ACTA, SOPA, PIPA &les autres

Facebook Twitter
Hier, les Labs de l’HADOPI rendaient public un appel à expérimentations concernant les mal nommés « moyens de sécurisation ». Je souhaitais donner un écho un peu moins technique, plus vulgarisateur, à ce billet publié sur mon blog. L’exercice n’est pas spécialement simple car passé le ton cynique et dérisoire que m’inspire le simple terme « moyens de sécurisation » dans ce contexte précis, il me semble important que tout le monde prenne bien conscience de la supercherie que revêt l’attribution à l’HADOPI de cette disposition du texte de loi. Les mots sont forts, ils fâcheront certainement quelques personnes que j’apprécie par ailleurs… mais désolé, c’est vraiment plus fort que moi, je ne peux pas laisser passer ça, je ne l’ai jamais fait et je ne le ferai jamais. HADOPI : la génése d’un failware HADOPI : la génése d’un failware
SOPA, PIPA, et la crainte d'un filtrage du Web à grande échelle SOPA, PIPA, et la crainte d'un filtrage du Web à grande échelle 6 / 7 Mais le mouvement ne s'arrête pas aux militants de la liberté d'expression : plusieurs très grandes entreprises, dont Amazon et Google, participent au mouvement de protestation. Si leurs sites restent accessibles, ces entreprises ont publié sur leur page d'accueil des liens vers des pétitions ou des textes expliquant leur opposition à la loi. Crédits : Le Monde.fr facebook twitter google + linkedin pinterest 7 / 7 Ces sociétés jugent que le projet de loi les forcerait à devenir censeurs en faisant reposer sur eux la responsabilité légale de sites. Wordpress.org, l'une des principales plates-formes de blogs, participe également à la journée de protestation. Crédits : Le Monde.fr facebook twitter google + linkedin pinterest 1 / 7 La version anglophone de Wikipedia sera fermée pendant vingt-quatre heures, mercredi 18 janvier.
INFOGRAPHIE. La loi SOPA, de l'anti-piratage à la censure du web - - Le Nouvel Observateur
01net. le 23/01/12 à 17h50 Depuis l’annonce de la fermeture par la justice américaine de MegaUpload, les Anonymous font couler de l’encre et parler la poudre. Ce groupe d’hacktivistes multiplie les attaques en déni de service et les opérations un peu plus élaborées (« défacement » ou récupération de données). On ne compte plus les sites, français, américains, brésiliens, etc. mis hors ligne ou dont la page d’accueil a été remplacée (défacée) : les sites de Vivendi, du ministère français de la Justice, de l’Elysée, du bureau du copyright américain, etc. Affaire MegaUpload, une chance pour la cyberdémocratie ? Affaire MegaUpload, une chance pour la cyberdémocratie ?
SOPA, PIPA : qu'est-ce que c'est ? Où en est-on? - Vu sur le web - Nouvelobs.com Le Stop Online Piracy Act (SOPA) Introduit à la Chambre des représentants au mois d’octobre sous pression de l’industrie du cinéma et de la musique américaine, le projet de loi Stop Online Piracy Act entend lutter contre la violation des droits par des mesures drastiques. L’une des principales cibles de ce projet de loi sont les sites étrangers, qualifiés de "sites voyous", tels que The Pirate Bay. Pour ce faire, le projet SOPA donne la possibilité au procureur d’imposer aux entreprises américaines de cesser toute activité avec un site accusé de violer les droits d’auteur. SOPA, PIPA : qu'est-ce que c'est ? Où en est-on? - Vu sur le web - Nouvelobs.com