background preloader

Art/Design/Photo/Numerique/...

Facebook Twitter

SELECTED WORKS. Personal : erin mulvehill photography/ brooklyn new york. Bruno Dayan - Still. Alessio Albi Photography - Official Website. Russian ballet photographer. Underwater Photographer, Advertising Fashion and Art - Harry Fayt. Filmphotography. Marco Battaglini. Affiche Moilkan. SOEY MILK. Éditions dasein-Sans titre (5e, italiano) Plinio-Natale Cemento-Müller. Behance. TODD ROBINSON. Stéphane VIGNY. Jimmie durham - Sprovieri Gallery. The Forest and Brancusi 2012 three walnut painted pieces, round wood table 280 x 50 x 40 cm This Should Explain 2012 industrial machine, olive and tropical wood branches 210 x 65 x 70 cm It Should Work 2012 industrial machine, olive knot 165 x 75 x 70 cm Homanagem a Luciano Fabro (Homage to Luciano Fabro) 2010 wood 224 x 30 x 50 cm Second Life 2010 wooden table, wooden golf club, and a book 110 x 60 x 73 cm After "The Prize of the Silver Golf" 2010 mixed media dimensions variable Shirt Poem 2010 black ink on white shirt 85 x 174 cm Joe David Screen 2010 black marker pen on projection screen 220 x 140 x 90 cm Some of These People are Dead 2010 mixed media 250 x 75 x 70 cm Coins Only 2010 a red oil drum 95 x 58 cm Light Crude 2010 oil drums and acrylic paint slick each drum 87 x 58 (d) cm Entrance to Arts Media and Sports 2010 wood, steel, cables 207 x 205 x 130 cm Head 2006 wood, paper mache, hair, seashell, turquoise and metal tray 25 x 40 x 40 cm.

jimmie durham - Sprovieri Gallery

Gilberto Zorio, Arte Povera, artistes, contemporains, art contemporain, peinture, art moderne. Date de naissance : 1944 Lieu : Andorno Micca, Italie Courant : Arte Povera Depuis sa première exposition à la galerie Sperone de Turin en 1967, l’œuvre de Gilberto Zorio est liée à l’histoire de l’Arte Povera.

Gilberto Zorio, Arte Povera, artistes, contemporains, art contemporain, peinture, art moderne

Les 1ères productions sont des objets étranges, résultats d’actions achevées ou en cours, mettant en jeu des forces physiques et des réactions chimiques simples : Colonne, 1967, tube d’éternit en équilibre sur des chambres à air ; Rose/Bleu/Rose, 1967, cylindre d’éternit coupé dans sa longueur et rempli d’un mélange de plâtre et de cobalt qui change de couleur au gré des variations de l’humidité de l’air ; Piombi, 1968, constitué de deux plaques-récipients de plomb contenant respectivement de l’acide sulfurique et de l’acide chlorhydrique qui attaquent, plus ou moins lentement, et en prenant des couleurs différentes, une barre de cuivre recourbée dont les extrémités baignent dans les acides. Source : Centre Pompidou. Monty Python's Ministry of Silly Walks (Full Sketch) Morgane%20Tschiember low. Luciano fabro in cubo.

Oscar Tuazon - 25 Artworks, Bio & Shows on Artsy. Vincent Ganivet. Untitled.

