background preloader

Urbanisme

Facebook Twitter

Loos-en-Gohelle, l’exemple français du développement durable construit par les. Ancienne petite ville minière du Pas-de-Calais, Loos-en-Gohelle s’est engagée depuis une vingtaine d’années, avec et pour ses habitants, dans la construction d’un territoire qui tente de répondre aux exigences du développement durable. La ville démontre que l’implication des citoyens permet l’innovation. Conscients des urgences croissantes auxquelles est confrontée notre société, que ce soit dans les domaines écologique, économique et social, les élus ont souhaité réorienter le modèle de développement actuel.

Loos-en-Gohelle est aujourd’hui la preuve qu’en travaillant ensemble, territoires et citoyens peuvent construire une politique de développement du territoire partagée et portée par tous. En l’espace de trente ans, la ville de Loos-en-Gohelle est parvenue à renverser son destin. Ancien bassin minier, la fermeture de la dernière mine en 1986 a plongé la région toute entière dans une profonde crise. La participation, moteur de citoyenneté Des dispositifs mis en place par la commune.

Retos. L’intelligence urbaine à travers le monde : le miracle de Medellin. En 2012, à la surprise générale, le Wall Street Journal élisait Médellin, capitale de la région d'Antioquia et seconde ville de Colombie par sa population, « ville la plus innovante au monde ». Une distinction pourtant largement méritée si l'on se penche sur l'exceptionnelle mutation qu'a réussi cette ville en une vingtaine d'années.

Dans les années 1990, Médellin était considérée comme la ville la plus violente du monde - en 1991, elle a atteint le taux record de 390 homicides pour 100.000 personnes. Une planification sociale pionnière Aujourd'hui, Médellin peut se targuer d'avoir réduit de 95% ce taux et d'avoir fait reculer de 8 à 3% son taux de population touchée par la pauvreté extrême (soit, d'après l'institut national de statistiques colombien, des revenus mensuels inférieurs à 33,80 euros, considérés comme insuffisants pour satisfaire les besoins alimentaires de base). Clubs sociaux populaires Culture "Hub environnemental" Des villageois indiens construisent leur propre réseau électrique intelligent.

Unlimited Cities - Accueil. Sans titre. Qui sommes-nous? | Lande : Cartographier. Accompagner. Transformer. Lande met à votre disposition une carte interactive où il est possible de répertorier un terrain vacant près de chez soi et de signaler son intérêt à participer à la transformation de ce terrain en jardin collectif, en espace vert ou en terrain de jeu. Lande forme des groupes de résidents et les accompagne dans la transformation de terrains vacants. Lande peut aider votre groupe à mener un projet de transformation d’un espace vacant, en vous appuyant pour les aspects suivants : mobilisation, gestion de projet et négociation. Notre équipe Lande réunit des professionnels en droit, en urbanisme, en gestion de projets communautaires, en communication, en design et en agriculture urbaine. Eadeh Attarzadeh Gaëlle Janvier Philippe Letarte Andréanne Maltais-Tremblay Mikael St-Pierre Thierry Sénécal Programmation Web : Alexandre Leclair Contactez-nous Pour nous rejoindre, écrivez-nous à info@landemtl.ca.

Catapulte | Arme d'innovation sociale. 80 millions d’euros… t’as un plan ? - POP INSIGHT. Pauline Véron, élue adjointe au Maire de Paris, chargée de toutes les questions relatives à la démocratie locale, la participation citoyenne, la vie associative, la jeunesse et l'emploi pose le contexte. Chaque année, la Mairie de Paris augmente la part de son budget participatif faisant de notre capitale « la ville pionnière du financement participatif avec le plus important budget du monde ».

Sur un budget d’environ 10 milliards d’euros sur 6 ans, 5% sont mis aux mains des citoyens et de leurs idées, soit environ 80 millions d’euros par an. Plus qu’un coup de communication, cette initiative entend recréer du sens dans un climat de crise politique. La Mairie de Paris entend d'ailleurs « laisser de plus en plus de pouvoirs aux citoyens et à leurs projets qui comprennent mieux la chose publique ».

