background preloader

ARTS

Facebook Twitter

Annales du Musée et de l'école moderne des beaux-arts. Salon de 1817. Recueil de morceaux choisis parmi les ouvrages de peinture et de sculpture exposés au Musée du Louvre ... La maison d'un artiste. Tome 2 / par Edmond d... - Gallica mobile website. Rappel de votre demande: Format de téléchargement: : Texte Vues 4 à 4 sur 392 Nombre de pages: 1 Notice complète: Titre : La maison d'un artiste.

La maison d'un artiste. Tome 2 / par Edmond d... - Gallica mobile website

Auteur : Goncourt, Edmond de (1822-1896) Éditeur : G. Date d'édition : 1881 Type : monographie imprimée Langue : Français Format : 2 vol. ; in-18 Format : application/pdf Description : Appartient à l’ensemble documentaire : FranceJp0 Droits : domaine public Identifiant : ark:/12148/bpt6k5433968d. Inventaire du fonds français, graveurs du XVI... - Gallica mobile website. Art et décoration : revue mensuelle d'art moderne... Gazette des beaux-arts : courrier européen de l'art et de la curiosité. De quelques chemins qui mènent à l’art contemporain.

LA FORME, PEINTURE ET PHILOSOPHIE. 1 E.

LA FORME, PEINTURE ET PHILOSOPHIE

La géopoétique ou la question des frontières de l’art. 1Les arts contemporains se caractérisent pour une grande part par une subversion des canons académiques, une expérimentation avant‑gardiste, souvent une débauche théorique, qui sont autant de signes de ce que l’on a pris l’habitude de nommer une « crise ».

La géopoétique ou la question des frontières de l’art

Ce bouleversement ne serait‑il pas propice pour mettre à découvert un certain nombre de problèmes fondamentaux posés par l’art en général ? La dimension affective du sentir dans l’expérience esthétique. 1 Voir « L’invention de l’esthétique », présentation de l’Esthétique de Baumgarten par J.

La dimension affective du sentir dans l’expérience esthétique

-Y. L’art déborde le concept. 1 Histoire de l’art. p 153. 2 Esthétique.

L’art déborde le concept

Tome I, p 152. 3 Cometti (J.P.) Le travail en architecture. in Magazine Littéraire consacré à Wittgenstein. FORMES DE L’ART CONTEMPORAINJOSEPH BEUYS, ANDY WARHOL : LA RENCONTRE (1979) « La forme est sans doute quelque chose de la réalité, mais quelque chose qui se transmet à la faveur d’une relation causale qui met en rapport l’intelligible et le sensible : le premier est la cause du second, qu’il déter­mine comme tel, au moyen de la forme. ».

FORMES DE L’ART CONTEMPORAINJOSEPH BEUYS, ANDY WARHOL : LA RENCONTRE (1979)

Jean-François Pradeau : « Platon : les formes intelligibles ». Presses Universitaires de France, 2001. DE LA FORME AU CONFORME(QUAND LES AVANT-GARDES DEVIENNENT NORMES)(POUR UN AXE SCHOPENHAUER-DELEUZE) Voir par exemple les développements de Dany-Robert Dufour, L’individu qui vient ; Paris, Denoël, 2011, p. 248s pour le domaine de la santé mentale, mais aussi le désormais classique Jaime Semprun, De la Récupération, Paris, Champ libre, 1976.

DE LA FORME AU CONFORME(QUAND LES AVANT-GARDES DEVIENNENT NORMES)(POUR UN AXE SCHOPENHAUER-DELEUZE)

Voir par exemple, Stéphane Haber, L’action en philosophie contemporaine, Paris, Ellipses, 2004, où sont abordées les difficultés qui s’ouvrent quand on s’aventure dans l’analyse philo­so­phique de l’action. Celles qu’énonce notamment Bruno Gnassounou (p. 25) quand il conteste que « les règles ont besoin d’un fondement », mais qui, suivant le conseil de Gadamer, fait détour par Kant. Dans cet ouvrage il montre, suivons le résumé de Stéphane Haber : « comment les conceptions traditionnelles de l’agir (comme événement s’originant dans la liberté humaine, comme mise en œuvre de l’intention individuelle ou bien comme application d’une règle en fonction d’un jugement) se heurtent à la facticité toujours donnée de pratiques socialement en usage. » (14).

