle perception ont les Françaises de leur vie privée ? L’étude FleishmanHillard "Women Power and Money" réalisée dans plusieurs pays dont la France révèle que les femmes ont tendance à privilégier leur famille au détriment de leur satisfaction personnelle. Une spécificité française comparée à la Chine, les États-Unis, l’Allemagne et l’Angleterre où a aussi été menée l’enquête. " Le premier enfant rend plus heureux. Le deuxième aussi. Mais le troisième...

«Famille nombreuse, famille heureuse»?

Le premier enfant rend plus heureux. Le deuxième aussi. Mais le troisième...

Pas si simple. En fait, la naissance des deux premiers enfants procurerait du bonheur supplémentaire aux parents, mais il semblerait que ce soit moins marqué pour le troisième bambin, selon une étude de la London School of Economics, que relaie le Smithsonian Mag. Les chercheurs se sont fondés sur les données de plus de 7.000 familles, recueillies sur plus de dix ans, à la fois en Allemagne et en Grande-Bretagne. Avoir des enfants rend-il (plus) heureux ? Barbara Lambert : La théorie qui prédominait jusqu’à présent était que les couples sans enfants étaient plus heureux que les couples avec enfants.

Avoir des enfants rend-il (plus) heureux ?

Or une étude vient de paraître selon laquelle les couples avec enfants ne seraient pas forcément plus heureux mais « moins malheureux », sur le long terme, que les couples sans enfant. Avez-vous pu constater une telle évolution dans votre pratique quotidienne ? Valérie Colin Simard : Oui, je constate exactement ce dont vous parlez. La question serait plutôt de savoir si avant, c’était différent. Enfants Québec Être parent rend-il heureux? Crédit: Istockphoto Avoir des enfants apporte-t-il le bonheur?

Enfants Québec Être parent rend-il heureux?

La réponse n’est pas si simple… Le bonheur est dans la famille, pour les Français. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous permettre de partager du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux, pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et pour nous permettre de mesurer l'audience.

Le bonheur est dans la famille, pour les Français

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies Le bonheur est dans la famille, pour les Français La famille est source de joie pour la majorité des Français, loin devant les amis et la vie professionnelle. Franceinfo Mis à jour le , publié le. «La famille, première clé de l'épanouissement» INTERVIEW - Face à la perte de repères, la famille est plus que jamais perçue comme un espace de bonheur, analyse Marie-José Forissier, présidente de Sociovision-Cofremca.

«La famille, première clé de l'épanouissement»

LE FIGARO MAGAZINE. - La famille rime-t-elle avec bonheur aux yeux des Français? Marie-José FORISSIER. - La famille est plus que jamais source de bonheur et d'épanouissement. 89 % des Français interrogés par Sociovision-Cofremca * se disent heureux sur le plan familial, 87 % soulignent que rien ne compte plus à leurs yeux que de partager des moments forts avec leurs proches. La famille est l'une des clés du bonheur des Français, leur réponse à l'adversité ambiante. La crise a-t-elle accentué cette tendance? La famille fait le bonheur des Français «aisés» Elle est pour eux le premier ingrédient d'une vie heureuse.

La famille fait le bonheur des Français «aisés»

Moins d'un quart d'entre eux considèrent en revanche l'investissement professionnel comme un moteur dans leur existence. La famille avant tout! Pour 77 % des Français aisés, c'est elle qui contribue le plus au bonheur. Selon une étude réalisée par CSA pour HSBC France (auprès de particuliers détenant plus de 75.000 euros d'avoirs et/ou des revenus de plus de 70.000 euros brut, ou 100.000 euros bruts par ménage), le rôle qu'ils jouent au sein de la cellule familiale est leur plus grande motivation.

Mais il s'agit moins d'être entouré que de «veiller au bien être de sa famille» (pour 78 % des sondés) ou de «donner à ses enfants la meilleure éducation» (pour 76 %).