Trident Media Guard sélectionné pour surveil

Facebook Twitter
rapport sur TMG

le rapport non censure TMG

TMG hacked

Affaire TMG (Hadopi) : une étrange plainte déposée par la CNIL

Affaire TMG (Hadopi) : une étrange plainte déposée par la CNIL

Souvenez-vous. Avant l'été, des données issues d'un serveur de la société nantaise chargée de collecter les adresses IP des internautes pour les transmettre à l'Hadopi avaient fuité, laissant présager la possibilité d'une importante faille de sécurité dans la riposte graduée. Tout a été fait depuis pour minimiser la portée de l'affaire, l'Hadopi se contentant du minimum syndical en suspendant la réception automatisée des adresses IP, sans interrompre ses relations commerciales avec TMG. La riposte graduée étant dépendante de cette seule société privée (sic), l'autorité administrative continuait de recevoir les adresses IP sur un support physique envoyé régulièrement par la Poste. Finalement, l'enquête ouverte par la CNIL s'est close le mois dernier, sans aucune sanction à l'égard de TMG.
Hadopi : Trident Media Guard sélectionné pour surveiller le P2P Hadopi : Trident Media Guard sélectionné pour surveiller le P2P Le prestataire technique en charge de la surveillance des réseaux P2P dans le cadre l'application de la loi Hadopi a été retenu. Il s’agit de la société française Trident Media Guard (TMG), qui édite depuis 2002 des applications de détection et de filtrage des téléchargements illégaux. TMG a été choisie par les professionnels de la musique et du cinéma. La mission de cette entreprise sera donc de surveiller les échanges en P2Pd'une sélection de près de 10.000 œuvres identifiées. Les 4 réseaux de P2P les plus actifs seront surveillés Selon un article de 01Net, TMG s’attèlera à la surveillance de quatre réseaux de P2P, les plus actifs (mais sans plus de précisions).
HADOPI : Comment TMG compte réellement piéger les internautes ? HADOPI : Comment TMG compte réellement piéger les internautes ? On apprenait hier que Trident Media Guard, TMG, pourrait utiliser l’injection aléatoire d’ip fakées sur les réseaux P2P. Le procédé semble à la frontière de la légalité, mais on ne peut pas vraiment en juger, c’est justement le travail d’un juge de définir si oui ou non l’adresse IP constitue une donnée personnelle. Mais là n’est pas le sujet du jour, nous allons plonger, techniquement, dans les entrailles du système TMG, car figurez que c’est public ! TMG a enregistré des brevets pour son système d’écoute, ce dernier est donc parfaitement spécifié, et c’est relativement bien fichu et plus élaboré que ce que l’on pensait initialement. Mais ce qu’il y a de bien avec les brevets, c’est qu’il faut les spécifier correctement si on ne souhaite pas se voir exprimer un refus du bureau d’enregistrement… et comme je vous le disais, ces documents sont publics.