background preloader

Entreprise Apple

Facebook Twitter

Apple reconnait la violation de ses règles de sous traitances en Chine. La presse mondiale s’est faite l’écho de graves accusations mettant en cause les conditions de travail chez Foxconn, le sous traitant chinois d’Apple qui fabrique le baladeur numérique iPod. Les accusations portaient sur des durées de travail excessives pour un salaire inférieur au minimum légal de la région, ainsi que sur des mauvais traitements liés les conditions de travail et de vie des salariés.

Ces accusations en entraîné une réponse immédiate d’Apple, qui s’est engagé à enquêter et à prendre ses sanctions s’il s’avérait que Foxconn ne respecte pas le Supplier Code of Conduct d’Apple. Suite à cette enquête, le rapport publié par Apple est plutôt mitigé. Certes, il affirme que la majorité des employés de Foxconn sont satisfaits de leurs conditions de travail. Mais dans le même temps, il apparaît que Foxconn n’aurait pas respecté certaines règles imposées par Apple. Les leçons de management d'Apple. Apple est une société qui suscite l’admiration la plus fervente, ou la haine la plus farouche. Mais on ne peut lui enlever sa capacité à maintenir son succès. Une grande part de ce succès provient de la culture de start up de la société, qu’elle a su maintenir alors qu’elle grossissait encore et toujours plus. Sachin Agarwal est le fondateur d’une autre start up, Posterous. Mais avant de se lancer dans son projet, il a travaillé pendant 6 ans pour la société à la pomme, et il raconte qu’il y était très heureux, et qu’il l’a quittée à contrecœur.

Il explique également les leçons de management qu’il a su tirer de cette expérience : Une société du domaine technologique doit être menée par les ingénieurs, plutôt que par des gérants. La plupart des équipes projets sont de petite taille et gérés par des ingénieurs. Le secret d’Apple : éliminer la bureaucratie, se focaliser sur ses ingénieurs, motiver ses équipes par une ambiance de travail motivante et gratifiante. Comment-travaille-le-coach-scolaire. Apple à nouveau épinglée pour les conditions de travail chez un sous-traitant chinois. Pegatron serait "pire" que Foxconn. Ce sous-traitant d'Apple, qui fabriquerait notamment les futurs produits "low-cost" de la marque à la Pomme, est sévèrement critiqué par l'ONG américaine China Labor Watch dans un rapport publié ce lundi.

L'association, fondée en 2000, pointe de nombreuses irrégularités plus particulièrement trois usines du taïwanais Pegatron. Pour réaliser cette étude, l'ONG a dépêché des enquêteurs et interrogé plus de 200 personnes. 12 heures par jour sur la chaîne d'assemblage Dans celle de Riteng, à Shanghai par exemple, les ouvrier travailleraient en moyenne 12 heures par jour, six jours par semaine, pour 1,30 dollar de l'heure en moyenne, soit encore moins que le salaire de 1,62 dollar de l'heure que pratiquait un autre sous-traitant taïwanais Foxconn (Hon Hai) selon un précédent rapport.

Emploi de mineurs En outre, et toujours contrairement aux principes du géant américain, des mineurs travailleraient sur les chaînes d'assemblage. Foxconn évincé. Conditions de travail en Chine: Apple accusé de ne pas tenir ses promesses. Des ouvriers qui s'endorment sur la chaîne de production, des journées de travail pouvant aller jusqu'à 16 heures, du métal provenant de mines dans lesquelles travaillent des enfants... Le documentaire de la BBC dans une usine chinoise où sont fabriqués des iPhone 6 dresse un constat sombre et dénonce «les promesses non tenues» d'Apple pour améliorer les conditions de travail chez ses fournisseurs.

Apple, qui a refusé d'être interviewé, a exprimé son désaccord avec les conclusions du reportage. Son fournisseur Pegatron «enquête» sur les abus signalés et promet «de prendre toutes les mesures nécessaires» pour rectifier la situation. Dix-huit jours d'affilé sans repos Un reporter chinois filmant en caméra caché a été contraint de travailler 18 jours de suite malgré ses demandes pour obtenir une journée de repos. Alors que les heures supplémentaires sont censées être sur la base du volontariat, un autre journaliste a dû travailler 16 heures d'affilée. Apple Store: les salariés dénoncent la pression au quotidien. Désormais, ils parlent. Et expriment leur colère à l'égard d'un employeur peu reconnaissant. Chose impensable il y a quelques mois, les salariés de l'Apple Store Opéra (Paris) ont déposé un préavis de grève pour le vendredi 21 septembre, jour de lancement de l'iPhone5 en France.

