background preloader

Physique Chimie

Facebook Twitter

Les comètes. Les premiers pas dans l’étude des comètes furent accomplis par l’astronome anglais Edmond Halley. Notant une certaine similarité entre les apparitions cométaires qui se produisirent en 1531, 1607 et 1682, il émit l’hypothèse que ces divers passages étaient le fait d’un seul et même corps céleste. Il utilisa les lois récemment établies par Isaac Newton pour calculer l’orbite de cet objet et fut en mesure de prédire son retour en 1758, ce qui se produisit comme prévu. La comète de Halley révélait ainsi sa vraie nature : un corps se déplaçant sur une orbite très aplatie, qui passe le gros de son temps aux confins du système solaire, mais qui revient périodiquement visiter le Soleil et n’est visible depuis la Terre qu’à ce moment là. Une image de la comète Neat prise en 2004 depuis l’observatoire de Kitt Peak. Des physiciens d'hier à la physique d'aujourd'hui. Des physiciens d’hier à la physique d’aujourd’hui Un abécédaire conçu par le Centre de Vulgarisation de la Connaissance. 2005 aura été l’année mondiale de la physique.

Des physiciens d'hier à la physique d'aujourd'hui

Par son histoire, par ses lois et ses principes acquis au cours des siècles, par ses questions encore sans réponse et ses perspectives toujours nombreuses - physique de l’infiniment petit, de l’infiniment bref, de l’infiniment grand...-, elle occupe le devant de la scène ! Dans cet abécédaire, vous trouverez toutes ces déclinaisons !

Sous le « parrainage » d’un grand physicien, des sujets de recherche très actuels au CNRS vous sont présentés, de la cryptographie quantique aux supra-conducteurs, en passant par la grande unification des forces, les nanotechnologies, les lasers, les atomes froids... Car d’Archimède à Zeeman, ce sont des hommes et des femmes qui font la science ! Bien sûr, l’on ne saurait prétendre passer en revue tous les sujets de recherche abordés par les physiciens du CNRS, ni en parler de façon approfondie. Big Bang - CNRS - SagaScience. Astronomie. Découvrez le ciel du mois : maxima de météores et lumière zodiacale.

Chaque mois, retrouvez les éphémérides astronomiques de Futura-Sciences.

Découvrez le ciel du mois : maxima de météores et lumière zodiacale

Vous y découvrirez les événements à ne pas rater, essaims de météorites ou occultations, mais aussi la position de la Lune et des planètes. De quoi passer de bonnes soirées en compagnie des étoiles. Le 08/10/2013 : la Lune en rapprochement avec Vénus et Antarès. © DR A voir aussi sur Internet Sur le même sujet. Projet Lune-5ème. En bref : Voyager-1 nous envoie le premier son interstellaire. Dans le gaz ionisé qui l’entoure, la sonde Voyager-1 a enregistré deux séries d'ondes, qui sont la signature du milieu interstellaire, et non du vent solaire.

En bref : Voyager-1 nous envoie le premier son interstellaire

Transmis sur un haut-parleur, ces signaux ont fait entendre un son ! © Nasa, JPL C’est un sifflement, qui s’intensifie de mois et en mois, et qui atteint son paroxysme avant de se calmer. Il nous vient des confins du Système solaire, enregistré par la sonde de la Nasa Voyager-1. On sait désormais qu’elle a franchi en août 2012 une frontière importante de notre monde : celle appelée héliopause, où le vent solaire est brutalement arrêté par le gaz interstellaire, celui qui constitue le grand nuage qu’est notre galaxie.

Comme nous l’avions expliqué, c’est une éruption solaire qui a permis d’affirmer ce passage, que l’on sait proche depuis longtemps. Une vue d'artiste des limites du Système solaire. En bref : Voyager-1 nous envoie le premier son interstellaire - 1 Photo A voir aussi sur Internet Sur le même sujet. Jupiter : grandeur et décadence de la Grande Tache rouge. La Grande Tache rouge de Jupiter, photographiée le 25 février 1979 à 9,2 millions de km de distance par la sonde spatiale Voyager 1.

Jupiter : grandeur et décadence de la Grande Tache rouge

Les détails des nuages de gaz atteignent 160 km. © Nasa Jupiter : grandeur et décadence de la Grande Tache rouge - 3 Photos De passage dans la constellation des Gémeaux au cours de cet hiver 2013-2014, il est impossible pour qui promène son regard dans le ciel étoilé de manquer l’éclat doré de Jupiter, culminant dès le début de soirée, en direction du sud. Distante actuellement de quelque 653,7 millions de kilomètres (4,3 unités astronomiques), la géante gazeuse s’affiche avec une magnitude de -2,5.

Un mois après son opposition, datant du 5 janvier, sa position reste très favorable à son observation. Outre Io, Europe, Ganymède et Callisto, ses quatre plus grands satellites naturels découverts voilà quatre siècles par Galilée, les bandes nuageuses et bien sûr la Grande Tache rouge demeurent les principales attractions. La Grande Tache rouge dans l’avenir.