background preloader

Optique

Facebook Twitter

Un nouveau centre de santé mutualiste spécialisé dans les pathologies rétiniennes ouvre à Paris. Un nouveau centre de santé mutualiste ouvre ses portes, jeudi 5 novembre, rue Broca à Paris (13e) aux patients des quartiers avoisinants. Ce second centre de la Mutuelle générale se démarque par son pôle dédié au diagnostic et à la prise en charge des pathologies rétiniennes. « La DMLA et la rétinopathie diabétique sont des causes de cécité en France.

Leur prise en charge demande un suivi intensif, avec des injections intra-oculaires mensuelles », explique le Pr Pascale Massin, ophtalmologiste en charge du pôle. « La plupart des médecins sont en secteur II à Paris, les dépassements d’honoraires peuvent être importants et les délais de rendez-vous longs », poursuit-elle. Le centre de santé Broca regroupe 50 praticiens interdisciplinaires tous en secteur I. L’équipe promet des délais courts. Sept boxes pour l’ophtalmo Le pôle rétinien, lui, comprend sept « boxes », deux pour la réfraction, réalisée par les orthoptistes, et deux de consultation ophtalmologique. Lequotidiendumedecin. Lequotidiendupharmacien. Une application pour obliger vos clients à préserver leur vue. « Prenez soin de vos yeux en les effrayant », tel est en substance le message de l’Association Professionnelle des Opticiens et Optométristes de la Belgique (A.P.O.O.B).

Elle a lancé hier à l’occasion de la Journée Mondiale pour la Vue une application gratuite pour ordinateurs « Eyescare ». Objectif : sensibiliser les utilisateurs à l’utilisation excessive d’un écran. Comment ? Une photo choquante est envoyée toutes les 20 minutes, afin d’inciter l’utilisation à quitter des yeux son PC. Il n’existe pas d’échappatoire, car elle apparaît en fullscreen sur l’écran et ne disparaît qu’après quelques secondes. « Avec Eyescare, outre le fait d’offrir une aide efficace, nous souhaitons avant tout attirer l’attention de manière ludique sur une problématique contemporaine qui prend de plus en plus d’importance », souligne à rtbf.be Vincent Breugelmans, porte-parole de la Semaine de la Vision en Belgique. Car en moyenne, certaines personnes passent 8 heures par jour devant leur ordinateur. "Lunettes pour tous", le "Free" de l'optique qui casse les prix.

Il a le verbe rapide des esprits vifs. Il a aussi un œil sur tout. Dans sa boutique "Lunettes pour tous" du 3 rue de Turbigo à Paris, Paul Morlet vérifie l’état des ventes du jour, surveille ses stocks, renseigne une cliente et répond au mail d’une mutuelle. Dans la boutique très épurée, la foule se presse auprès de la vingtaine d’opticiens embauchés. Normal: à 10 euros la monture et les verres simples et 30 euros les verres progressifs, Lunettes pour tous a vite trouvé sa clientèle. "Nous vendons 250 paires de lunettes par jour sur ce seul point de vente, soit près de 1% des lunettes vendues annuellement", s’amuse ce jeune entrepreneur de 25 ans qui a ouvert une autre boutique à Lyon et s’apprête à inaugurer celles de Lille et Marseille dans quelques semaines, puis toutes les grandes villes françaises en 2016. L'empire d'Essilor et des opticiens bousculé Son rêve? Les achats en optique médicale restent stables en 2014 - L'OL [MAG]L'OL [MAG]

Selon Les comptes de la santé publiés par la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), la dépense d’optique médicale (équipements correcteurs) en France a atteint 5,752 milliards d’euros en 2014, contre 5,741 milliards d’euros en 2013. Après être resté supérieur à 4,0% entre 2009 et 2011, le taux de croissance de la consommation d’optique médicale diminue depuis trois ans : il s’établit à +0,2% en 2014, après +2,9% en 2013 et +2,5% en 2012. L’optique médicale représente plus de 40% de la dépense totale de la catégorie « autres biens médicaux », qui progresse quant à elle de +3,8% à 13,8 milliards d’euros. La fraction des dépenses remboursées par la Sécurité sociale et l’État pour cette catégorie atteint 43,5% en moyenne en 2014 : le taux de remboursement est de 4,2% pour l’optique et de 71,5% pour les autres biens ! Le premier opticien qui vend les verres sans… les montures ! - 24/09/2015 - ladepeche.fr. La boutique est unique en… France !

Seul un magasin ressemblant existe en région parisienne. De quoi s'agit-il ? Du premier opticien ne proposant à ses clients que des «verres» sans… montures ! «On veut redonner le côté technique à l'opticien, un professionnel de santé à la base», indique Rachel Salvadori, gérante d'«Okkio» (de l'italien «Occhio» qui veut dire «œil»), boutique qui a pignon sur rue à Tournefeuille.

Dans celle-ci, de fait, aucune monture en vitrine, rien que des verres, souvent originaux, coloriés, surtout répondant à toutes les attentes, toutes les corrections. «Des verres personnalisés, qui obéissent à un confort de vision supérieure», précise la praticienne, opticienne optométriste. Dans une matière (l'optique) où la monture prend souvent le dessus sur le verre lui-même, où le temps passé par le client en magasin est à plus de 90 % consacré aux montures, le magasin tournefeuillais axe tous ses efforts en direction du verre, objet principal d'une meilleure vision.

» Myopie : le manque de lumière naturelle pointé du doigt. Avec Vision Simulator d’Hoya, faites tester les verres à vos porteurs avant l’achat. Les Opticiens Libres deviennent les « Experts en Santé Visuelle », sponsors des séries US sur TF1. Eye tracking : des patients en réanimation communiquent avec les yeux.

L’oculométrie, ou eye tracking en anglais, est une technique qui permet de détecter avec précision le mouvement des yeux. Cette technologie est employée au CHU de Tours pour aider des patients intubés à communiquer par l’intermédiaire d’un logiciel qu’ils contrôlent du regard. © Opelblog, CC by-nc-nd 2.0 Eye tracking : des patients en réanimation communiquent avec les yeux - 2 Photos Au centre hospitalier universitaire (CHU) de Tours, les patients en réanimation et intubés ont pour certains la possibilité de parler, non pas à voix haute, mais avec les yeux.

Depuis le mois de juin, le service teste un système de communication basé sur l’oculométrie (en anglais eye tracking) qui permet à la personne intubée de s’exprimer en contrôlant une interface logiciel avec le mouvement des yeux. La technologie d’oculométrie employée au CHU de Tours a été mise au point par la société suédoise Tobii Dynavox. Sur le même sujet.