Le budget est lancé, toutes les idées sont acceptables tant qu'il est question d’améliorer la vie des citoyens. Une idée ? Il y en a déjà eu 2 500 proposées. Pourquoi supprimer les pubs des rues ? Le maire de Grenoble répond. Quelles sont les raisons qui vous ont conduit à prendre cet engagement de bannir la publicité des rues de Grenoble ? Eric Piolle – Il y en a plusieurs. Nous voulions réduire la place occupée par la publicité dans l’espace public. Cette publicité est arrivée à un moment où la ville était construite comme un vecteur de la consommation de masse, avec des publicités faites pour les voitures, pour des profils nourris par cette publicité.

Nous sommes maintenant arrivés à un virage où la ville va se construire au contraire sur son identité, et sur un commerce de ville. L’idée générale était donc de se demander comment retrouver un espace public qui reflète l’identité de la ville, qui reflète à la fois des enjeux d’espace public, une ville apaisée, et des enjeux de commerce de ville compatibles avec son identité.

Vous allez planter des arbres à la place des panneaux publicitaires qui vont être retirés. Il est plus que compensé. Nous cherchons à élargir l’image de Grenoble. Publicité. Gridmates : la plateforme collaborative de partage d’électricité. Fournir de l’électricité à un ami, une personne dans le besoin ou une association via une plateforme peer-to-peer, c’est le principe de Gridmates. Le service qui a vu le jour il y a quelques mois souhaite lutter contre la pauvreté énergétique. C’est un nouveau venu dans la sphère de l’économie collaborative. Gridmates entend s’attaquer au problème rampant de la pauvreté énergétique qui touche quelque 40 millions de personnes aux Etats-Unis. « L’idée m’est venue alors que je regardais les infos », se souvient George Koutitas, son fontateur. « J’ai vu des gens vivant dans le noir parce qu’ils n’avaient pas les moyens de payer l’électricité. J’ai alors voulu créer un outil pour les aider. » Via la plateforme Gridmates, chacun peut faire un don d’électricité à un voisin, un proche, une personne en situation précaire ou encore une association.

En échange de l’électricité fournie, les donateurs recevront des conseils pour réduire les consommations énergétiques de leur domicile. Nicolas Blain. INNOVATION | SCOP Espaces Verts - Aménagement et entretien du paysge. L’investissement dans la recherche et l’innovation sont un gage de la performance et la pérennité de Scop Espaces Verts. L’entreprise est engagée dans une dynamique de partenariat pour créer et développer des technologies nouvelles et des méthodes de travail inédites. Scop Espaces verts est également précurseur en matière de démarche sociale comme en témoigne son statut de coopérative depuis plus de 30 années et son engagement de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Innovation environnementale : Désherbage à la vapeur d'eau Pour répondre à la demande et anticiper les changements, Scop Espaces Verts propose un procédé mécanisé de désherbage à la vapeur d'eau en alternative aux herbicides chimiques. Le procédé mis au point et développé sur des engins porteurs tout terrain permet une utilisation mobile à grande échelle avec des rendements accrus.

Cette technique non polluante préserve l'environnement et la santé des usagers tout en étant économiquement efficace. Les plus : ForCity - Anticiper ensemble. L'Atelier Volant, plateformeL'Atelier Volant, plateforme de réflexions et d'actions dans l'espaceACTE DE NAISSANCE. Nous sommes de jeunes professionnels, des architectes, des paysagistes. Nous sommes issus de l’école nationale supérieure d’architecture et du paysage de Lille. Nous avons évolué 4 ans dans un cadre riche et mouvant avec étudiants, chercheurs, enseignants, concepteurs, ingénieurs. Anciens élèves paysagistes, nous avons vécu les premières années de la formation de paysage de cette école. Nous avons assisté et pris part à la création d’une école, d’une pensée, d’une pédagogie. Cette expérience nous a inscrit dans un mouvement, dans une réflexion en mouvement, en construction. Chacun, à l’origine de l’Atelier Volant, nous avons vécu notre école comme un espace de confrontation à l’autre, un espace pour user ensemble de la liberté d’être audacieux où la frilosité n’est pas de mise.

