background preloader

Données marché

Facebook Twitter

Les nouveaux riches des mondes virtuels. Brevets : Apple obtient le report de la sortie d'une tablette de Samsung. Sociétés : Paiement mobile : Orange et BNP Paribas s'associent. Ils espèrent équiper plusieurs centaines de milliers de particuliers d'ici à trois ans.

Sociétés : Paiement mobile : Orange et BNP Paribas s'associent

Deux champions tricolores s'allient pour faire décoller la révolution technologique du paiement sur mobile. BNP Paribas et France Télécom-Orange présenteront à l'automne une offre combinée qui, espèrent-ils, devrait séduire plusieurs centaines de milliers de particuliers d'ici à trois ans. «Notre offre reposera sur quatre briques indissociables, explique Virginie Fauvel, directrice de la banque en ligne de BNP Paribas, un terminal mobile, associé à un forfait Internet illimité, des moyens de paiement et services bancaires.» Les smartphones sélectionnés et équipés de l'offre bancaire seront vendus à partir de novembre prochain… dans les 2 250 agences bancaires hexagonales de BNP Paribas. La banque compte prendre ainsi une longueur d'avance dans la course pour le déploiement de la technologie mobile.

Paiement sur iPhone 5. Quand l’AppStore se vide, l’internet se fragmente. Les nouvelles conditions de développements des applications sur l'AppStore d'Apple commencent à entrer en vigueur, comme l'explique eBouquin.

Quand l’AppStore se vide, l’internet se fragmente

Les éditeurs avaient jusqu'à fin juin pour se conformer aux nouvelles règles de l'App Store concernant les ventes à l'intérieur d'applications. Désormais, il est impossible de vendre par une application disponible sur l'App Store sans passer par les achats in-app d'Apple, la solution de vente d'Apple qui permet le paiement via le compte iTunes du client. Mais ce passage implique désormais de passer par Apple qui demande 30 % du montant de la transaction pour chaque vente, soit quasiment la totalité du pourcentage qui revenait aux éditeurs d'applications. Les applications de lecture (qui vendaient des livres électroniques par ce biais) commencent à se mettre à jour et pour beaucoup retirent toutes mentions de leurs magasins dans leurs applications. L'application de Kobo a supprimé tout lien vers sa boutique dans sa dernière version.

Share and Enjoy. Smartphones: la guerre des brevets. La guerre entre Apple et Samsung se terminera-t-elle un jour?

Smartphones: la guerre des brevets

Malgré les nombreuses victoires de la firme californienne, le groupe sud-coréen n'entend pourtant pas abandonner. Rappel d'une confrontation aux multiples enjeux. Samsung a été condamné jeudi à payer 290 millions de dollars à Apple pour violation des brevets de l'iPhone. Au total, le groupe sud-coréen doit près de 930 millions de dollars à son rival américain. Estimant qu'ils violent des brevets de l'Américain Apple, la Commission américaine du commerce international a interdit vendredi à Samsung d'importer et de vendre aux Etats-Unis certains de ses appareils électroniques.

En baisse de 2,8 % sur 2006-2009, le prix du mobile devrait encore reculer. Technologies-cles-2015-tic.pdf (Objet application/pdf) Données. La demande dans le secteur de l’édition de logiciels. Les demandeurs de logiciels sont : des entreprises pour lesquelles l’informatique représente une composante essentielle dans leur objectif de productivité et d’efficacitéles ménages et le grand public qui avec le développement d’Internet ont un besoin croissant d’applications réseaux (messagerie, multimédia, ..) et de services en ligne.

La demande dans le secteur de l’édition de logiciels

La clientèle professionnelle est dominée par les Grands Comptes ayant un chiffre d’affaires de plus de 500 M€ avec 61% du marché des logiciels et services informatiques estimé par le Syntec en 2008. La demande est d’autant plus forte que la taille de l’entreprise est importante. Plus l’entreprise est importante, plus les besoins en logiciels informatiques sont nombreux. Le secteur présente une forte diversification de la clientèle en termes de domaines d’activité, qui traduit le caractère incontournable de l’informatique dans tous les secteurs de l’économie. Pour les banques et assurances, les dépenses informatiques sont récurrentes.

La concentration dans le secteur du service informatique. Le secteur est marqué par une concentration accentuée entre 1996 et 2007.

La concentration dans le secteur du service informatique

Sur ce marché très atomisé en termes d’acteurs, la part des 10 premières entreprises, en 2007, atteignait 34% et la part des 50 premières entreprises représentait alors plus de la moitié. Le secteur est constitué d’entreprises plutôt faiblement capitalisées dans la mesure où il n’y a pas de transformation de matières premières ou bien intermédiaires. L’activité repose sur du travail intellectuel. Le ratio de frais de personnel rapporté à la valeur ajoutée est de 81% en 2005 selon les chiffres collectés par l’INSEE. Les entreprises de services vont se différencier par le niveau de savoir faire de leurs employés. Le caractère cumulatif de l’expérience acquise dans ce secteur peut constituer une barrière à l’entrée, et éclaire sur la concentration progressive de grands groupes pour « accumuler le capital humain ». L’analyse économique de la prestation de conseil informatique est proche d’un bien d’expérience.

Orange et Free cofinancent des réseaux de fibre optique.