Gedi Sibony au Frac Champagne-Ardenne Gedi Sibony au Frac Champagne-Ardenne Gedi Sibony La couleur de l’envers On pourrait presque parcourir l’exposition de Gedi Sibony sans s’en apercevoir. Nul éclairage artificiel ne trouble l’austérité cistercienne du Frac champenois, divers objets semblant sortis des réserves y sont entreposés, on croit être passé entre deux expositions. C’est que l’œuvre de Sibony aime à se fondre dans l’espace qui l’accueille: faisant sienne les matériaux trouvés sur place, elle les restitue bruts, discrètement agencés pour révéler leur identité. Il en est ainsi des cinq socles usagés regroupés au centre de la salle: la formation minimale qu’ils évoquent inévitablement à peine trahie par quelques traces de rouleau et deux petits trous non rebouchés qui en écaillent la peinture blanche. Revealing Itself with Suitable Attributes, (2007), porte bien son nom. Les socles ne supportent rien, mais ne se revendiquent pas pour autant autre chose que ce qu’ils sont, leur nature d’objet n’est pas transcendée, ils font simplement écho à un petit cadre doré qui ne présente rien et dont la marie-louise a été retirée. Le papier légèrement décoloré par le soleil, mais encore immaculé sur les bords, vanité délicate encadrant de toc le temps passé, nous éloigne encore de l’éventualité du ready-made par le seul retrait opéré par Sibony. Ici, des liens entre les objets ont été tissés patiemment par l’artiste, et, plus que de composition, il s’agit d’une respiration, d’un souffle qui maintient l’étrange harmonie émanant d’entre ces objets trouvés. Une réflexion de Proust perdue au beau milieu d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs nous revient alors: « une salle de musée (…) symbolise (…) par sa nudité et son dépouillement de toutes particularités, les espaces intérieurs où l’artiste s’est abstrait pour créer ». L’aridité du lieu d’exposition renforce en effet la tension générée par le display de ces pièces dont la délicatesse le dispute sans cesse à la rudesse. Fixée au mur juste au-dessus de la plinthe, une plaque de contreplaqué aux bords non peints et percée de trous de vis aux quatres coins dessine comme une répétition de la porte murée tout à côté d’elle. Cet ancien morceau de cimaise, dont on distingue mal s’il a une fonction dans l’espace avant de s’apercevoir que sa fonction est bien celle-ci, nous faire remarquer l’espace nu, tel qu’il pouvait être avant l’accrochage, a aussi un autre interlocuteur: une bande de moquette posée au mur de manière spartiate et dont le haut retombe mollement dévoilant la couleur de l’envers. Sous une matérialité marcescible et sans qualité, ces « œuvres devant lesquelles on ne sait pas où regarder »1 rendent hommage au génie de la condensation dans l’espace qu’était Matisse. Au fond de l’espace, de chaque côté d’un mur, deux pièces parlent encore du vide comme d’une présence nécessaire: I stay joined, (1991-2007), une vieille porte étroite sans serrure et à la peinture égratignée se dresse à un mètre du mur, bloquant net les sorties virtuelles qu’elle aurait pu faire naître, et Erios, (2007), une superposition de deux planches évidées de formes géométriques suggère que plus la matière s’absente, plus elle peut laisser le sens se développer et s’échapper par ses ouvertures. La plus discrète et peut-être la plus réussie des pièces de l’exposition est d’ailleurs l’obturation de l’une des hautes fenêtres par une double épaisseur de grilles perforées non identiques qui fonctionne comme un vitrail en grisaille, parfaite synthèse de Sibony sur son travail qu’il envisage plus sous l’angle du dessin que de la sculpture. C’est alors que le presque rien de son œuvre rejoint le presque tout du monde. – thspln

Andrew Hayes. La beauté rétro du quotidien. L'absurdité de la routine en machines. Paulinebastard. Le moment by David Claerbout. Giovanni Anselmo: Archivio Giovanni Anselmo. Www.encastrable.net.

