background preloader

Benoit78

Facebook Twitter

La SNCF devra ouvrir ses lignes TGV à la concurrence à partir de 2020. La SNCF devra ouvrir ses lignes TGV à la concurrence à partir de 2020, puis ses lignes sous contrat de service public (TER et Intercités) à partir de 2023, conséquence d'un accord trouvé mardi à Bruxelles.

La SNCF devra ouvrir ses lignes TGV à la concurrence à partir de 2020

En France, le trafic ferroviaire de passagers est le monopole de la SNCF, ce qui n'est plus le cas du transport de fret ni des trains internationaux de voyageurs. D'autres pays, comme le Royaume-Uni ou la Suède ont totalement libéralisé ce secteur, ou en partie, comme l'Allemagne ou l'Italie. L'accord informel sur le "quatrième paquet ferroviaire", entériné entre le Parlement européen et la présidence néerlandaise du Conseil intervient après sept mois de négociations laborieuses. Comment Guillaume Pepy veut préparer la SNCF à la concurrence. À 54 ans, Guillaume Pepy vient d'être officiellement reconduit ce mardi à la tête de la SNCF pour un second mandat de cinq ans (2013-2018).

Comment Guillaume Pepy veut préparer la SNCF à la concurrence

Un choix qui a fait l'unanimité auprès des sénateurs et des députés qui l'ont auditionné ce mardi. Non seulement parce qu'il a bien su piloter la compagnie ferroviaire pendant les cinq ans de crise qui ont accompagné son précédent mandat, mais aussi parce qu'il possède une connaissance intime de l'entreprise. Et pour cause. Il lui a déjà consacré dix-sept ans de sa vie dont dix comme directeur général, et cinq comme président. Au vu des défis à relever, cette expérience est un atout de poids. « Sa tâche ne va pas être facile.

Sa feuille de route n'est pas encore finalisée. Les concurrents arrivent, la SNCF tiendra-t-elle le choc. Pas encore arrivé et déjà prêt à croiser le fer.

Les concurrents arrivent, la SNCF tiendra-t-elle le choc 

Mi-décembre, Mauro Moretti, le patron de la compagnie ferroviaire italienne Trenitalia, a piqué une grosse colère en apprenant que la chef des 3 000 gares françaises, Sophie Boissard, avait éventé ses projets : l’ouverture d’un Milan-Chambéry-­Paris et d’un Gênes-Marseille-Paris à compter de juin 2010. «Des informations confidentielles !»

, a tonné le bouillant Moretti. Il est vrai que Sophie Boissard, fraîchement nommée à ce poste, n’a pas la tâche facile : ­salariée de la SNCF, elle est censée garder le secret sur les quais, guichets et salles d’attente que lui réclament les con­currents de son employeur. «Je ferai tout pour être irréprochable», jure-t‑elle. SNCF : un monstre ferroviaire en situation de monopole. Article extrait du numéro des Enquêtes du contribuable de juin/juillet 2015, «SNCF, ça déraille!».

SNCF : un monstre ferroviaire en situation de monopole

En kiosque. Numéro disponible sur notre boutique en ligne. Des prix qui augmentent et une qualité de service qui ne cesse de baisser : voilà le constat que dressent les millions de passagers contraints de prendre le train pour aller travailler. Ce que va nous coûter la privatisation de la SNCF !!! Que ce soit la droite ou la gauche qui gouverne, la privatisation suit son train-train...

Ce que va nous coûter la privatisation de la SNCF !!!

Ce que va nous coûter la privatisation de la SNCF !!! Malgré les dénégations répétées des gouvernants de gauche, il est évident que ceux-ci continuent à lorgner vers la privatisation du chemin de fer. Ils parlent plus volontiers de « réforme ferroviaire » parce qu’ils savent que le terme de privatisation est tabou chez les cheminots. Et comme l’expliquait très bien le dirigeant syndical CGT au Conseil Economique Social et Environnemental, « il ne faut pas agiter le drapeau rouge de la privatisation » mais plutôt trouver les voies et moyens de faire passer les choses en douce.

SNCF : Vivement la concurrence ! En mai dernier, chez l'opérateur privé de transports Transdev (qui exploite des bus, des tramways et des métros), on a bien failli sabrer le champagne.

SNCF : Vivement la concurrence !

Le motif ? Un rapport parlementaire qui révélait pour la première fois le vrai coût des Intercités (les ex-Corail et les trains de nuit) : 340 millions d'euros de pertes par an pour la SNCF, en grande partie compensées par des subventions. En conclusion, le texte appelait à ouvrir quelques lignes à des concurrents de la compagnie, histoire de voir s'ils pourraient faire mieux... «On s'est dit, ça y est ! On va enfin pouvoir montrer de quoi on est capables ! Briser le monopole de l'opérateur historique ? Il faut dire que notre SNCF nationale ne nous offre guère de motifs de nous réjouir. C'est clairement ce qui s'est passé chez nos voisins.

Mais les résultats sont là. Il y a peu de chances que cela se produise en France. La SNCF anticipera l'ouverture à la concurrence. PARIS (Reuters) - La SNCF anticipera par des expérimentations l'ouverture à la concurrence du trafic ferroviaire passagers en Europe, a déclaré mercredi son président, Guillaume Pepy.

La SNCF anticipera l'ouverture à la concurrence

L'Union européenne a fixé des dates limites pour cette généralisation du transport ferroviaire : fin 2019 pour les lignes régionales de type TER ou Transiliens et fin 2021 pour les lignes à grande vitesse de type TGV. "Je suis absolument certain que la France n'attendra pas les dates limites. Ça serait préférer une sorte de basculement brutal", a déclaré Guillaume Pepy à l'Association des journalistes économiques et financiers (AJEF).

"Ce qui va se passer, c'est une période d'expérimentation qui va consister à regarder ce que cela apporte au consommateur, quelle régulation il faut avoir et est-ce que le train en France se porte mieux avec la concurrence", a-t-il ajouté. Selon lui, ces expérimentations pourraient se dérouler sur les années 2017-2018-2019. PACA: Christian Estrosi rompt les négociations avec la SNCF et prépare l'ouverture à la concurrence.