Internet et enseignement scolaire

Facebook Twitter

L'affaire du "pourrisseur du web". Points de vue critiques. Wikipédia au lycée Renoir de Nice. Enseignante en lettres au lycée Renoir de l’académie de Nice, Celia Guerrieri partage son expérience de Wikipédia dans le cadre d’un projet pédagogique avec ses élèves de seconde sur la création de l’article « Modernité en poésie ».

Wikipédia au lycée Renoir de Nice

Le Vieux Nice. Photo Gilbert Bochenek – CC-By. Once More Around the MOOC. Jérôme Bosch est-il un primitif flamand ? Il y a quelques jours, je dînais avec une collègue chez des connaissances : un couple, leur fille étudiante.

Jérôme Bosch est-il un primitif flamand ?

Cette dernière devait prochainement présenter un exposé sur Jérôme Bosch dans un « enseignement d'ouverture » en marge de son cursus (les cursus de l'enseignement supérieur imposent souvent de suivre des cours hors sa discipline principale : sport, art, etc. ; j'ignore l'objectif précis de cette pratique et s'il est effectivement atteint grâce à celle-ci). Pressée par le temps, elle sollicitait l'aide de ses parents pour relire son document (*). C'est alors que la maîtresse de maison s'est mise à déplorer très fort l'existence de sites comme Wikipédia, où se trouve de l'information non vérifiée car écrite par n'importe qui. Le numérique, ça devrait être obligatoire ! Derrière ce titre en forme de boutade, il y a comme l’idée de quelque chose d’inéluctable, de définitif, un changement sociétal tel qu’il n’est pas possible de revenir en arrière.

Le numérique, ça devrait être obligatoire !

Le numérique n’est pas un but mais pas non plus un moyen, encore moins un outil. Certains diraient révolution ou changement de valeurs ou de paradigme. C’est sans doute un peu de tout cela à la fois. Il n’y a là, je vous l’assure, nulle fascination de ma part. Être fasciné, c’est n’être pas clairvoyant, et le chemin, chacun le sait bien et les exemples sont foison en la matière, n’est pas bien loin entre fascination et répulsion — en fait c’est selon qu’on s’est levé ou non du mauvais pied. Éduquer aux médias numériques... Mais qui va s'en occuper ? Le buzz incroyable né de cette lamentable affaire de professeur imposteur cynique — je ne vous mets pas les liens, vous chercherez tout seuls… — a eu au moins une conséquence heureuse, au-delà du très fort et étonnant clivage qui a séparé ceux qui trouvaient ça bien (dont, à ma grande stupéfaction, certains de ceux dont j’avais pris l’habitude d’apprécier le sens critique et la pertinence d’analyse, comme quoi…) et ceux qui, à raison, me semble-t-il, trouvaient ça consternant.

Éduquer aux médias numériques... Mais qui va s'en occuper ?

En effet, il y a, à l’évidence, comme un frémissement consensuel, d’un côté et de l’autre, pour réclamer que le système éducatif se préoccupe enfin d’éduquer aux médias et, en l’occurrence, car l’enjeu est de taille, aux médias numériques. Je ne m’y attendais pas. Ceux qui, comme moi, sont depuis très longtemps des militants acharnés de l’éducation aux médias numériques en sont fort heureusement surpris. Comment j'ai pourri le web. Petite expérience amusante sur l'usage du numérique en lettres Préambule Pendant ma première année au lycée, j’ai donné à mes élèves de Première une dissertation à faire à la maison.

Comment j'ai pourri le web

Avec les vacances scolaires les élèves avaient presque un mois pour la rédiger : c’était leur première dissertation de l’année. Plus tard, en corrigeant chez moi, je me suis aperçu que des expressions syntaxiquement obscures étaient répétées à l’identique dans plusieurs copies.

Critiques de "Comment j'ai pourri le web"

Discussions autour de "Comment j'ai pourri le web" L'affaire du "pourrisseur du web". Points de vue critiques. Comment il a pourri le web ... Source : Loys - Laviemoderne.net - Comment j'ai pourri le web Petite expérience amusante sur l'usage du numérique en lettres Une démonstration de Loys (laviemoderne.net) en première, classe de Lettres, à propos d'un poème d'un poète obscur du XVIIe. Retour sur un petit maelström médiatique. En quelques jours à peine l'article "Comment j'ai pourri le web" a généré un demi-million d'affichages, quatre-vingt dix mille "J'aime" sur Facebook, plus de cinq mille tweets.

Publié sur Rue89 , il a dépassé les 300.000 lectures. Je dois donc vous remercier tous pour l'intérêt que vous avez témoigné pour cette "petite expérience amusante". La presse en ligne, les radios et même la télévision s'en sont emparés. Comme le standard de mon lycée, qui n'avait rien demandé et à qui je présente mes humbles excuses, j'ai été submergé de mails et de coups de téléphones de journalistes. Wikipédia favorise-t-elle l'esprit critique ? Le témoignage du professeur Loys Bonot a été très médiatisé.

Wikipédia favorise-t-elle l'esprit critique ?

Repris sur Rue89, il attiré près de 300 000 lecteurs. Cette expérience pédagogique qui consiste, de l’aveu de son auteur, à « pourrir le Web » pour mesurer le degré de servilité de ses élèves à l’égard des sources numériques, a réveillé de nombreuses préoccupations latentes. Principale concernée par cette affaire, l’encyclopédie en ligne Wikipédia n’est pas restée insensible. Dès jeudi matin, une longue discussion, toujours en cours, s’est amorcée sur la principale interface communautaire, Le Bistro. Incertitudes du plagiat, édition Web. Mise à jour : Marie-Anne Paveau a pris le soin de réunir d’autres points de vue critiques, dont celui d’Olivier Bouba-Olga.

Incertitudes du plagiat, édition Web

Cette controverse me fait découvrir certains clivages dormants entre enseignants du secondaire et du supérieur troisième cycle, et permet aussi de “retrouver” une partie de la blogosphère universitaire. Le récit d’une petite opération de contre-espionnage pédagogique a beaucoup circulé ces derniers jours : une enseignante a expérimenté avec le plagiat et observe qu’il s’est généralisé au point où elle ne souhaite plus faire confiance à ses élèves pour utiliser les technologies numériques. Comment les étudiants utilisent-ils Wikipedia ? Ils l'utilisent massivement, même lorsque leurs professeurs le déconseillent.

Comment les étudiants utilisent-ils Wikipedia ?

Ils apprécient son côté pratique et intelligible, notamment pour "débroussailler" un sujet, mais ils ne lui font pas aveuglément confiance et privilégient les sources universitaires, les livres et les journaux dans la deuxième étape d'un travail de recherche. Telles sont les principales conclusions d'une étude de l'université de Washington portant sur l'utilisation de l'encyclopédie collaborative en ligne Wikipedia, basée sur 2 300 questionnaires et des groupes de rencontre dans six universités américaines.

Les auteurs de l'étude se sont plus particulièrement penchés sur les outils utilisés par les étudiants pour la rédaction des "argument papers", ces devoirs d'une dizaine de page commandés aux étudiants en milieu de semestre, et qui nécessitent un important travail de recherche.