Nous avons éprouvé notre école comme l’endroit de la « marginalité réfléchie »*. Notre pratique quotidienne du projet nous éloigne trop souvent du «faire» . * Expression empruntée à Antoine Vitez. Architecture, expérimentation, savoirs faire traditionnels: un Romlabor à Lille. Dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale, le collectif d’architectes et paysagistes L’Atelier Volant présente, à la Maison Folie Wazemmes, à Lille, les réalisations d’un atelier de co-construction inédit: il a réuni durant une semaine, sous les voûtes de l’ancienne gare St Sauveur, des Roms et un groupe de jeunes architectes, artistes et urbanistes. Pari réussi pour ce projet à la croisée des chemins entre recherche architecturale, solidarité interculturelle et innovation sociale. A Lille, Etienne Sevet. Photos Etienne Sevet / Maria Montesi RomLabor – L’équipe Pour mieux comprendre la portée de cet atelier, un retour en arrière s’impose.

. « Crise d’innovation ». Ainsi était annoncé le rendez vous organisé, lui, par le collectif mobile l’Atelier Volant, dont les membres, architectes ou paysagistes, évoluent entre Rennes, Bruxelles, Lille ou encore la Normandie. RomLabor – Campement Mons Rendez vous fut donc donné dans leur campement, à Mons en Baroeul, près de Lille. La production participative d’espaces publics temporaires en temps de crise. Comment produire de nouveaux espaces publics à partir des espaces urbains en friche en temps d’austérité budgétaire ? Barcelone, souvent citée comme un modèle de l’aménagement des espaces publics (Fleury 2004 ; Martí i Casanovas 2004) au service de la transformation urbaine, au point qu’un « modèle barcelonais » (Marshall 2000) a pu être identifié, est confrontée aux enjeux de l’urbanisme en temps de crise (Bourdin 2010).

À la faveur de l’alternance politique, avec l’arrivée du centre-droit nationaliste à la tête de la municipalité barcelonaise en 2011 (après plus de trente ans de gouvernement socialiste), un nouveau modèle de réaménagement des espaces publics est expérimenté à partir de 2012, sur le principe d’une gestion temporaire participative. Cet article examine ce nouveau mécanisme de production et de gestion temporaire de l’espace public, entrepris par la mairie de Barcelone entre octobre 2012 et avril 2013. Urbanisme temporaire, expériences internationales Conclusion Bacqué, M. Technopôle Angus | Reinventing.paris / Competition for innovative urban projects. Reinventing.paris / Competition for innovative urban projects. R-Urban | R-URBAN: pratiques et réseaux de résilience urbaine. Smart Citizen : Apps. Lyon Urban Data : quand la ville teste ses innovations avec les citadins. Des citoyens se prennent en main à Marseille‏ Afin d’améliorer leur cadre de vie sans attendre une hypothétique action de la municipalité, un collectif d’habitants d’un quartier populaire de Marseille multiplie les actions concrètes.

Au programme, troc de livres, végétalisation de la ville, et mobilisation festive pour améliorer les transports publics. « On a besoin de s’en sortir ensemble entre pauvres », clame Claude. C’est ce qui a poussé cette jeune sexagénaire a rejoindre Brouettes et compagnie, un collectif d’habitants de la Belle de mai, quartier le plus pauvre de Marseille. Ce groupement informel de riverains qui regroupe chômeurs, assistantes de direction, artistes ou encore jardiniers partage un objectif simple, celui d’améliorer leur cadre de vie.

