background preloader

Le théâtre au XVIIIe siècle : Marivaux et Beaumarchais

Facebook Twitter

Le théâtre du XVIIIe siècle. Ce texte est extrait du site www.theatrons.com Le théâtre de divertissement s'oppose au théatre "officiel" Salle de la Comédie française au XVIIIe Au début du xviiie siècle, peu d’auteurs parviennent à s’imposer dans le théâtre français, si ce n'est Jean-François Regnard et Alain René Lesage.

Le théâtre du XVIIIe siècle

Il n’existe que deux théâtres officiels en France : l’Opéra et la Comédie-Française. Le roi officialise la censure en 1701 afin de contrôler les productions. Le théâtre populaire qui se joue lors des foires parisiennes de Saint-Germain et Saint-Laurent ouvre cependant la voie à de nouvelles formes de théâtre de divertissement. La professionnalisation des spectacles de la foire inquiéte la Comédie-Française, qui y voit une dangereuse concurrence. L'Opéra-Comique est toutefois rétabli en 1924. Les théâtres de province sont quant à eux relativement épargnés par la censure et jouent les répertoires des théâtres officiels parisiens.

Le théâtre officiel devient une "tribune morale" La scène des Lumières. Le théâtre au 18e siècle. Le XVIIIème siècle est passionné de théâtre mais de la production abondante une faible partie est restée vivante aujourd’hui. 1.

Le théâtre au 18e siècle

La tragédie Voltaire s’est efforcé de continuer le genre tragique en écrivant une vingtaine de tragédies. Il a apporté quelques innovations en s’inspirant de Shakespeare. Il trouve ses sujets non seulement dans l’Antiquité mais aussi dans l’histoire nationale. 2. Pendant la seconde moitié du XVIIIème siècle, le théâtre voit apparaître un genre nouveau, intermédiaire entre la tragédie et la comédie, le drame. Ce genre intermédiaire s’apparente à la comédie par la peinture réaliste du milieu bourgeois et hérite de la tragédie par les malheurs graves qui menacent les héros. L’inventeur de ce genre est Diderot. 3. Les autres comiques du XVIIIème siècle s’inspirent surtout de l’oeuvre de Molière mais on peut également remarquer des tendances nouvelles.

La comédie devient plutôt comédie spirituelle et satirique où ironie et satire personnelle se rencontrent. Suivre sur. Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux. Intro Biographie Œuvres Liens «Les amoureux de Marivaux sont les premiers amoureux parfaitement purs de notre théâtre, car ils n'ont pas à lutter avec les lois de la cité ou de l'honneur, comme dans Corneille, avec la fatalité, comme dans Racine, avec des pères avares ou des tuteurs jaloux, comme dans Molière.

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Non, ils sont seulement aux prises avec eux-mêmes lorsqu'ils voient se révéler dans leur cœur un sentiment inconnu.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux. Auteurs français ► XVIIIe siècle ► vous êtes ici Auteurs français Biographie Né à Paris, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux passe son enfance et son adolescence à Riom, où son père remplit la fonction de directeur de la Monnaie.

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Élevé au collège des oratoriens de la ville, il est destiné à reprendre la charge de son père et entreprend à cet effet des études de droit à Paris à partir de 1710. Peu après son arrivée dans la capitale il devient, par l’entremise de Fontenelle, l’un des familiers du salon de Mme de Lambert et reçoit l’approbation pour sa première pièce de théâtre, le Père prudent et équitable (1712).

Auteur de plusieurs romans, dont la Voiture embourbée en 1714, et d’une série d’essais publiés par le Mercure, les Lettres sur les habitants de Paris (1717), les Pensées sur la clarté du Discours (1719), il achève de prendre parti dans la seconde querelle des Anciens et des Modernes en faisant paraître à la fin de 1716 l’Iliade travestie, roman parodique et burlesque. Beaumarchais.

Intro Biographie Œuvres Liens " Quel homme !

Beaumarchais

Il réunit tout, la plaisanterie, le sérieux, la raison, la gaieté, la force, le touchant, tous les genres d’éloquence ; et il n’en recherche aucun, et il confond tous ses adversaires, et il donne des leçons à ses juges. " Voltaire à d’Alembert, à propos de Beaumarchais et de son quatrième Mémoire contre Goëzman, rédigé en 1774. " Ô bizarre suite d’événements ! Comment cela m’est-il arrivé ? Pourquoi ces choses et non pas d’autres ? Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais. Auteurs français ► XVIII siècle ► vous êtes ici Auteurs français Sa vie et son œuvre Paul-Constant Soyer (1823-1903) Portrait de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, d’après Jean-Baptiste Greuze, 1895 (Versailles, Musée du Château).

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

Pierre-Augustin Caron, né en 1732 d’un père horloger, refuse d’apprendre le métier paternel, puis se ravise, invente même un mécanisme d’horlogerie, devient horloger de la cour, puis maître de harpe des filles de Louis XV ; il prend le nom de Beaumarchais, acquiert une charge à la table du roi, et se transforme en financier. En 1764, il est à Madrid, y fait d’étonnants projets de commerce mêlés d’intrigues politiques, hérite en partie les biens du financier Pâris Duverney, ce qui l’entraîne dans un procès de huit ans.

En 1775, il fait jouer le Barbier de Séville qui, après un premier échec, connaît bientôt le triomphe avec une légère modification de la composition. Gros plan sur Le Barbier de Séville (1775) « Comment communiquer ? Bibliographie.