Du rêve à la réalité Tous ont moins de 30 ans. Pour ces vendeurs Apple qui ont accepté de témoigner, l'aventure a commencé par un séminaire de recrutement. " Nous étions une quinzaine de candidats réunis pendant quelques heures. Musique à fond, café à volonté, l'ambiance était très cool. Des profils plus jeunes, plus lisses. Etre sympa et bien vendre. Des vendeurs terrassés par l'affluence Les bonnes semaines, 80 000 personnes défilent dans l'Apple Store Opéra. "A 1, tu es quasi viré, à 5 tu es une star". Le Credo, la bible du salarié Chaque vendeur Apple reçoit un exemplaire du Credo, un document de quatre pages qu'il est censé porter sur lui en permanence. La positive attitude Fearless Feedback. Apple, la face sombre vue par les salariés.

Salaires inégaux, horaires sans cesse changeants, frustration de ne pas se sentir valorisés alors qu'on leur demande "toujours plus"… Les reproches faits par les salariés à la direction d'Apple France sont nombreux, alors qu'un appel à la grève a été lancé pour vendredi par le syndicat Sud (minoritaire). Malgré ce mouvement de grogne, les magasins devraient rester ouverts. Mais en ce jour de sortie de l'iPhone 5, des salariés du groupe, connu pour sa culture du mystère, racontent l'envers du décor et leur déception.

>>> A lire : Dix choses à savoir sur l'iPhone 5 "Aucune prime sur les ventes" "On m'a vendu du rêve mais vu de l'intérieur, la réalité est tout autre. Lorsqu'il est arrivé dans cette entreprise, il avait, dit-il, "des paillettes dans les yeux". >>> A lire : Apple France : appel à la grève vendredi "Des salaires qui arrivent en retard" Cet autre ex-employé de l'Apple store Opéra était aussi un "fan de la marque" mais très vite, il a fini par déchanter. "Badger sans arrêt" Travailler chez Apple - Retail (fr) Conditions de travail : d'anciens employés d'Apple attaquent la firme aux USA. Conditions de travail : Apple ne tient pas ses promesses. Un an après, rien n’a changé. Heures supplémentaires non-payées, conditions minimales de sécurité non respectées, impossibilité de monter des syndicats... dans les ateliers asiatiques de Foxconn, sous-traitant taïwanais du géant états-unien Apple, le droit du travail est aux abonnés absents.

Suite à la médiatisation des conditions de travail déplorables, rendues visibles notamment par le suicide de nombreux ouvriers chinois, Apple s’était engagé à améliorer le sort des ouvriers travaillant sur les chaînes de fabrication de l’iPhone et de l’iPad. A partir du mois de juillet 2013, tout devait rentrer dans l’ordre. Il semble que le non-respect des droits et de la dignité des travailleurs se poursuive sur les chaînes d’approvisionnement. Les salariés des usines chinoises qui fournissent Apple continuent de faire des heures supplémentaires non payées et aucun salaire minimum n’a été mis en place, selon une enquête réalisée par le China Labor Watch, une ONG basée à New York. Apple : un documentaire de la BBC dénonce les conditions de production de l'iPhone 6. Société Valls veut rapprocher les services publics des campagnes Le Premier ministre réunit ce vendredi à Laon (Aisne) 11 ministres et secrétaires d’Etat pour un comité interministériel sur la ruralité. Le nombre de...

Social Pourquoi le mouvement des médecins se durcit Plusieurs dizaines de milliers de manifestants sont attendus dimanche à Paris. Industrie & Services Crise d'Areva : Lauvergeon admet "une part de responsabilité" Après la perte record d’Areva, Anne Lauvergeon critique des « contre-vérités ». Les conditions de travail chez les sous-traitants d'Apple en Chine.

Apple Store : le travail de nuit désormais interdit. > > > Apple Store : le travail de nuit désormais interdit Sept Apple Store français sont concernés par cette décision, dont le magasin Opéra à Paris. Le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris interdit à ces boutiques d’employer des salariés entre 21h et 6h du matin « et ce sous astreinte provisoire de 50.000 euros par infraction constatée« . Les sept magasins concernés par l’interdiction ferment leurs portes à 21h, voire 22h les mardis et vendredis soir pour l’Apple Store de Velizy 2. Mais les salariés étaient souvent présents en surface après ses horaires pour préparer le magasin pour le lendemain. Les horaires de ces boutiques devront donc être modifiés et les magasins devront revoir leur organisation interne.

Cette décision du TGI ravit les syndicats. Ce n’est pas la première fois que Apple fait face aux syndicats français. Apple France n’a pas souhaité faire de commentaires. Chine : conditions de travail dangereuses chez les sous-traitants d’Apple - Asie-Pacifique.