Prisons

Facebook Twitter

La beauté enfin dévoilée de "Lettre à la prison" LE MONDE | • Mis à jour le | Par Isabelle Regnier Le noir est charbonneux, le blanc éblouissant.

La beauté enfin dévoilée de "Lettre à la prison"

L'image est abîmée, parfois striée. Assise sur un lit, dans des draps blancs froissés, une femme rejette ses cheveux en arrière, au ralenti. Image de rêve ? On comprendra plus tard que c'est celle d'un fantôme, le fantôme d'une femme française, retrouvée morte au pied d'une voiture, sauvagement assassinée. D'abord, le film nous embarque sur le quai d'un paquebot, l'Avenir, qui transporte des Tunisiens jusqu'au Port autonome de Marseille. Sur le bateau, l'homme ébauche mentalement le brouillon d'une lettre qu'il voudrait lui écrire. Avant de monter dans le train pour Paris, le jeune homme reste quelques jours à Marseille, hume l'air de la ville, s'installe dans une chambre d'hôtel spartiate, entend fuser des propos racistes ordinaires... "Pas politique" Lettre à la prison n'est pas un film militant, mais c'est un film politique, visionnaire, dont le sens s'est intensifié avec les années. Adam, détenu et témoin gênant, torturé à Fleury - Société - Le M. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Yves Bordenave Appelons-le Adam.

Adam, détenu et témoin gênant, torturé à Fleury - Société - Le M

Pour l'heure, ce jeudi 23 juillet dans le bureau de son avocat, Me Damien Brossier, face à la cathédrale d'Evry (Essonne), Adam préfère que son identité reste dans le secret du dossier judiciaire. Ce n'est pas de la peur. Plutôt de la pudeur. A 32 ans, cheveux taillés ras et visage mat, ce Français d'origine nord-africaine, qui ne sait ni lire ni écrire, collectionne les séjours derrière les barreaux pour des violences diverses et des délits mineurs.

Il n'a pourtant pas résisté aux sévices que lui ont infligés des détenus, de mèche avec un groupe de surveillants, lors de son dernier passage à Fleury. Le 25 août 2007, il y purge une énième peine. Sur l'instant, les surveillants, affolés, ont oublié qu'un témoin assiste au drame. Dans l'infirmerie, les surveillants l'installent en PLS (position latérale de sécurité) en attendant le médecin. "Faux", jure Adam, qui l'a confirmé le 23 avril devant un juge d'instruction d'Evry.