Ils se sont réunis pour la première fois en 2008, à l’appel d’une radio locale et d’un animateur culturel qui proposait aux habitants de redécouvrir leur quartier. Redorer l’image du quartier Des jardiniers culturels Le collectif s’est également saisi du problème des transports. Accueil. Villes en transition | Accueil. Objectif résilience - Google Groupes. Ce groupe ne comporte pas de message de bienvenue. Bienvenue sur le groupe Objectif Résilience ! Depuis 2008, Objectif Résilience est ouvert aux personnes engagées dans le mouvement Territoires en Transition. Intentions : réflexion sur les TT, partage d'informations, de ressources et d'inspirations, soutien entre initiatives locales, élaboration et échange de supports (textes, tracts, affiches, traductions...) et coordination à l'échelle du monde francophone.

Ce groupe fonctionne de manière horizontale (seul le premier message de chaque membre est modéré par Dominique ou Maxime) avec une auto-régulation collective : respect bienveillant des diversités et des intentions du groupe, sujet énoncé clairement dans le titre, en visant si possible la concision. Pour les informations, merci de ne relayer que les événements en lien étroit avec les TT (permaculture, deep ecology, etc...). Alléger la ville - Kit d'intervention urbaine. By La Fing, Think Tank at Paris/Marseille, France on 9,778 vues L’expédition de la Fing "Alléger la ville" visait à explorer d’autres approches du numérique urbain : au service de la créativité et du dynamisme de tous les acteurs de la Ville, favorisant ...

L’expédition de la Fing "Alléger la ville" visait à explorer d’autres approches du numérique urbain : au service de la créativité et du dynamisme de tous les acteurs de la Ville, favorisant l’émergence de réponses légères, agiles, diverses, émanant de toutes les énergies du territoire. Le "Kit d'intervention urbaine" est une des 5 pistes d'innovations issues de l'expédition : des kits pour outiller les interventions des citadins dans l’espace urbain physique et numérique, et permettant de faire émerger des propositions diverses et originales pour co-construire une ville adaptée à tous.

Statistiques Vues Total des vues Vues sur SlideShare Vues externes Actions J'aime Téléchargements 20 Ajouts 3,571 Plus... Droits d'utilisation. Urbanisme crowd-funded : quand des habitants financent leur ville. Réagissez : Partagez : Le crowdfunding, autrement dit le « financement par la foule », est un moyen récent pour des artistes ou des chefs d’entreprise de concrétiser leur projet. Rendu possible grâce aux plateformes de don, il semblerait que le crowdfunding gagne du terrain. Aujourd’hui, la nouvelle tendance est à l’urbanisme crowd-funded, lorsque des citoyens cofinancent des projets urbains palliant ainsi les limites des municipalités.

Le quartier de Hoflein à Rotterdam n’est plus ce lieu à la fois paisible et plein de vie qu’il fut au début du siècle dernier. En effet au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, la ville a été littéralement coupée en 2 par une voie rapide et une ligne de chemin de fer. Les habitants du quartier de Hoflein ont réclamé pendant des années une solution auprès de la municipalité qui, crise économique oblige, ne promettait rien avant au moins une trentaine d’années.

CC : Dietmut suite > des piscines flottantes et filtrantes à New-York. Boulangerie aux citoyens. Se regrouper avec des voisins pour financer un service utile au quartier ? S’auto-organiser pour ouvrir ensemble un magasin ? Des citoyens qui s’unissent pour prendre un rôle actif dans le renouvellement de leur quartier en créant même du travail à échelle locale ? Pour approfondir ces questions, j’ai décidé de consacrer un peu de mon temps à discuter avec des personnes qui se sont déjà mises en route pour créer des tels projets. J’avais envie de comprendre leur motivation et la nature des projets qui ont été mis en place. Ma prémiere rencontre m’a amené en Ecosse (par Skype, cette fois-ci). La boulangerie, qui se compose d’un atelier de production, d’un lieu de vente et d’un petit café, a ouvert ses portes il y a trois ans. Sustaining Dunbar, l’Initiative de Transition locale est à l’initiation du projet.

Le projet de boulangerie était une première, pour deux raisons principales. L’idée initiale était de reprendre l’ancienne boulangerie au centre de Dunbar. Ça ne vous donne pas envie? Clinamen comptoir.