background preloader

Vers la victoire des alliés et l'armistice (1917-1918)

Facebook Twitter

CNDP - L'armistice du 11 novembre 1918. L’armistice, signé le 11 novembre 1918 entre les Alliés et l’Allemagne marquant la fin de quatre années de guerre, constitue un moment clé de la conscience nationale et européenne. « L’École a pour mission l’enseignement de l’histoire de la Grande Guerre, et également la transmission de la mémoire » (*).

CNDP - L'armistice du 11 novembre 1918

La commémoration de l'armistice permet de mener un travail d'Histoire ancré dans un enseignement de la citoyenneté et des valeurs de la République. © H. Marquis Partant des événements de l'année 1918 (voir le chapitre 9 du livre La Grande Guerre par M.C Bonneau-Darmagnac, Fréderic Durdon, Pierrick Hervé, CRDP de Poitiers collection trait d’union, 2008) qui ont conduit à l'arrêt des combats, cet opus de la collection « Pour Mémoire » met en évidence les spécificités de la Première Guerre mondiale. C'est une guerre longue, qui est, dès 1915, appelée « Grande Guerre ». La Grande Guerre, M.C. La Première Guerre mondiale, CNDP, collection « Dévédoc », 2008. Conception et réalisation du dossier. Portrait de Maurice Baud.

Génération 3 - 1918 : Lettres du front. 1919 Le monde se reconstruit. Commémorons l'armistice du 11 novembreLeWebPédagogique. Il y a 95 ans, le 11 novembre marquait la fin de la Première Guerre mondiale et la victoire des Alliés face à l’Allemagne.

Commémorons l'armistice du 11 novembreLeWebPédagogique

Aujourd’hui, il s’agit d’un jour férié durant lequel la France rend hommage aux combattants disparus. Du côté de vos élèves, cette date est surtout synonyme de « pas cours ! ». Comment leur inculquer toute l’importance du devoir de mémoire ? Voici une sélection d’articles sur ce sujet rédigés par des profs : 1) Si vous êtes instits, allez jeter un oeil au dossier mis en ligne par Monsieur Mathieu : fiches élèves, documentation et diaporama vous aideront à parler du 11 novembre aux plus jeunes. 2) « Après la classe d’Histoire géographie » propose des fiches repères ainsi que de nombreux exercices en libre téléchargement pour aider les élèves à bien réviser les grands moments de l’Histoire. 3) De leur côté, les lycéens ont bien de la chance d’avoir les petites et grandes histoires de Bruno sur son blog.

Images : 1. © Susan Law Cain / Shutterstock.com. Les offensives de 1917. Ambassade de France à Washington - La première Guerre mondiale. Elu à la Maison-Blanche le 5 novembre 1912, Thomas Woodrow Wilson souhaite à tout prix éviter que les Etats-Unis ne soient entraînés dans la tourmente qui se lève en Europe.

Ambassade de France à Washington - La première Guerre mondiale

Fils de pasteur, pacifiste convaincu, il a vecu, enfant, les horreurs de la guerre civile, et il craint le retour à la barbarie qu’entraînerait une nouvelle conflagration. De plus, le souci de maintenir [’unité nationale d’un pays dont un habitant sur quatre est né à l’étranger ou de parents venus d’un des deux blocs antagonistes lui dicte la plus grande prudence : comment prendre parti, en effet, quand les sympathies des Américains d’origine allemande du Middle West vont aux Empires centraux, tandis que les protestants anglo-saxons de la côte est sont plutôt favorables à l’Entente, que les Irlandais détestent l’Angleterre et que les Polonais sont hostiles à la Russie ? Il n’attend plus désormais pour agir que ce qu’il appelle "un acte d’injustice voulu", c’est-à-dire l’attaque d’un navire de commerce américain.

Atlas historique - La victoire des Alliés sur le front Ouest en 1918. La convention d’armistice du 11 novembre 1918. 1Après les armistices de Salonique du 29 septembre 1918 avec la Bulgarie, de Moudros le 30 octobre avec l’Empire ottoman, de Villa-Giusti le 3 novembre entre l’Autriche-Hongrie et l’Italie, le 11 novembre 1918, à 5 heures du matin, dans un wagon aménagé au carrefour de Rethondes en forêt de Compiègne est conclu un armistice « entre le Maréchal Foch, commandant en chef des armées alliées, stipulant au nom des puissances alliées et associées, assisté de l’amiral Wemyss, First Sea Lord, d’une part ; et Monsieur le secrétaire d’État Erzberger, président de la délégation allemande ; Monsieur l’envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire comte von Oberndorff ; Monsieur le général major von Winterfeldt ; Monsieur le capitaine de vaisseau Vanselow, munis de pouvoirs réguliers et agissant avec l’agrément du chancelier allemand, d’autre part » 2Ce document tapuscrit de 13 pages stipule les conditions d’armistice conclues entre Alliés et Allemands.

La convention d’armistice du 11 novembre 1918

Chemins de mémoire – Paix fragile.