Textes/Encastrable Note d'intention Prendre d’assaut ces cornes d’abondances que sont les grandes surfaces, y réaliser des actions éphémères faites d’une certaine économie de moyens, y injecter clandestinement atelier et espace d’exposition… transformer le réseau des hypermarchés en structure de résidence artistique. C’est sur la simplicité de cette envie commune qu’est née la collaboration entre Antoine Lejolivet et Paul Souviron. Un exercice qui s’articule autour d’un mode opératoire aussi minimal qu’infiniment déclinable : formuler des sculptures sur la base des produits proposés par le magasin. Entre les rayons et les clients, exposer des agencements de contrebandier, sans clou ni vis. L’autorisation d’un vigil ou d’un responsable entraîne l’arrêt du processus, emmenant les deux plasticiens à la recherche d’un autre lieu, espérons le moins accueillant. Ces grandes enseignes du bricolage, de la botanique ou de l’alimentation, installées en périphérie des villes, offrent aux deux artistes une réserve de matières premières s’étendant à perte de vue et c’est dans les interstices des règlements et de la forme qu’ils viennent déployer leur règle du jeu et installer leur petite entreprise de désorganisation. Ce site est destiné à témoigner de ces actions éphémères par le biais d’un archivage photographique ou vidéo, formant ainsi une sorte d’atelier, catalogue d’exposition précaire. G.Buchert About the work/Slot-in To launch an attack on the cornucopias emporiums are. There, to carry out short-lived actions performed with very little means and clandestinely introduce a workshop and an exhibition space so as to turn the distribution network into an artist residency structure. This is the simple and common idea that brought together Antoine Lejolivet and Paul Souviron. Together they create sculptures using the goods sold by the supermarket, a process that is both minimal and indefinitely reproducible. Among shelves and customers they exhibit smuggler-like constructs made without nails or screws. The process is stopped if a security guard or a manager start allowing it. The two artists then go in search of a less welcoming store. The huge food, gardening and DIY chain stores on the fringe of the cities provide the two artists with an endless supply of raw materials. They use the gaps in the book of rules to play by their own rules and install their own little disorganization company. The website shows archive photos and videos of these transient actions, thus composing a sort of exhibition catalogue. G.Buchert – thspln

Vincent Fournier. Navid Nuur. In the hideous countryside : Jérémie Grandsenne. Yannis Pérez. Paul Souviron.

À l’orée du bois,… Mon travail réunit un ensemble de pratiques liées à la recherche et à la création d’espaces, d’interstices, de paysages voire de scènes. L’interstice représente ici un espace mental dans un premier temps, et une forme physique dans un second, un territoire possible, non conquis, régi par des règles inexistantes. Chaque sculpture, performance ou installation vise à créer une atmosphère, un décorum dans lequel on peut déambuler et se projeter. L’idée même de décorum évoque la fiction, la possibilité d’un ailleurs. Elle met en relation l’architecture et l’ensemble des volumes/formes qui alimentent notre quotidien. Chaque pièce façonne à sa manière un temps suspendu, créant un instantané qui induit le passé et le futur. Sur l’ensemble des travaux un grand nombre de notions telles que le rapport à l’échelle, à l’espace, à l’animalité, au danger et aux territoires viennent se greffer, accentuant ainsi l’ambiance hostile et rétro-futuriste souvent présente. L’ensemble des productions évoquent le monde de nos contemporains en état de siège, d’une guerre dans laquelle l’action est toujours latente. Un paysage comme mouvement permanent, qui se re-dessine par l’histoire, l’homme et “les bêtes“ qui le peuplent, l’habitent. Un paysage dans lequel l’interaction fait place à la frustration. – thspln

Mark Jenkins // Inside. THEO MERCIER. Mathieu Mercier Studio. Géraldine Lay. Selected works « ANDERS PETERSEN. Untitled. Klavdij sluban, baltique. Through The Glass. R u i V e i g a (@__darkwhite__) Home : geoffroy mathieu. Index/ Trinidad Carrillo. Noctyl - Casablanca. Jürgen Nefzger. Jürgen Nefzger - HEXAGONE - THE LANDSCAPE CONSUMED This large set of images is now part of the Hexagone corpus, where it forms the second section, entitled “The Landscape Consumed.”

Jürgen Nefzger

In these images Jürgen Nefzger moves away from the highly urbanised territory and towards places with low population density, even rural ones, showing us the other side of appearances: instead of what comes before the manufactured landscape, we are faced with uncertain images of it, resulting from the general takeover by the consumerist model. The consequences of progress can be read in highly developed, monetised and, finally polluted nature. Anne Immelé, photographer & curator, Mulhouse - France. Anne.immele@gmail.com +33 6 99 73 81 80 Memento MoriBut the CloudsEin See ist immer ganz in der NaeheL'AgrandisseurBiennale Photo de Mulhouse Wir Le livre WIR réunit des photographies prises de 1995 à 2002, en noir et blanc.