JEAN MESSAGIER, LA PEINTURE « A CAPELLA » COMMENT L’ART VIENT À POUSSERCOMME DES ONGLES DE PIED. 1 Paul Klee, « De l'Art moderne », conférence donnée à Iena en 1924.

COMMENT L’ART VIENT À POUSSERCOMME DES ONGLES DE PIED

Reproduite et traduite par Pierr (...) 1Lors d’une conférence à l’université de Iéna, Paul Klee construit une ana­lo­gie entre la création artistique et la morphologie de l'arbre. Dans cette para­bole, qui a depuis connu une fortune critique internationale, il associe les racines au flux des apparences et des expériences et l'artiste au tronc, celui-ci ordonnant et acheminant dans l’œuvre ce courant qui l'assaille. Cette démons­tra­tion, qui a pour intention de justifier les développements abstraits de l'art moderne, réserve à l'artiste « […] une place bien modeste.

Il ne revendique pas la beauté de la ramure, elle a seulement passé par lui »1. 2 « Après des discussions longues et passionnées, les règles prirent naissance selon lesquelles notre (...) 2Ce retrait du créateur s'est imposé comme une nécessité chez quelques artistes du mouvement Dada et notamment chez Hans Arp. Entretien avec Pierre Soulages. Pierre Soulages : régulièrement j’élimine des toiles, inabouties ou qui ont “tourné mal ”, banales, sans rien qui m’excite et qui sont d’ailleurs des sortes d’aventures avortées… Alors qu’à un moment, il y avait quelque chose qui était apparu, qui me paraissait intéressant à pousser, à intensifier, et puis ça s’est détourné, ça s’est terminé par quelque chose de morne, pas vraiment inachevé parce que l’inachevé c’est par rapport à un modèle parfait ou… qui n’est pas du tout ce que je poursuivais, mais quelque chose de morne me laissant dans un état médiocre, alors ces toiles-là, je ne les garde pas, je les détruis, je récupère juste le châssis.

Entretien avec Pierre Soulages

Ensuite, à la campagne ou à Sète, je brûle ces toiles. J’ai des rouleaux de toiles dans les coins et à Sète un endroit du jardin sert à ça. « La tempête des couleurs » et le poids de l’obscur. « Nolde est bien plus que lié au sol, il est aussi un démon de ces régions.

« La tempête des couleurs » et le poids de l’obscur.

Où que l'on se trouve se manifeste en permanence ce parent choisi, ce cousin des profondeurs. » (Paul Klee). Si en Allemagne Emil Nolde a une gloire solide et reconnue, jusqu’à faire l’objet d’innombrables calendriers reprenant ses paysages, ses fleurs, il aura fallu attendre en France l’exposition de 2008-2009 au Grand Palais à Paris et au Musée Fabre de Montpellier, la première rétrospective jamais consacrée en France à son œuvre, pour que cette étrange figure de l’expressionnisme allemand resurgisse au-delà des malentendus. Et il y en a. Et d’ailleurs une seule toile de Nolde est visible en France: Nature morte aux danseuses, au Musée national d'art moderne, centre Georges Pompidou. Emil Nolde semble un moine-soldat de la couleur, un paysan ancré dans ses paysages, un croyant halluciné et illuminé, hanté par le péché originel.

Il avait effectué « sa migration intérieure ». haut de la page. Jeux pour mourir. Liverpool sur seine. Plus la gloire caresse Tardi, plus il s'enfonce vers cette période glauque des années céliniennes par excellence, les années 1950. Plus précisément, du samedi 26 août au mardi 29 août 1950. Dans ces quelques jours, va se jouer d'après un roman de Geo-Charles Veran, la déglingue minable et tragique de quatre gosses plus malheureux que loubards. Après la rencontre avec Céline et Léo Malet, après les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc Sec, Tardi va au bout de son "voyage au bout de la nuit" là où toute innocence est saccagée.

« Monsieur couleur » ou l’expressionnisme de la lumière. Une œuvre d'art est une parabole, c'est la pensée de l'homme, une idée personnelle d'un artiste, une chanson sur la beauté des choses: une œuvre d'art est l'expression noble et particulière de l'homme qui est capable de plus que de dire simplement: «N'est-ce pas magnifique? ». August Macke. Franz Marc appelait son ami August Macke « Monsieur Couleur », tant celui-ci n’était qu’émotions en couleurs.