background preloader

Ce coeur qui haissait la guerre, de Desnos

Facebook Twitter

Ce cœur qui haïssait la guerre… de Robert DESNOS (sur UnJourUnPoeme.fr) Ce cœur qui haïssait la guerre voilà qu’il bat pour le combat et la bataille !

Ce cœur qui haïssait la guerre… de Robert DESNOS (sur UnJourUnPoeme.fr)

Ce cœur qui ne battait qu’au rythme des marées, à celui des saisons, à celui des heures du jour et de la nuit, Voilà qu’il se gonfle et qu’il envoie dans les veines un sang brûlant de salpêtre et de haine. Et qu’il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent Et qu’il n’est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne Comme le son d’une cloche appelant à l’émeute et au combat. Écoutez, je l’entends qui me revient renvoyé par les échos. Mais non, c’est le bruit d’autres cœurs, de millions d’autres cœurs battant comme le mien à travers la France. Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces cœurs, Leur bruit est celui de la mer à l’assaut des falaises Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d’ordre : Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !

Comprendre le poème, quelques pistes (site du Canopé) Robert Desnos, « Ce cœur qui haïssait la guerre… » Pistes pédagogiques Les élèves considèrent souvent les textes littéraires comme des assemblages de mots hermétiques et de phrases sans vie, comme des dépouilles du passé qu’ils vont devoir disséquer froidement en trois parties et trois sous-parties.

Comprendre le poème, quelques pistes (site du Canopé)

L’enseignant doit trouver l’occasion de faire partager le plaisir du texte, d’enseigner aux élèves qu’une œuvre est quelque chose de vivant qui éclot dans un contexte particulier, qui manifeste un dynamisme interne et perdure grâce à un feuilletage sémantique qui lui permet de survivre au passage des siècles. La commémoration de la mort de Guy Môquet, le 22 octobre, peut permettre d’ouvrir une parenthèse dans les pratiques pédagogiques « traditionnelles » et d’initier les élèves au plaisir de sentir vivre un texte en quittant les sentiers battus du questionnaire ou du commentaire littéraire.

Nous proposons ici une approche plus intuitive, plus sensible, voire plus sensuelle des textes. La poésie de la résistance. Lors de la seconde guerre mondiale (1939-1945), et plus particulièrement pendant l'occupation de la France par les Allemands, de nombreux Français se sont investis pour le retour de la Liberté.

La poésie de la résistance

Certains oeuvraient pour leur pays en faisant dérailler des trains ennemis, d'autres risquaient leur vie en abritant des juifs, d'autres encore utilisaient leurs talents d'écriture. C'est ainsi que de nombreux poètes écrivirent pendant cette période des textes « engagés », c'est-à-dire qui disaient leurs convictions pour le bien de la collectivité : ils exprimaient leur amour de la liberté et de la vie, leur haine pour l'ennemi, leur admiration pour tous les résistants, leur douleur pour tous les déportés, fusillés et prisonniers... En résumé, ces poètes engagés étaient à la fois des messagers de paix, de colère et d'espoir. La poésie de la Résistance (site La Langue Française) Les Routes de l’Histoire.

La poésie de la Résistance (site La Langue Française)

Robert Desnos (site de l'association des amis de Robert Desnos) Robert Desnos - Poètes en résistance (Site du Canopé) Robert Desnos Robert Desnos, (1900 – 1945).

Robert Desnos - Poètes en résistance (Site du Canopé)

Poète français. © Henri Martinie / Roger – Viollet Robert Desnos est né le 4 juillet 1900 à Paris. A propos de Robert Desnos (site du ministère de la Culture) Robert Desnos Paris, 4 juillet 1900 Terezin (Tchécoslovaquie), 8 juin 1945 © Coll. part.

A propos de Robert Desnos (site du ministère de la Culture)

"Puissé-je rester libre et garder ma raison" "L'Asile", Contrée. Depuis sa mort en déportation, quand il allait avoir quarante-cinq ans, Robert Desnos n'a jamais disparu des mémoires, mais son image s'est limitée à quelques instantanés : le surréaliste aux dons exceptionnels, l'inventeur des "Chantefables" et "Chantefleurs" que les enfants des écoles continuent à interpréter avec émerveillement ; le résistant que certains qualifient d'imprudent et dont on lit encore "Le Veilleur du Pont-au-Change" ; enfin l'auteur du mythique "Dernier poème", que Desnos aurait écrit pour Youki avant de mourir, texte en réalité issu, par traductions successives, de "J'ai tant rêvé de toi". Généreux dans ses amitiés, fougueux dans ses colères, capable de moments de génie comme de chutes à l'abîme, tel apparaît Desnos au kaléidoscope des appréciations diverses. Poète ? Programme des manifestations Quelques études P.

Le motif du coeur en poésie. Poètes en résistance (site du Canopé) La Seconde Guerre mondiale et les années d’occupation ont provoqué de nombreuses réactions chez les écrivains.

Poètes en résistance (site du Canopé)

Afin de témoigner, d’inciter à la réflexion et à l’action, d’exprimer leur révolte, ou encore d’échapper à la censure, des poètes se sont engagés en utilisant toutes les richesses de la langue française. Grâce à ce dossier rassemblant seize poèmes écrits par neuf poètes, les enseignants peuvent proposer aux élèves un travail interdisciplinaire autour des poèmes de la Résistance. Des lectures pourront être confiées à des résistants ou déportés, qui témoignent aujourd’hui encore des sacrifices consentis, ou à toute personnalité dont l’engagement, le rayonnement ou la notoriété sont susceptibles de sensibiliser les élèves.