background preloader

Manif

Facebook Twitter

Bal magique à … ou notre marche républicaine à nous. Suite à mes nombreuses hésitations et tergiversations, nous avons enfin tranché, hier soir, avec des potes.

Bal magique à … ou notre marche républicaine à nous

Nous avons donc décidé d’organiser notre propre marche républicaine, loin de la tristesse conformiste, loin des foules brandissant des « Je suis Charlie » sur fond noir, et des crayons pointés vers le ciel sur fond de iTélé, loin des minutes de silence officielles, loin des grand-messes médiatiques, loin des pompeuses déclarations de l’oligarchie mondiale orwellienne sur « la Démocratie », « la République » et « la Liberté », loin de l’improbable union nationale, et surtout loin des affameurs de la Grèce, de l’Espagne et de l’Europe, loin des fraudeurs fiscaux internationaux, loin des bombardeurs du Dombass et des raseurs de Gaza, et très loin des terroristes en cravate et bannière étoilée.

Une marche républicaine anticonformiste et polémique, dans l’esprit (original – pas celui dérapant, s’embourgeoisant, des 15 dernières années) des fondateurs de Charlie. La défaite Charlie. Plus importante mobilisation en France depuis la Libération, la marche de dimanche a-t-elle été l’«élan magnifique» d’un peuple qui redresse la tête face à la barbarie?

La défaite Charlie

Je voudrais le croire. Mais l’extrême confusion qui caractérise la lecture “républicaine” de l’affaire Charlie ne fait qu’accroitre ma tristesse et mon inquiétude. Je peux me tromper, mais mon sentiment est que cette apparente victoire est la signature la plus certaine de notre défaite. Mercredi 7 janvier, j’apprends la tuerie à la rédaction de Charlie, en plein Paris. On annonce 11 morts. Quatre noms qui changent tout.

Depuis les réactions suscitées l’été dernier par l’exécution de James Foley, les journalistes sont devenues des cibles de choix des djihadistes. L’efficacité de cette stratégie a reçu sa confirmation le 11 janvier. «Je suis Charlie» est la marque d’une identification d’une large part du grand public aux victimes. Les effets de ce piège sont catastrophiques. La famille « Charlie » : « Tout ce monde avec nous. C'est beau et c'est étrange » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marion Van Renterghem En commençant sa marche en tête du cortège, quelques mètres devant les dirigeants du monde entier, l'équipe de Charlie Hebdo a eu un regret.

La famille « Charlie » : « Tout ce monde avec nous. C'est beau et c'est étrange »

Ils auraient voulu venir en brandissant les caricatures de Benyamin Nétanyahou, du roi Abdallah II de Jordanie, de Nicolas Sarkozy, du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, du premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, de tous ces chefs d'Etat et de gouvernement inégalement démocrates dont ils se sont gaussés pendant des années. « Ça aurait fait comme un dessin de famille qui aurait précédé la famille », dit le dessinateur Luz, un ancien de Charlie, avant de conclure sagement : « Bon, on ne peut pas penser à tout. » >> Lire aussi notre article : A Paris, des manifestants rassemblés pour défendre la liberté. EN IMAGES. La marche républicaine vue du ciel. Images aériennes de la manifestation républicaine. Tweets en rapport avec le hashtag #MarcheRepublicaine sur Twitter. Marche Républicaine: l'émotion de François Hollande et Patrick Pelloux. En timelapse, la place de la République se remplit de manifestants. [Portfolio] Ils n'ont pas tué Charlie ! La preuve en dix photos.

Crédits : Aurélien Dailly Partout en France, des rassemblements spontanés ont eu lieu hier suite à l'attentat contre Charlie Hebdo.

[Portfolio] Ils n'ont pas tué Charlie ! La preuve en dix photos

Au moins 100 000 personnes ont manifesté leur soutien aux victimes et à la liberté d'expression, dont 35 000 à Paris. Et ce n'est pas fini : ce soir d'autres rassemblements ont lieu. Et dimanche, une grande manifestation républicaine se déroulera dans tout le pays. Trois photographes amis de We Demain et de la liberté de la presse ont gracieusement accepté de publier leurs photos du rassemblement dans la capitale, Place de la République.

Crédits : Aurélien Dailly Crédits : Nigel Dickinson. Manifestation historique à Paris : "On veut rester libre dans ce pays" Ce 11 janvier restera une journée historique chargée de symboles et d’images.

Manifestation historique à Paris : "On veut rester libre dans ce pays"

Il y a d’abord cette foule immense, compacte, soudée, pacifique. Puis cette séquence diplomatique millimétrée où quarante quatre chefs d’Etat et de gouvernements défilent comme un seul homme, avec au premier rang les leaders palestinien et israélien. Il y a aussi les images iconoclastes comme celle d’Angela Merkel posant sa tête sur l’épaule de François Hollande. Ou encore lorsque le Président français tombe dans les bras de Patrick Pelloux en pleurs. L’urgentiste n’était pas présent à la rédaction de Charlie Hebdo au moment du drame mais sera un des premiers à arriver sur les lieux. Le rendez-vous était fixé à 15h, mais dans la nuit de samedi à dimanche déjà, des cars de télévisions venus du monde entier étaient présents au point de ralliement, place de la République à Paris – rebaptisée place de la Liberté d’expression cet après-midi.

Je suis Charlie à Bastille - an album on Flickr.