background preloader

La bataille contre le système (entrefilet.com)

Facebook Twitter

Technique de CRS: Comment transformer les gens en casseurs (technique de la nasse) – Les moutons enragés. Cette vidéo explique une des techniques utilisée par les forces de l’ordre pour transformer des manifestants pacifiques en « casseurs », mais il faut bien définir le terme pour le cas présent. Durant ce genre d’évènement, il y a dans les faits deux types de casseurs, ceux qui le sont réellement et qui sont présent juste pour se agir de la sorte, pour casser des vitrines, des banques ou pour en découdre avec les forces de l’ordre, et ceux qui gagnent en violence à cause de la technique de la nasse.

Exemple d’utilisation du « kettling » à Toronto le 27 Décembre 2012. Source: Thestar.com C’est bien là l’un des problèmes, cette technique qui pourrait également porter le nom de la bouilloire consiste à entourer les manifestants aussi pacifiques soient-ils, les regrouper en un endroit sans leur donner la possibilité de sortir du piège, comme des poissons dans une nasse. Comment faire pour mettre en échec cette pratique ? Empêcher la police de couper le cortège. Sur le même thème Dans "Religion" Hyper puissance. Hyperpuissance et absence de sens 23/07/09 L'Occident ne fournit plus la réponse. Notre civilisation semble pourrir désormais sur pied, soutenue dans cette agonie verticale par le seul vacarme de sa puissance technologique.

Mais sous le vacarme: le vide. La course effrénée au divertissement, à l'étourdissement, à l’accumulation des biens, à la possession des dernières technologies bref, à la Consommation est devenue le sens et la finalité de la vie, annihilant souvent efficacement toute velléité d'introspection, individuelle ou collective. « Je dépense donc je suis » résume bien l’idée d’une civilisation dont le message ultime est d’inviter chacun à remplir son vide intérieur, l’absence de sens, par un acte d’achat sans cesse renouvelé.

Bataille contre systeme. Essai : de la bataille contre le « Système » 19/04/2010 Récemment, un ami ulcéré par une situation dont j’ignore encore aujourd’hui le détail, s’était plongé dans La Guerre de guérilla du Che avec une énergie combattante. Je lui avais alors humblement fait remarquer que l’hyper-puissance technologique et communicationnelle du Système rendait désormais impossible toute révolution par des moyens classiques, fussent-ils aussi honorablement inspirés que ceux du Che, et qu’il fallait plutôt réfléchir à la rédaction d’un nouveau manuel de guérilla qui viserait non plus à l’affrontement armé, mais à un travail de termites en quelque sorte, avec pour objectif l’effondrement du Système sur lui-même, sa dissolution. Pragmatique, il me demanda de lui donner l’ABC de ce nouveau manuel, ce dont je fus bien incapable.

Mais cela devait amorcer le texte ci-dessous, où figurent quelques pistes. La narrative 1. Les quelques énoncés ci-dessus sont a priori indiscutables. Passage en revue. Bataille contre le système 2. Une suite à la « bataille contre le Système » 03/11/2011 Une étude suisse permet de mieux comprendre la mécanique du Système et d’identifier les prédateurs qui prétendent le contrôler. Cette étude a été mise en perspective par l’écrivain Jean-Paul Baquiast dans un texte très éclairant qui démontre notamment que l’attitude très critiquée des Indignés se refusant à proposer des solutions toutes faites en remplacement du Système dont il réclame l’abolition, est pourtant parfaitement cohérente.

Etrangement, il apporte une forme de caution scientifique à un mouvement largement gouverné par l’intuition. L’ensemble de ce texte, dont nous avons surligné les passages les plus importants, offre une suite particulièrement utile à notre essai «De la bataille contre le Système». Extrait :« Certaines études s'appuyant sur les sciences de la complexité donnent désormais des images intéressantes [du Système]. >>Tous les épisodes "De la bataille contre le Système".

Pourquoi notre hyper-Titanic va couler. Essai : Pourquoi Notre Hyper-Titanic va couler (De la bataille contre le Système, épisode III) 27/09/2012 Rien ni personne ne pourra infléchir la trajectoire implacable de notre hyper-Titanic. Le paquebot est trop lourd, trop grand, impossible à manœuvrer sur une courte distance et glisse trop vite sur l’arête d’un iceberg écologique qui déchire déjà son flanc. De surcroît, aveuglée par les prouesses du monstre qu’elle croit encore contrôler, sa capitainerie n’en finit plus de pousser les moteurs à fond en hurlant si fort «Progrès !

