background preloader

Fécondation in vitro

Facebook Twitter

Enjeux éthiques et légaux des applications du diagnostique préimplantatoire au Canada. Fécondation in vitro : Bilan. Par Geneviève Forest Dans un article du journal La Presse paru le 25 septembre dernier[1], des données inquiétantes font craindre aux médecins certaines complications en réponse à une fécondation in vitro (FIV).

Fécondation in vitro : Bilan

Les hôpitaux, dans les dernières semaines, ont dénoncé le nombre croissant de demandes de réduction fœtale de la part des mères qui attendent des triplés ou des quadruplés. Cette réduction fœtale consiste à une intervention chirurgicale afin de réduire le nombre de fœtus. Certains mentionnent que le risque principal est que la grossesse avorte. Par contre, en envisageant toutes les facettes, ils concluent qu’il est préférable de procéder à une réduction fœtale plutôt qu’à la naissance de trois ou quatre prématurés.

Dans le milieu, les médecins qui pratiquent la FIV aimeraient plus de balises. Plusieurs médecins déplorent que les femmes soient toutes admises, sans critères précis. . [1] Pascale Breton, Programme de procréation assistée : Dérapages dénoncés. Déjà cinq millions de bébés FIV dans le monde. Quelque cinq millions de bébés sont nés dans le monde grâce aux techniques de fécondation in vitro (FIV) depuis la naissance de Louise Brown, le premier bébé éprouvette en 1978, selon des estimations fournies lundi lors d'une conférence à Istanbul.

Déjà cinq millions de bébés FIV dans le monde

Selon la Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie (ESHRE), quelque 350.000 bébés sont désormais conçus chaque année par fécondation in vitro, soit 0,3% des 130 millions de bébés qui naissent dans le monde. Le chiffre de 5 millions se base sur les chiffres des fécondations in vitro (FIV) répertoriées à travers le monde jusqu'en 2008, et sur des estimations pour les trois années et demie suivantes pour lesquelles aucune statistique n'est encore disponible. Pour un débat de société au Québec sur les mères porteuses. Le reportage de Normand Grondin L'ancien ministre de la Santé, Réjean Hébert, se défend d'avoir agi en catimini pour autoriser la prise en charge par l'État des frais de fécondation in vitro pour les mères porteuses.

Pour un débat de société au Québec sur les mères porteuses

Un texte de Thomas Gerbet. 200 000 enfants conçus par fécondation in vitro en France depuis 30 ans. Homoparentalité: «laissez-nous changer nos couches!» Quelques dizaines de familles homoparentales étaient réunies à l'école La Grande-Hermine, samedi, à l'invitation de l'organisme GLBT Québec pour souligner la Journée internationale de lutte contre l'homophobie.

Homoparentalité: «laissez-nous changer nos couches!»

Tous sont évidemment convaincus que leurs familles, bien que non traditionnelles, sont normales. Une normalité, toutefois, qu'il faut expliquer comme le souligne Mathys, 10 ans, dont le papa est gai. À l'école, il dit souvent à ses camarades que «si leurs parents étaient aussi [homosexuels], ça ne ferait pas d'eux des extraterrestres». Depuis 2002, les homosexuels ont le droit d'adopter des enfants et le Code civil du Québec ne fait plus de distinction entre leurs familles et celles des hétérosexuels. Ces lois et cette tolérance ont incité Jeanne et Florence, deux Françaises, à choisir le Québec pour fonder leur famille au moyen de l'insémination artificielle. Controverse Impression de recul. La clinique des bébés sur mesure. FIV : ses avantages et ses limites éthiques selon Jacques Testart. La fécondation in vitro a longtemps fait débat, notamment parce qu'elle touche à l'humain.

FIV : ses avantages et ses limites éthiques selon Jacques Testart

Elle a malgré tout permis de donner plus de 200.000 bébés sains à des parents stériles qui désiraient des enfants. © Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0 FIV : ses avantages et ses limites éthiques selon Jacques Testart - 3 Photos À l'occasion des 30 ans d'Amandine, nous évoquions hier les coulisses de la fécondation in vitro. Aujourd'hui, nous abordons un autre aspect : l'éthique, qui s’invite souvent dans les débats scientifiques. Parmi les exemples récents, les discussions portant autour des cellules souches embryonnaires sont encore dans les mémoires. Abolition? Le cas de l’animateur Joël Legendre, qui a eu recours à une gestation pour autrui (GPA) qui fut remboursée par l’État, dépasse assurément la chronique du showbizness.

Abolition?

Il nous fait comprendre au moins deux choses : d’abord que le programme québécois de procréation assistée a été conçu dans l’urgence et l’improvisation. Ensuite, que malgré les nombreux débats, la GPA tombe toujours dans un vide juridique intolérable. In vitro: nos impôts servent à “ça”? On fait grand bruit dans les médias depuis quelques jours de l’histoire de l’animateur-vedette Joël Legendre qui a annoncé publiquement sur sa page Facebook la semaine dernière que lui et son conjoint, Junior Bombardier, seront bientôt les heureux parents de jumelles.

In vitro: nos impôts servent à “ça”?

Les ovules ont été achetés « par catalogue » aux États-Unis puis implantés dans l’utérus d’une jeune Québécoise, « amie » du couple. La facture de cette fécondation in vitro fut couverte par la RAMQ, via la carte d’assurance –maladie de la mère porteuse. Pascale Camirand. Suite à la requête de l’animateur Joël Legendre, les couples homosexuels pourront désormais avoir recours aux traitements de fécondation in vitro via une mère porteuse.

Pascale Camirand

Aucun débat de société n’a précédé ce nouvel assouplissement des règles de la Régie de l’assurance maladie du Québec. Sans remettre en cause le droit des couples de même sexe d’adopter des enfants, la procréation pour autrui soulève d’importantes questions morales, éthiques et juridiques. Je me suis entretenue à ce sujet avec Pascale Camirand, éthicienne féministe et présidente de la Société des femmes philosophes. Madame Camirand a été chargée de cours à l’Université de Sherbrooke et y a travaillé comme professionnelle de recherche en éthique appliquée. Annelyne Roussel : Madame Camirand, vous avez écrit un article fort intéressant paru sur Sisyphe intitulé «La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses».