background preloader

Catherinegaller

Facebook Twitter

Catherine Galler

Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Images Site Web pour cette image Fiscalité et santé publique : état des lieux des taxes comportementales senat.fr Recherche par imageImages similaires Les images peuvent être soumises à des droits d'auteur.

Résultats Google Recherche d'images correspondant à

INPES - La consommation d’alcool. Population générale Les ventes annuelles d’alcool pur en France diminuent régulièrement depuis plus de cinquante ans, baisse presque entièrement attribuable à la diminution de la consommation de vin.

INPES - La consommation d’alcool

Les résultats des enquêtes déclaratives menées depuis vingt ans confirment cette évolution. La part des 15-75 ans consommant de l’alcool quotidiennement (presque exclusivement du vin) est passée de 24% en 1992 à moins de 10% en 2014. Toutefois les consommations estimées par les données de vente étaient 2,7 fois supérieures aux consommations déclarées en 2005. Parallèlement à cette diminution de la consommation quotidienne, d’autres comportements se font jour, à l’image de l’évolution à la hausse des API et des ivresses, en particulier entre 2005 et 2010.

Source : Richard J-B, Palle C, Guignard R, Nguyen-Thanh V, Beck F, Arwidson P. Jeunes Les usages d’alcool des jeunes diffèrent de ceux de leurs aînés, et les pratiques actuelles diffèrent de celles des générations précédentes. Alcool et santé : bilan et perspectives. Dossier réalisé en collaboration avec le Pr Mickaël Naassila, directeur de l’équipe Inserm ERI 24, "Groupe de recherche sur l'alcool & les pharmacodépendances" (GRAP) et Bertrand Nalpas, directeur de recherche à l’Inserm et chargé de la mission "Addiction" – mars 2016 © Fotolia La consommation d’alcool diminue régulièrement en France depuis une quarantaine d’années : elle a été divisée par deux entre 1960 et 2009.

Alcool et santé : bilan et perspectives

Les données du Baromètre santé 2014 indiquent qu’environ 13,6% des adultes ne boivent jamais et 9,7% boivent tous les jours (14,6 % des hommes et 4,9% des femmes). Le vin reste de loin la boisson la plus consommée. La consommation débute le plus souvent à l’adolescence, période durant laquelle la bière et les prémix (boissons alcoolisées, sucrées et aromatisées) sont les boissons les plus populaires. Une toxicité importante pour l’organisme La consommation d'alcool expose à de multiples risques pour la santé en fonction des quantités absorbées. Conséquences sanitaires et sociales de la consommation d’alcool en France - alcoolinfoservice - Alcool Info Service. L’alcool est à l’origine de 13 % des décès chez les hommes et de 5 % chez les femmes.

Conséquences sanitaires et sociales de la consommation d’alcool en France - alcoolinfoservice - Alcool Info Service

En 2009, on estime qu’en France 49 000 décès étaient liés à l’alcool (source : Institut Gustave Roussy). Parmi ceux-là : 15 000 décès par cancer, 12 000 décès par maladies cardio-vasculaires, 8 000 décès par maladies digestives (cirrhoses, autres maladies du foie et du pancréas, etc.), 8 000 décès par des causes externes (accidents de la route, suicides, etc.), 3 000 décès par troubles mentaux ou du comportement. Ces chiffres donnent un ordre de grandeur. Une autre étude, soulignant la difficulté d’estimer le nombre de décès liés à l’alcool selon la méthode utilisée, indique un nombre total de 33 000 décès tous âges confondus (source : Inserm – CepiDc). Combien de personnes ont recours aux soins ? En 2009, 133 000 personnes ont consulté dans des centres spécialisés pour la prise en charge d’un problème de consommation d’alcool (consommation nocive ou dépendance) (source : OFDT).

Consommation d'alcool en France - alcoolinfoservice - Alcool Info Service. La France est longtemps restée en tête du classement parmi les pays membres de l'Union européenne en ce qui concerne la consommation annuelle d’alcool pur par habitant de 15 ans et plus.

Consommation d'alcool en France - alcoolinfoservice - Alcool Info Service

En 2008, elle se situait à la 15ème position, les pays les plus consommateurs étant ceux d’Europe orientale et centrale (source : OMS, 2008). « Les méthodes de calcul des quantités d’alcool consommées n’étant pas standardisées, il faut considérer avec prudence ce classement entre pays. Il apparaît, en définitive, que les habitudes de consommation d’alcool se sont très largement rapprochées dans les pays européens au cours des quatre décennies passées et que la France autrefois largement en tête du classement ne fait plus figure d’exception.