Progrès !» , qu’elle parvient à couvrir le vacarme de l’eau s’engouffrant dans les brèches béantes. Seule une panne totale des moteurs pourrait encore éviter le naufrage. Avertissement : Pour les lignes qui suivent, nous avons puisé nombre d'arguments chez divers auteurs auxquels nous rendons d’emblée hommage pour éviter de fréquentes références, méritées mais typographiquement pénibles.

Premier constat : La démocratie libérale n’est pas écolo-compatible. L’«infestation», ou la guerre du Système contre les citoyens. L’«infestation», ou la guerre du Système contre les citoyens (La bataille contre le Système, épisode IV) 12/11/2013 Dans le chef d’œuvre d’anticipation qu’est le film de Terry Gilliam «Brazil», les barbouzes qui viennent arrêter par erreur Archibald Buttle font irruption chez lui par un trou percé dans son plafond.

L’effet est glaçant. C’est l’idée de la violence étatique qui peut surgir de partout ; que même la matière ne peut contenir, qui se dissémine à travers vos murs pour envahir votre intimité. La sécurité du foyer n’est plus qu’une illusion. Il n’y a plus de refuge. Avertissement Ce texte constitue le quatrième épisode de notre série d’essais «De la bataille contre le Système». Changement de paradigme Avec la fin de la Guerre Froide et la globalisation, la menace de conflits entre Etats s’est amenuisée au profit du risque de guerres asymétriques, c’est-à-dire contre des acteurs non-étatiques. L'Empire US, vers l'internationale totalitaire en chantant. L’Empire US, vers l’internationale totalitaire en chantant (De la bataille contre le Système: épisode V) 26/08/2014 Comme disait l’autre, les Etasuniens sont des gens vraiment formidables, pour peu que l’on puisse faire abstraction des morceaux de cervelles d’enfants qui pendouillent à leur parka.

Et si eux-mêmes y arrivent parfaitement, c’est que leur ascension en tant qu’hyper-puissance mondiale s’est accompagnée d’une descente dans une pathologie à mesure. Pathologie de la domination mêlant messianisme, exceptionnalisme (version américanisée de l’élitisme israélien), ivresse de puissance et, surtout, inculpabilité. Une pathologie protéiforme terrifiante lorsqu’elle ronge l’âme d’un Empire disposant d’une capacité technologique et d’une puissance de feu inégalés dans l’Histoire de l’humanité, le tout dissimulé sous les paillettes hollywoodiennes et le vernis d’une machine de propagande qui le font passer pour vertueux.

Décryptage. «L’opinion publique dominée par un égrégore ?» Contre l'abolition de l'homme. Contre l’abolition de l’homme (De la bataille contre le Système, épisode VI) 14/11/2014 Certains livres vous tombent dessus comme un météore dont l’impact n’est que lumière. C’est ainsi qu’au détour d’un échange avec un éditeur Suisse installé à Paris, j’ai entendu parler pour la première fois de «L’abolition de l’homme», un bouquin fulgurant, d’une actualité sidérante, pourtant écrit durant la Seconde guerre mondiale par l’auteur irlandais C.S. Lewis (1). L’écrivain y démontre que le rejet de toute morale universelle, le subjectivisme absolu de notre modernité en somme, a conduit notre civilisation à remplacer l’éducation des individus par leur «conditionnement» à des valeurs détachées du réel et qui, à terme, conduisent à la «capitulation de la Nature humaine» au profit d’une élite de surmorts (2).

L’occasion idéale d’un épisode VI donc, à notre série «De la bataille contre le Système» (3)… De Orwell à Huxley Dans l’intime du processus de déshumanisation L’immense mérite de C.S. Marché-Système. Marché-Système en déroute: petit survol d’une grande crise (De la bataille du Système épisode XII) 02/04/2015 Depuis une vingtaine d’années, la succession phénoménale de crises qui secouent le monde connaît une accélération exponentielle en termes de nombre comme d’intensité.

