background preloader

Trop chaud pour les bébés manchots - projet altimétrie

Facebook Twitter

Les prédateurs des manchots. Les prédateurs sont des oiseaux (ni mammifère, ni reptile) qui ont l'avantage de voler par rapport aux manchots.

Les prédateurs des manchots

Certaines espèces attaquent en bande, d'autres se débrouillent par elles-mêmes. Avec les manchots regroupés en colonies, ils ne peuvent s'attaquer qu'aux oeufs, qu'aux poussins éloignés de la colonie et qu'aux manchots affaiblis par la maladie. Les principaux sont: Skua Antarctique (Catharacta antarctica) Ils travaillent souvent par paire, l'un distrait le parent à terre pour que l'autre puisse plonger et s'emparer de l'oeuf ou s'attaquer au poussin. Pétrel géant antarctique (Macronectes giganteus) Grand bec-en-fourreau (Chionis alba) Ils essaient d'intercepter la nourriture lorsque le parent le régurgite pour le poussin Caracara de Forster (Phalcoboenus australis) uniquement présent dans les îles Malouines s'attaquent aux poussins.

Pétrel de Wilson (Oceanites oceanicus) Goéland dominicain. Quand la Terre se réchauffe, les manchots meurent de froid et de faim. Deux études s'inquiètent des conséquences du changement climatique sur deux espèces de manchots, en Amérique du Sud et dans la mer de Ross.

Quand la Terre se réchauffe, les manchots meurent de froid et de faim

Tous les bébés du monde veulent avoir chaud et manger à leur faim. Les manchots ont beau peupler les plus froides contrées, ils n'échappent pas à la règle. Hélas, deux études publiées fin janvier dans PlosOne montrent que, quand le climat se dérègle, leurs poussins meurent glacés et le ventre creux. Une équipe américaine s'est penchée sur le sort de 3496 jeunes manchots de Magellan, nés entre 1983 et 2010 à Punta Tombo, sur la côte atlantique de l'Argentine. «C'est la première étude de long terme qui montre que le changement climatique a un impact majeur sur la survie des poussins», explique la professeur de biologie de l'Université de Washington qui a dirigé l'étude. Mais le froid aussi fait œuvre macabre. En mer de Ross, à l'extrême sud du globe, leurs cousins d'Adélie s'adaptent mal aux événements extrêmes. La population de manchots Adélie augmente grâce au changement climatique.

Floes le long de la péninsule Antarctique.

La population de manchots Adélie augmente grâce au changement climatique

C'est normalement le principal habitat des manchots Adélie. Ils ne rejoignent les îles que lors des nidifications. © Jason Auch, cc by sa 2.0 La population de manchots Adélie augmente grâce au changement climatique - 2 Photos Le climat change et certains animaux en souffrent. Les étés sont plus longs au pôle Nord et favorisent le déclin des ours polaires par exemple. Certaines espèces animales profitent également de la modification rapide du climat. Le manchot Adélie vit uniquement en Antarctique. En conditions neutres, les glaciers et falaises abruptes de l’île Beaufort limitent l’expansion de la population de manchots.

Quand les glaciers fondent, ils fournissent par endroits de l’eau douce, froide et moins dense à l’océan Austral. La surface occupée par les habitats des manchots Adélie sur l’île de Beaufort a augmenté de 71 % depuis 1958, 20 % de cette extension s’étant produite entre 1983 et 2010. Les bébés manchots, grandes victimes du changement climatique- 30 janvier 2014 - L'Obs. Le changement climatique tue beaucoup de bébés manchots en Argentine et pourrait aussi affecter ces oiseaux dans l'Antarctique, selon deux études publiées mercredi 29 janvier aux Etats-Unis.

Les bébés manchots, grandes victimes du changement climatique- 30 janvier 2014 - L'Obs

En provoquant une plus grande fréquence d'événements météorologiques extrêmes - tempêtes, pluies diluviennes, vagues de chaleur - le réchauffement climatique fait des ravages parmi les plus jeunes oiseaux de la plus grande colonie de manchots de Magellan, en Patagonie, dans le sud de l'Argentine, selon une recherche de l'université de Washington parue dans la revue scientifique PLOS ONE. "La plus longue étude à montrer l'impact majeur du changement climatique" Ces chercheurs ont suivi pendant 27 ans (1983-2010) 3.496 petits manchots de moins de trois mois. Durant la période étudiée, la plus grande partie de ces oisillons sont morts de faim.

Mais certaines années, une grande partie a succombé aux pluies diluviennes faute d'avoir, à cet âge, un plumage imperméable. Manchots, gorfous et pingouins. Cycle de vie Manchot fr. Manchot royal. Dossier 30 ans ARGOS light. ARGOS GPS. Réchauffement climatique : l'ours polaire en danger - francetv éduc... Evolutions et adaptation de l'ours polaire. Fonte des glaces :  quel avenir pour l'ours polaire ...