background preloader

Bonheurtravail

Facebook Twitter

Chief Happiness Officer, une fonction trop simpliste pour répondre à des enjeux de taille? via @JobSferic. Vers des fonctions dépassant le simple concept de «bonheur» en entreprise.

Chief Happiness Officer, une fonction trop simpliste pour répondre à des enjeux de taille? via @JobSferic

Nouveau petit sorti de la boîte à idée RH, le chief happiness officer va-t-il faire feu de paille ? Les professionnels du secteur estiment en tout cas que le métier ne va pas se pérenniser tel quel, la notion de bonheur n’étant pas vraiment adéquate au monde de l’entreprise. La fonction se recentrera sûrement plus sur les préoccupations propre au travail et aux échanges entre collaborateurs. Le bonheur a-t-il vraiment sa place en entreprise ? « Chief happiness officer », artisan du bonheur au travail ? - La Croix. Vie au travail.

« Chief happiness officer », artisan du bonheur au travail ? - La Croix

Nés aux États-Unis, les « responsables du bonheur au travail » commencent à apparaître en France. Une fonction encore un peu floue. Tous les matins, son sourire accueille les collaborateurs de l’entreprise Intuiti, à Nantes, spécialisée dans le marketing numérique. « À la façon dont les gens referment la porte, je sais comment ils vont », glisse Florelle Moire, « chief happiness officer » (CHO), autrement dit « responsable du bonheur au travail » de cette société de 30 salariés. Cette fonction, encore balbutiante, revendique un autre rapport au travail. « Cela peut sembler grotesque, mais ce métier a beaucoup de sens, assure la jeune femme, initialement embauchée comme assistante de direction.

Prendre en considération le facteur humain en entreprise, agir avec écoute et bienveillance peut changer beaucoup de choses. Un concept venu des États-Unis > Lire aussi : Ces intrapreneurs qui font bouger le monde. Travailler chez Google, ce n'est pas que du bonheur. Une cantine gratuite, des salaires alléchants (88.000 euros par an en moyenne pour un ingénieur), des fauteuils massants ou encore 20% de temps libre pour développer ses projets personnels… A priori, Google paraît l'endroit rêvé pour tout salarié.

Travailler chez Google, ce n'est pas que du bonheur

Ce n'est d'ailleurs pas par hasard que le groupe américain figure régulièrement parmi les premières places des palmarès consacrant les employeurs préférés des jeunes diplômés. Google une entreprise attentive au bien-être de ses salariés ! Certaines entreprises l’ont compris depuis longtemps : prendre soin de ses employés, c’est payant.

Google une entreprise attentive au bien-être de ses salariés !

Google une entreprise attentive au bonheur de ses salariés et à leur créativité ! Rien de mieux pour augmenter la productivité d’une entreprise, réduire l’absentéisme et les accidents de travail. Un travailleur est motivé et productif… lorsqu’il est heureux. Beaucoup de salariés font le même constat : « Nous ne sommes pas souvent félicités lorsque nous faisons du bon travail, mais nous sommes immédiatement réprimandés lorsque nous faisons des erreurs ». Une visite guidée des nouveaux bureaux de Google à Paris. Publié le 13-DEC-11 par ANACT | Imprimer Le nouveau siège français de Google est situé dans le 9ème arrondissement de Paris.

Une visite guidée des nouveaux bureaux de Google à Paris

Une ambiance soignée et décalée a été choisie par les «googlers», qui ont été associés à la conception de leur futur cadre de travail. Visite guidée avec le figaro.fr. Google a inauguré mardi 6 décembre ses nouveaux locaux parisiens, localisés rue de Londres, au cœur de la capitale. Les 10.000 m2 disponibles accueillent déjà une équipe de 350 salariés, dont beaucoup d’ingénieurs (500 sont attendus d’ici 2013).

Pour les concepteurs, l'objectif est de permettre à la créativité des salariés de s'exprimer, mais également d'attirer les talents et de renforcer la fierté d'appartenance à l'entreprise. En plus d'un lieu dévolu à la recherche et au développement, le «Googleplex» français abrite un institut culturel de «mission mondiale», dédié à la numérisation et à la diffusion de la culture, avec de l’archivage photo, vidéo et son. La face cachée de Google Envoyé spécial 2015 NWE.

Des espaces de travail plus ou moins formels : Reportage dans les nouveaux locaux de Facebook Paris. Envoyé spécial 29-10-2015 - Google à partir de 34'37" Google: la politique des "20% de temps libre" remise en question? Pourquoi Google pose les mêmes questions à tous ses candidats? Google fait partie des entreprises les plus attractives de la planète.

Pourquoi Google pose les mêmes questions à tous ses candidats?

Au quotidien, le monde entier utilise son moteur de recherche et les différents services qui gravitent autour. Alors forcément, quand on est recruteur au sein d’une entreprise asi attrayante aux yeux des candidats, on doit mettre en place des techniques de recrutement très pointues afin de sélectionner les meilleurs talents. Précédemment, on a pu voir la typologie du CV idéal selon Lazlo Block, le responsable RH de Google. Voici les avantages préférés des salariés de Google. Google : les salariés bousculent le mythe. Le géant de l'informatique, pourtant auréolé d'une réputation d'entreprise modèle, est loin d'être un Éden pour ses salariés.

Google : les salariés bousculent le mythe

Entre querelles d'ego et faiblesses managériales, leurs témoignages chamboulent les idées reçues. Florilège. Fréquemment, Google est attaqué de l'extérieur. Depuis sa création, en 1998, on lui a tout reproché: politiques de confidentialité douteuses, violations de droits d'auteur, censure, etc. Les adversaires de la firme, pourtant, ne sont pas les seuls à exposer leurs doléances. . • «Arrogance et sexisme» «Beaucoup de gens qui travaillent chez Google ont le sentiment d'avoir tous les droits parce qu'ils sont issus de l'élite», témoigne une ancienne directrice des ressources humaines. . • Une sélection drastique… mais des tâches mesquines «Ce qu'il y a de pire dans cette boîte, c'est le décalage entre l'exigence du recrutement et la simplicité d'un grand nombre de missions», écrit Vlad Patryshev, resté trois ans et demi à Mountain View. . • La vie en «G» Être embauché chez Google : pour “happy few” seulement.