background preloader

Traitement médiatique politique

Facebook Twitter

Valls médiatique. À propos de la solidarité via Facebook avec le bijoutier niçois. À moins d’être un ermite, difficile d’être passé à côté du buzz Facebook en soutien au bijoutier de Nice.

À propos de la solidarité via Facebook avec le bijoutier niçois

Suite à ce coup de tonnerre, le point sur la situation. Samedi 14 septembre - 17h00 Nous n’en revenons pas, une page Facebook, en ligne depuis le 11 septembre, dépasse allègrement le million de fans ! De mémoire de hoaxbuster (en ligne depuis 2000 et présents sur Facebook depuis 2007), c’est du jamais vu. L’air du soupçon. Pierre Carles, Hervé Kempf, Alain Gresh, Étienne Chouard, Jean Bricmont… tous fachos ?

L’air du soupçon

Quand Christiane Taubira donne une leçon aux journalistes. Affaire Cahuzac : les auditions de la Commission d'enquête. Le petit journal : une imposture journalistique « Zarmag. Le petit journal, émission star de canal + n’est pas une émission journalistique, simplement une bonne émission de divertissement à qui les téléspectateurs accordent beaucoup trop de crédit.

Le petit journal : une imposture journalistique « Zarmag

Scoop horrifié de la revue Médias : « 74 % des journalistes votent à gauche »… À l’appui de cette couverture, un sondage, ou plutôt une « consultation » menée par Harris Interactive, dont un article rend compte sur six pages.

Scoop horrifié de la revue Médias : « 74 % des journalistes votent à gauche »…

Et qui de mieux, pour rédiger cet article, que Jean-Daniel Lévy, « directeur du département opinion & corporate de Harris Interactive ? Médias en campagne : à propos du documentaire « DSK, Hollande, etc. » Depuis le 18 avril, le film « DSK, Hollande, etc. » est en ligne sur le site www.pierrecarles.org/.

Médias en campagne : à propos du documentaire « DSK, Hollande, etc. »

Ce documentaire au montage évolutif réalisé par Julien Brygo, Pierre Carles et Aurore Van Opstal est autoproduit et a nécessité l’aide de techniciens bénévoles. Film de critique des médias, « DSK, Hollande, etc. » s’inscrit dans la lignée de « Juppé forcément », réalisé par Pierre Carles en 1995, où il était question du traitement médiatique de la campagne municipale de Bordeaux. Cette fois, on parle de la présidentielle de 2012. F.-O.G et les «petits» candidats. La construction médiatique des banlieues. Retour sur la campagne présidentielle de 2007.

Alors qu’elle peine aujourd’hui à s’imposer dans la campagne présidentielle, la « banlieue » était un enjeu central de celle de 2007.

La construction médiatique des banlieues. Retour sur la campagne présidentielle de 2007

Une analyse des articles de quatre grands quotidiens nationaux montre combien les médias ont contribué à en construire une image particulière qui fait écho au thème sécuritaire. Alors que les élections françaises sont aujourd’hui au centre de l’agenda journalistique, cet article se penche sur la manière dont l’image des « banlieues » a été forgée médiatiquement lors de la campagne du scrutin présidentiel de 2007.

Pour cela, un corpus d’articles issus de quatre titres de la presse nationale a été construit [1]. – “La télé a cassé la politique” selon Michel Rocard. On m’a soufflé ce texte de l’ex-ministre Michel Rocard et je le poste-là, en attendant que je retrouve le lien.

– “La télé a cassé la politique” selon Michel Rocard

Politique: "La télé a cassé la politique" selon Michel Rocard Pour l’ex-Premier ministre, le petit écran appauvrit le débat public. Il explique à L’EXPRESS ce qu’il reproche aux médias et à la télévision en particulier. Le couple politique-médias n’en finit plus de faire des étincelles. Quelle responsabilité porte la télévision dans la fracture qui se creuse aujourd’hui entre journalistes et responsables politiques, alors que, d’Arnaud Montebourg à Bernard Tapie, en passant par Jean-Luc Mélenchon, les critiques se multiplient? Désir d'Hollande. Dans le cadre des primaires socialistes, il existe diverses façons, pour les médias, de soutenir le candidat François Hollande.

Désir d'Hollande

L'équipe de Mélenchon au "Petit Journal" : "Soyez bons joueurs !" Des spectres. Un tourbillon.

Des spectres

La campagne s'ébranle à peine et j'ai déjà l'impression de me noyer dans la bonde. Après deux jours passés en Corrèze à suivre le candidat, je me retrouve à Jarnac pour la commémoration du seizième anniversaire de la mort de François Mitterrand. Le pèlerinage est connu. Je l'ai fait par le passé avec de nombreuses vedettes américaines de la caravane des élus socialistes en campagne, Jospin, Royal, Hollande. Le passage est obligé en temps de campagne présidentielle. Mais celui que nous attendons tous, c'est bien sûr François Hollande, venu passer son brevet de conduite présidentielle. Le curieux manège des illustrations d’articles politiques (le cas Hollande) C’est un phénomène que je constate régulièrement depuis que je surveille l’apparition dans les médias de personnalités politiques ; un phénomène qui ne dit pas son nom.