Que ce soit au niveau écologique, sanitaire, alimentaire, économique ou géopolitique, toutes les coutures du monde connu semblent en train de craquer quasiment en même temps. C’est que toutes ces crises n’en forment en réalité qu’une seule, gigantesque: celle de l’effondrement d’un Marché-Système poussé dans ses ultimes excès par la folle gouvernance US. Matrice éclairée d’un progrès technologique guérisseur de tous les maux, notre Modernité triomphante incarne des valeurs indépassables et constitue la seule voie possible vers une humanité préservée de la guerre, du froid et de la faim. Voilà en substance la promesse de campagne, le faux nez de notre Marché-Système globalisé sous gouvernance US. Ukraine-Russie: quand l’Empire tombe le masque. Ukraine-Russie: quand l’Empire tombe le masque (de la bataille contre le Système, épisode VIII) 15/04/2015 Il y a des moments comme cela où la vérité surgit soudain et vient brièvement parasiter l’écran de fumée de la vertueuse narrative propagée par les médias-Système.

L’effet est toujours saisissant, jubilatoire même. Le 3 février dernier, le directeur de la fameuse agence privée de renseignement Strafor, George Friedman, nous a donc offert l’un de ces moments devant le Council on Foreign Relations de Chicago. La « CIA de l’ombre » L’officine que dirige George Friedman est surnommée outre-Atlantique la «CIA de l'ombre», et conseille d’ailleurs comme il se doit l’administration américaine. De l’Europe qui n’existe pas, à l’Ukraine «Aucun pays ne peut rester éternellement on paix, surtout les USA.

La menace Russo-allemande L’armée ukrainienne, «notre armée» C’est cynique, amoral, mais ça marche Rome et l’Empire britannique pour modèles La bataille de l’intermarium L’inconnue allemande. Intelligentsia et servitude globalisée. Intelligentsia et servitude globalisée (de la bataille contre le Système, épisode IX) 16/06/2015 Que le Marché-Système dévore le monde quitte à disparaître avec lui est cohérent vis-à-vis de sa nature. Que les théoriciens de cette machine à épuiser l’univers s’emploient à défendre l’indéfendable l’est aussi. Ce qui l’est moins en revanche, c’est de constater que l’intelligentsia dite de gauche soit devenue une pièce maîtresse de la fabrique à consentement dudit Système, et en favorise même les dérives par son «grand œuvre» de formatage des esprits et de déconstruction sociale. Mais comment en est-on arrivé là?

Comment se fait-il que le parti des salonards parisien, les plumitifs de Libé, du Monde ou les gentils animateurs de Canal+ ou d’ARTE produisent avec les autres médias dominants une seule et même bouillie idéologique, appelant aux mêmes transgressions, aux mêmes guerres, aux mêmes haines, aux mêmes divisions voulues par le Marché-Système? La volonté de puissance La double-pensée. En finir avec la double conjuration de Washington et de Bruxelles. En finir avec la double conjuration de Washington et de Bruxelles 26/06/2015 «Le seul ennemi du peuple, c'est son gouvernement.»

Cette phrase prêtée à Danton* résonne aujourd'hui d'une tragique actualité dans une Europe aux relents totalitaires (1). Le projet européen a en effet échappé aux nations et à leurs peuples pour accoucher d’un monstre glacé piloté par des technocrates sans âmes (2). Gangréné par un capitalisme-terminal façon Goldman-Sachs, il rançonne désormais sa population, poussant des peuples entiers dans la précarité pour satisfaire la voracité de ses parrains. Au plan extérieur, il est totalement soumis à son souteneur étasunien qui utilise dès lors librement son sol pour y exporter ses passes d’armes, en attendant d’y régurgiter ses OGM et son hamburger aux hormones à grand coups de TTIP.

Pour reprendre le contrôle de leur destin et échapper à la guerre, les peuples d'Europe vont donc devoir en finir avec cette double conjuration de Washington et de Bruxelles. Retour sur le fiasco libéral. Retour sur le fiasco libéral (de la bataille contre le Système, épisode XI) 10/05/2016 Alors qu’il est pratiquement assuré que le bulldozer Trump affrontera la va-t-en-guerre Killary dans une présidentielle US au potentiel désormais explosif pour le Système, nous avons décidé de laisser un peu l’actualité de côté pour revenir sur le fiasco libéral qui a conduit notre contre-civilisation occidentale dans l’impasse mortifère où elle est encagée désormais.

Car où que porte le regard, les signaux sont aux rouges. La guerre hégémonique pour les dernières ressources fait rage, la planète et les espèces suffoquent sous l’impératif de croissance éternelle et la démocratie n’est plus qu’un vernis dans la plupart des pays de notre vertueux monde-libre. Le modèle de société juridico-marchand du libéralisme, dans sa version ultime néolibéale, représente ainsi un fiasco complet, presque un «fait social total».

Un Droit procédural pour les contenir tous Un Marché pour les gaver tous Épilogue.