background preloader

11 Novembre 1918 : Armistice

Facebook Twitter

La signature de l'armistice le 11 novembre 1918 est célébrée dans la liesse dans toutes les villes alliées. Le sort de la guerre bascule à la mi-juillet 1918 avec l'échec définitif de l'offensive allemande lors de la "seconde bataille de la Marne" et les débuts d'une contre-offensive générale alliée. La stratégie préconisée par Ludendorff (remporter une victoire décisive avant la participation des soldats américains au combat) a échoué et il apparaît évident désormais que l'avantage, tant sur le plan numérique que sur celui des armements (chars et avions), penche très nettement du côté des Alliés.

Le 8 août 1918, les Alliés réalisent une percée importante au sein des lignes allemandes à l'est d'Amiens, contraignant l'armée allemande à se replier sur la ligne Hindenburg. Le 26 septembre, Foch, commandant en chef des armées alliées, lance un assaut général contre les positions allemandes, sur un front de 350 kilomètres. Au début du mois de novembre, la situation se dégrade considérablement pour l'Allemagne. L'armistice du 11 novembre 1918 | Histoire | Le site de l'Histoire. L’armistice du 11 novembre 1918 a pris effet à la onzième heure du onzième jour du onzième mois de la quatrième année de la première guerre mondiale.

Très exactement quatre ans, trois mois et neuf jours de combats terriblement meurtriers. Il avait été signé six heures plus tôt, un peu après 5 heures du matin, par les représentants alliés et allemands dans le wagon d’état-major aménagé du général Foch, dans la clairière de Rethondes en forêt de Compiègne. Il marquait la victoire des armées alliées et la capitulation de l’Allemagne. Vers l’armistice du 11 novembre 1918 Malgré le traité de Brest-Litovsk, signé le 3 mars 1918, qui avait amené à la reddition de la Russie et permis à l’Armée allemande de se concentrer sur le front de l’Ouest, la situation était mauvaise pour les troupes du Kaiser. Au cours des semaines précédentes, le haut commandement allemand avait enfin compris qu’il ne pourrait plus gagner la guerre. La signature de l’armistice du 11 novembre 1918 Après l’armistice. Armistice de Rethondes 11 novembre 1918. Armistice signé le 11 novembre 1918 dans une clairière de la forêt de Compiègne, proche de la gare de Rethondes.

Les conditions d'un armistice sont arrêtées le 4 novembre 1918 à Versailles par le Conseil suprême de la guerre des Alliés, puis communiquées par le maréchal Foch à la délégation allemande présidée par le Dr Erzberger, le 8 novembre à Rethondes. L'armistice est signé le 11 novembre à 5 h 10 pour prendre effet à 11 heures. Il sera renouvelé le 13 décembre 1918 et le 16 janvier 1919, puis reconduit le 16 février jusqu'à la signature du traité de Versailles (28 juin 1919).

Pour en savoir plus, voir l'article Première Guerre mondiale. Pourquoi l'armistice du 11 novembre 1918 n'a pas (vraiment) mis fin à la guerre. Quatre ans, trois mois et sept jours après l'entrée en guerre de la France et de ses alliés (Royaume-Uni, Russie) face à l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, l'armistice est signé au petit matin, dans un train à Rethondes (Oise).

Le 11 novembre 1918, les armes se taisent à onze heures. L'envahisseur allemand est vaincu. Date de commémoration symbolique de la première guerre mondiale, le 11-Novembre ne marque pas tout à fait la fin de la guerre. Le véritable traité de paix n'est signé que huit mois plus tard et d'autres conflits directement liés à la Grande Guerre éclatent, notamment en Europe de l'Est.

Plus globalement, le concept même de guerre ne peut se limiter à une chronologie si précise : pour les soldats, l'expérience de guerre se prolonge des mois, voire des années après l'armistice. Eclairages. Des combats renaissent à l'Est Le 11 novembre 1918, les combats cessent presque instantanément sur le front ouest. La démobilisation prend du temps La démobilisation n'est pas un vain mot.

Armistice du 11 novembre 1918. « Armistice du 11 novembre 1918 » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior Signature de l’armistice de 1918 dans le wagon de l'Armistice, à Rethondes. De face, le maréchal Foch (debout), entouré du général Weygand et des amiraux britanniques Wemyss et Hope. À la fin de la Première Guerre mondiale, l'armistice de Rethondes est un traité signé le 11 novembre 1918 entre les forces alliées et l'Allemagne dans un wagon dans la forêt de Compiègne à Rethondes. Ce traité définit la fin des combats sur le front occidental, et les conditions de la défaite de l'Allemagne.

Les signataires sont Ferdinand Foch et Matthias Erzberger. Les circonstances de l'armistice[modifier | modifier le wikicode] Depuis juillet 1918, sur le front ouest, l'armée impériale allemande recule progressivement, mais en bon ordre. Les alliés de l'Allemagne ont cessé les combats : la Bulgarie le 29 septembre, la Turquie le 30 octobre, l'Autriche-Hongrie le 4 novembre. 11 novembre 1918 - Un armistice met fin à la Grande Guerre - Herodote.net. Lundi 11 novembre 1918, 11 heures : dans toute la France, les cloches sonnent à la volée. Au front, les clairons bondissent sur les parapets et sonnent le « Cessez-le-Feu », « Levez-vous », « Au Drapeau ». La « Marseillaise » jaillit à pleins poumons des tranchées. Même soulagement en face, dans le camp allemand. Pour la première fois depuis quatre ans, Français et Allemands peuvent se regarder sans s'entretuer.

Un armistice (arrêt des combats) a été conclu le matin entre les Alliés et l'Allemagne, dernière des Puissances Centrales à rendre les armes. Il laisse derrière lui huit millions de morts et six millions de mutilés. Les survivants ont perdu la foi dans les valeurs morales et spirituelles qui ont fait la grandeur et l'unité de l'Europe. Voir le texte intégral de la convention d'armistice : La minute d'Hérodote : Richard Fremder raconte l'Armistice et sa douloureuse mise en oeuvre : Écouter : La défaite inéluctable de l'Allemagne En France, la demande d'armistice fait débat. Que s’est-il passé le 11 novembre 1918 ? Le 11 novembre : Un jour mémoire | Chemins de Mémoire - Ministère de la Défense - Ministère de la Défense.

Le 11 novembre 1918 - Quelques témoignages écrits. 11 novembre 1918 : la signature de l’Armistice à Rethondes. Nous sommes le 11 novembre 2016 mais en quel 11 novembre partons-nous ? Le 11 novembre 1918, le matin de l’armistice, bien sûr, qui met fin à la première guerre mondiale. Il a été signé, il y a un tout petit peu plus d’une heure : à 5h10. Dans la forêt de Compiègne, à Rethondes, dans le wagon de chemin de fer du maréchal Foch. Peut-on vous demander qui était présent ? Côté alliés : ledit Foch, bien entendu, qui commande l’ensemble du camp allié sur le front de l’Ouest, son chef d’état-major, le général Weygand ; mais aussi l’amiral britannique Wemyss. Côté allemand, Matthias Erzberger, qui représente le gouvernement, le comte Alfred Von Oberndorff au nom du ministère des Affaires étrangères et puis des militaires : les généraux Von Winterfeld et Von Grünnel, notamment. Les combats se sont arrêtés immédiatement ?

Non, Mathieu. Cinq minutes plus tard, les cloches sonneront dans chaque village, les clairons raisonneront sur toutes les zones de combat.