Le curieux manège des illustrations d’articles politiques (le cas Hollande)

Un procédé – j’hésite sur ce terme – jamais systématique, mais suffisamment régulier pour ne laisser que peu de crédit à une explication par le simple hasard. Présidentialisme et lutte des places dans les médias audiovisuels. Jean-Luc Mélenchon méprise les journalistes, les prostituées et les gens en général. Le politique: Regardez cette semaine par exemple. Le jour 2 après qu'on ait tous jeté de grosses larmes sur l'abstention populaire, quel était le titre du journal Le Parisien?

Faut-il rouvrir les maisons closes, sujet qui est venu sur quatre ou cinq radios, c'est intéressant ça non? LCI pris en flagrant délit de désinformation. Si les media se livrent souvent à des opérations d’intoxication ou de déformation des faits, les citoyens n’ont que trop rarement le réflexe (ou l’occasion) de tirer la sonnette d’alarme et de recadrer le débat. Manque de bol pour la chaine de Martin Bouygues, j’ai été témoin direct d’un de ces reportages où les images effleurent à peine la réalité et où les explications sont plus que fantaisistes.

Contre reportage. Qu’on se le dise d’emblée, ne vous attendez à aucun scoop dans cet article, j’ai simplement été témoin d’un événement un peu trop normal. Laurent Ruquier reçoit Philippe Poutou (NPA) dans son cabaret. Volontairement ou pas, rien n’a été épargné à Philipe Poutou pour le tourner en ridicule… pour le plus grand bonheur de ceux qui n’éprouvent aucune sympathie pour le candidat et sont en désaccord avec les positions politiques de son parti, et pour la plus grande déception, voire la plus grande colère de ceux qui partagent des sentiments et des opinions plus ou moins favorables à l’invité et à sa formation politique. Pourtant, si l’on tient à distance ces réactions compréhensibles (ainsi que les évaluations, nécessairement marquées par le parti pris, sur la prestation du candidat du Nouveau Parti anticapitaliste), il reste à décrypter l’essentiel : ce qu’un spectacle de cabaret ou de cirque peut produire de pire quand un ouvrier, militant syndical et candidat d’un « petit parti » accepte d’y participer.

Le programme « On n’est pas couché », en effet, est présenté, sur le site de France 2, comme une « émission de divertissement ». I. Philippe Poutou, un candidat pour rire ? Intervention télévisée de Nicolas Sarkozy : Calvi et Pernaut se sont fait piéger. L’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy jeudi soir a révélé un syndrome français : il n’y a pas de culture de l’indépendance des journalistes, ni de dispositifs qui permettraient vraiment un travail journalistique poussé lors d’une émission de télévision mettant en scène le président de la République.

Nicolas Sarkozy lors de son intervention télévisée le 27 octobre 2011 interviewé par Y. Calvi et Jean-Pierre Pernaut (TF1/AFP) Ce n'était pas le cas jeudi soir, mais les dispositifs font de plus en plus intervenir un public, notamment avec Jacques Chirac puis au moment de la présidentielle 2007 et en janvier 2010 - et déjà présenté par Jean Pierre Pernaut - dans "Paroles de Français".

Consulter le peuple grec ? Les gardiens autoproclamés de la démocratie s’insurgent. Une semaine après les négociations du sommet européen sur un nouveau « plan d’aide » à la Grèce, le Premier ministre grec, Georges Papandréou, annonçait, mardi 1er novembre, la tenue probable d’un référendum sur l’adoption du plan européen. Un film à voir et à débattre : « José Bové : le cirque médiatique » Produit par « La Sardonie libre », diffusé par Le Plan B [1], le film de Damien Doignot – « José Bové : le cirque médiatique » - analyse et met en débat le rapport que les contestataires entretiennent avec les médias, à travers l’exemple de la médiatisation de José Bové (et très secondairement d’Olivier Besancenot).

François, Martine, Arnaud, Ségolène et les autres. Apparemment les jeux sont équitables. Censure en TINAture contre le front de gauche. Mélenchon et le journalisme : une vidéo qui change beaucoup de choses. Le 3 avril 2010, il y a quasiment un an, une vidéo montrant Jean-Luc Mélenchon en colère contre une interview maladroite d'un étudiant en journalisme avait provoqué un joli buzz sur le net. Le lecteur de ce blog s'en souvient sans doute. Les rites de la politique (8) : le comparatif avec un autre pays. Le twitto, nouvelle icône militante ?

Ariane Massenet au « Grand journal » de Canal Plus : le degré zéro de l'interview politique. Diffusé quelques minutes après les « Guignols de l’info » et juste avant le « Petit Journal » de Yann Barthes, « Le Grand Oral d’Ariane Massenet » repose sur un principe simple : la journaliste évoque des « événements » qui se sont produits quelques années plus tôt à la même date que l’émission du jour, et pose à l’invité des questions d’actualité ayant un – vague – rapport avec ces événements. Benghazi : 26 heures de galère pour 2 minutes 40 de discours de Sarkozy. 2 minutes 40 de discours de Sarkozy à Benghazi « J’étais à Benghazi. » Non, pas pendant le siège lorsque Kadhafi menaçait de noyer dans le sang la rébellion. Mais avec Nicolas Sarkozy, lorsqu’il prononça jeudi 15 septembre son discours sur la place de la Liberté, aux portes du Palais de justice. Accueilli en libérateur, avec le premier ministre britannique David Cameron. La personnalité dont vous êtes proche est Martine Aubry, du Parti socialiste (PS)

Hollande et le triple A : la pensée unique habite encore au Monde.