Facebook

Facebook Twitter
Le jour où Facebook a perdu ma confiance Le jour où Facebook a perdu ma confiance - REUTERS/Michael Dalder - Vous vous souvenez de toutes les conversations que vous partagiez avec votre meilleur pote en message Facebook, dans lesquels vous disiez «putain (parce que vous êtes vulgaire en message privé), putain, si quelqu’un tombait sur la conversation qu’on est en train d’avoir!»? Hé bien voilà, tout le monde a pu ou peut encore tomber sur cette conversation, ce lundi.
Cet article a été publié il y a 2 ans 6 mois 19 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. La guerre entre Facebook et Twitter fait rage. Si Facebook bénéficie d’une audience bien plus large que son concurrent avec un nombre de comptes avoisinant les 700 millions, Twitter a su se développer en se concentrant sur ses forces, et principalement son instantanéité. Avec brio puisque les médias ne voient plus que par Twitter. Facebook s'apprête à lancer Happening Now Facebook s'apprête à lancer Happening Now

Comprendre Facebook (3/3) : L’internet des API, le web des applications

Comprendre Facebook (3/3) : L’internet des API, le web des applications Par Hubert Guillaud le 21/06/11 | 9 commentaires | 9,962 lectures | Impression Pour les 500 millions d’utilisateurs de Facebook il semble n’y avoir qu’une manière d’accéder à Facebook : celle de se connecter sur le réseau social pour consulter son mur d’activité (le “NewsFeed”). Pourtant, via Facebook Connect, on a déjà vu qu’il y en avait une autre, distante, permettant d’interagir avec les services de Facebook depuis d’autres sites. Il y en a encore une autre, réservée aux services informatiques des sites qui utilisent Facebook. Cet autre accès passe par les API, les interfaces de programmation, c’est-à-dire des jeux de données ouverts qui permettent aux développeurs d’utiliser les services proposés par Facebook et qui sont l’une des clefs du fonctionnement du web 2.0.
TF1 Vision, le service de vidéo à la demande (VOD) du groupe TF1, et Facebook ont lancé ce soir pour la première fois en Europe un nouveau mode de distribution commerciale de programmes (spectacles et films) s'appuyant sur la convivialité du réseau social. Baptisée " Social VOD ", cette expérimentation lancée au même moment dans cinq pays (France, Belgique, Suisse, Luxembourg et Canada) propose aux utilisateurs de Facebook de louer un programme, d'inviter leurs amis à faire de même, ou de le leur offrir tout en créant des discussions sur l'oeuvre visionnée. Le premier programme proposé par ce nouveau mode de consommation présenté comme révolutionnaire et expérimental par TF1 Vision, est le spectacle de l'humoriste Florence Foresti " Fucking Mother " disponible pour 3,99 euros pour 48h de visionnage. Cette vidéo à la demande est disponible depuis la page Facebook de l'artiste qui recense 1,3 million d'amis et de fans invités à faire connaître l'offre à leurs propres amis. Flash Eco : TF1 et Facebook s'associent Flash Eco : TF1 et Facebook s'associent
La Syrie part en guerre contre Facebook - INTERNET
Facebook face aux réseaux sociaux chinois Facebook face aux réseaux sociaux chinois Lorsqu'on navigue pour la première fois sur le Web depuis la Chine, on est bien surpris de ne pas y trouver ses sites habituels. Twitter, YouTube, Dailymotion, Blogger ou même encore Facebook n'ont en effet pas franchi l'épreuve du "great firewall" ("grande muraille pare-feu"), nom donné au système de filtrage et de contrôle de la Toile chinoise par le gouvernement de Pékin. Souvent considéré comme l'expression la plus poussée de la censure politique qui règne en Chine, le great firewall participe aussi largement au protectorat économique dans un marché de l'Internet aujourd'hui extrêmement lucratif. L'absence du géant YouTube a notamment permis aux acteurs locaux de la vidéo en ligne de se développer rapidement. Ainsi, Youku est entré récemment en bourse à Wall Street alors que Tudou affiche à lui seul plus de 200 millions de vidéos vues par mois.
Facebook, le début d'une nouvelle bulle Internet? Facebook, le début d'une nouvelle bulle Internet? Combien vaut Facebook? C’est la question qui est sur toutes les lèvres à Wall Street et dans la Silicon Valley. Un récent investissement de 450 millions de dollars (330 millions d’euros) de Goldman Sachs a récemment fait grimper l’estimation de la valeur du réseau social à 50 milliards de dollars (36,7 milliards d’euros). Mais selon un sondage réalisé par Bloomberg, les investisseurs ne partagent pas l’optimisme de la banque. Sur 1.000 investisseurs interrogés, 69% estiment que Facebook est surcoté, 10% pensent que sa valeur est bien estimée et seulement 4% affirment que le réseau social vaut plus que 50 milliards de dollars.