Anne Immelé, photographer & curator, Mulhouse - France

Chris Wood. L’artiste Chris Wood travaille le verre coloré pour créer des labyrinthes et des mandalas de lumière posés à la verticale sur les murs.

Chris Wood

101,86° luminaire coloré par Thomas Vailly et Laura Lynn. Dans le même rayon Retrouvons Thomas Vailly et Laura Lynn, designers hollandais pour la présentation de leur dernière collaboration, baptisée 101,86° luminaire coloré au naturel ?

101,86° luminaire coloré par Thomas Vailly et Laura Lynn

« Puzzling and dazzling, 101.86° offers a new way to experience light. Treated with contemporary methods, the material possesses crystalline qualities that one normally only finds in nature, in the highlands of Iceland. The result is a product of wonder with multi layered colours and a dynamic effect on light. » Justin Bettman. Skymetric. Cityscapes — ADAM GARELICK. Janusz Grünspek. Des baguettes en bois et un peu de colle pour les sculptures du polonais Janusz Grünspek.

Janusz Grünspek

Tendre - Exposition monographique - Olivier NOTTELLET. Défini Fini Infini - DANIEL BUREN - MAMO (wtrmrk) Fontaine/Fortin/Labelle Created an Unusual Passage. L’exposition urbaine Les passages insolites permet d’apprécier des oeuvres d’étudiants et d’un chargé de cours de la Faculté d’aménagement, d’architecture, d’art et de design.

Fontaine/Fortin/Labelle Created an Unusual Passage

Une installation visible dans le vieux Québec. Graypants Glowing Garage. Cove 3 House by SAOTA + Antoni Associates. YoDezeen. Cliff House par Dualchas Architects. Alpine Shelter par OFIS, AKT II et des étudiants. Un joyau architectural a été intégré sur les parois escarpés des Alpes kamniques, en Slovénie.

Alpine Shelter par OFIS, AKT II et des étudiants

Les grimpeurs du Pic Skuta trouveront un refuge contre les éléments dans ce nouvel abri moderne et sculptural. Cette structure préfabriquée modulaire a été conçue par les étudiants de Harvard, les architectes d’OFIS et les ingénieurs d’AKT II. Un travail remarquable de modernisme rural, une structure qui se mérite, où seuls quelques chanceux aventureux pourront la découvrir et l’expérimenter. La structure modulaire a donc été fabriquée en pièces détachées, transportées et montées sur site. East House par Peter Rose + Partners. En cas de besoin, cette maison modulaire moderne peut être soulevée et déplacée sur une autre parcelle.

East House par Peter Rose + Partners

Cette mobilité est habituellement réservée aux petites maisons, mais c’était un facteur central de la conception durable de cette maison. Elle comprend quatre sections en béton, dont chacune peut être déplacée par une grue, au cas où le littoral commencerait à reculer. » Comme les mouvements de terrain évoluent, cette maison a pour but d’évoluer avec. Ludovic Parisot. Fotografia i film - podniesinski.pl. RANDA MIRZA I works. Bruno Dayan Photographer. Pagina web de Chema Madoz. Arty Webzine - Ode à la photographie noir et blanc Au détour de... Jasonmpeterson. Erwin Wurm - Artists - Lehmann Maupin. Silvia Grav. EDERA décoration modulaire en feutre par Loris De Grandi. Url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCIQFjAA&url= Takashi Kitajima.

Alexander Yakovlev. Url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCUQFjAA&url= J.frede. Le désordre est bien puissant quand il s'organise. (André Suarès) Mitchell. John Baldessari. Gentle Hint Chairs par Nissa Kinzhalina - Blog Esprit Design. Modern furniture with retro aesthetics.