background preloader

Immigration italienne

Facebook Twitter

"Comment les algues se reproduisent-elles?(1)" Italo-américains. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Italo-américains

Italo-Américains Éminents Italo-Américains : Madonna, Fiorello La Guardia, Robert De Niro, Francis Ford Coppola, Nancy Pelosi, Frank Sinatra, Joe DiMaggio, Samuel Alito, Rudy Giuliani, Martin Scorsese, Enrico Fermi, Chris Botti. Un Italo-Américain est un habitant des États-Unis d'origine italienne. Dans le recensement américain de 2000, les Italo-Américains représentent le sixième plus grand groupe de population selon son origine, avec environ 15,6 millions d'habitants (5,6 % de la population totale américaine). Les Sicilo-Américains sont un grand sous-ensemble d'Américains dont les ancêtres sont de la région sicilienne de l'Italie. Histoire et démographie[modifier | modifier le code]

L'émigration italienne au XIXème siècle - L'Histoire Géo au lycée Vinci. En correction au travail sur l'émigration italienne (voir l'énoncé), voici les trois paragraphes qui constituent le II/A du cours : Émigration désigne le fait de quitter son pays pour résider dans un autre pays.

L'émigration italienne au XIXème siècle - L'Histoire Géo au lycée Vinci

Ici nous traiterons de l'émigration italienne Le constat Les Italiens sont nombreux à quitter leur pays dans la deuxième moitié du XXe siècle : 10 millions d'entre eux partent pour d'autres pays européens, l'Afrique ou l'Amérique du Nord. On compte parmi eux des migrant temporaires qui comptent revenir au pays : ce sont généralement des hommes seuls, allant dans des pays proches comme la France.

Les raisons La plupart des émigrés viennent des régions pauvres du Sud. Les impacts Pourtant les Italiens ne sont pas toujours bien accueillis : ils sont vus comme sales, bagarreurs, fainéants. On voit par là que l'émigration italienne est essentiellement une migration de la misère. Les Italiens aux États-Unis, la grande immigration. Aujourd’hui, presque 6 % de la population des États-Unis revendique des origines (ou une nationalité) italiennes.

Les Italiens aux États-Unis, la grande immigration

Car à partir de la fin du XIXe siècle, ils furent une destination privilégiée pour les Italiens, ceux du Mezzogiorno surtout. Les vagues migratoires et leur géographieBien que l’immigration italienne aux États-Unis ait commencé dès la période coloniale, c’est au XIXe siècle que le mouvement migratoire prend des proportions significatives. On en distingue deux vagues principales. Avant les années 1860, donc avant que l’unification italienne ne prenne forme, ce sont les Italiens des régions du nord de la Péninsule qui partent pour les États-Unis à la recherche d’emploi. Certains préfèrent s’exiler et quitter la Péninsule pour échapper aux troubles politiques engendrés par les revendications françaises et autrichiennes notamment. Marie-Christine Michaud Maître de conférences à l’université de Bretagne-Sud, Lorient. Immigration Italienne - Notes de recherches - Neonx95340. L’immigration se définit par l’entrée de personnes dans un pays pour y chercher un emploi et y vivre.

Immigration Italienne - Notes de recherches - Neonx95340

Quelles sont les causes et les conséquences de l'immigration en Europe ? En général, les pays d’immigration sont plutôt des pays riches alors que les immigrés proviennent de pays plus pauvres. Ce sont les pays d’Europe de l’Ouest qui attirent , depuis le XIXe siècle et la révolution industrielle , les immigrants La croissance économique exceptionnelle des années 1950 et 1960 a entraîné un nouvel afflux de main d’œuvre : les immigrés provenaient des pays d’Europe du Sud (Italiens, Espagnols puis Portugais en France, Turcs en Allemagne)mais aussi des pays de l'ancienne sphère coloniale ( Maghrébins et Africains de l'Ouest en France, Pakistanais, Indiens et Jamaïcains au Royaume-Uni).

Aujourd’hui, les foyers de départ vers l'Europe se sont diversifiés et proviennent de tous les continents et des pays en voie dedéveloppement. Lire la dissertation complète Citer cette dissertation. Émigration et immigration italienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Émigration et immigration italienne

Émigration italienne par régions 1876-1915 L’Italie de la fin du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle est plutôt une terre d’émigration et un réservoir à main-d’œuvre pour les pays plus industrialisés de l’Europe, mais aussi des États-Unis et des pays d’Amérique du Sud. Pendant longtemps des flux de ses migrants se sont installés de par le monde avec plus ou moins de difficulté. La grande émigration[modifier | modifier le code] Accentué par la transition démographique amenant une surpopulation des campagnes et la transformation de ses structures agraires, l’Italie va connaître plusieurs grandes vagues d’émigration. Première vague : 1880-1914, l’ouverture des principales voies de migration[modifier | modifier le code] Une grande partie de l'Italie au moment de l'unification est rurale et en 1861, presque 70 % de la population est composée d'agriculteurs.

Entre 1876 et 1900 on dénombre déjà plus de 220 000 départs annuels d’Italiens. Site de l'Offensive Libertaire et sociale. L’immigration italienne en France et aux états-Unis, désormais présentée comme un modèle d’intégration, a pourtant longtemps connu la même stigmatisation que celle qui frappe aujourd’hui les nouveaux migrants : racisme, violences, invisibilisation... 1922, Alabama – Jim Rollins, un Noir américain accusé du crime de miscegenation0 finit par être acquitté par un tribunal de l’Alabama au motif que les origines siciliennes sa partenaire, Edith Labue, ne permettent pas d’établir avec certitude son appartenance à la race blanche ou à la race noire. 1989, Brooklyn – Par une chaude journée d’été, un jeune Noir de seize ans, Yussef Hawkins, est lynché par un groupe de jeunes blancs en plein cœur du quartier italien de Bensonhurst, parce que soupçonné de fréquenter une jeune Italienne.

Site de l'Offensive Libertaire et sociale

Italian Workers of the World « Soltanto fattica e violenza e racismo, ma questa miseria coscienza ci da » 3. Amnésie historique Aurélie.