Démondialisation Vs libre-échange

Facebook Twitter
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Antoine Brunet, président de AB Marchés Mi-2007 éclatait la crise des pays occidentaux. Mi-2009, ceux-ci sortaient de leur récession mais ne se débarrassaient pas pour autant de la crise qui restait la leur. Mi-2011, leur situation vient même de rebondir sous forme d'une crise conjointe de leurs finances publiques qui menace maintenant de les faire rechuter en récession... La stratégie chinoise du yuan ruine les finances en Occident La stratégie chinoise du yuan ruine les finances en Occident
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat chargé du commerce extérieur A ceux qui, à l'extrême gauche, à l'extrême droite ou même à gauche, se font les chantres de la "démondialisation", le rapport Crise et croissance : une stratégie pour la France (à paraître à La Documentation française) que le Conseil d'analyse économique (CAE) vient de me remettre, le 24 juin, apporte une contradiction remarquable. Au fond, le CAE nous livre un premier enseignement frappé au coin du bon sens : sauf à accepter le déclin, la France n'a pas d'autre choix que de partir à la conquête de la croissance dans le monde réel, celui de l'économie globalisée de ce début de XXIe siècle, en se reconstruisant une santé industrielle et une capacité à l'export. Convenons-en, ce message n'a rien de révolutionnaire. La fable de la "démondialisation" heureuse La fable de la "démondialisation" heureuse
Démondialisation et préférence nationale ne sont pas synonymes Démondialisation et préférence nationale ne sont pas synonymes LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jean-Claude Werrebrouck, membre fondateur de l'association Manifeste pour un débat sur le libre-échange La démondialisation ne signifie pas nécessairement la fermeture et la déconnexion à l'égard du reste du monde. Elle signifie simplement une économie mondiale plus respectueuse des hommes et de leur environnement. Dans le cadre des anciens Etats-nations, la compétition et la "destruction créatrice" chère à l'économiste Joseph Alois Schumpeter, les perdants n'étaient pas abandonnés par un Etat-providence financé par les gains de productivité. Dans le nouveau cadre de la mondialisation, le travail de destruction créatrice perd de sa légitimité, puisque, d'une part, le filet de sécurité antérieur put être attaqué par les marchés, et que, d'autre part, le déficit de régulation mondiale donne libre cours au mercantilisme le plus brutal.
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Zaki Laïdi, directeur de recherche à Sciences Po (Centre d'études européennes) Une récente étude a confirmé une fois de plus l'exceptionnelle impopularité auprès de l'opinion publique française de l'ouverture des marchés. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que l'appel à relever les droits de douane se trouve massivement plébiscité par l'opinion. Il n'est pas non plus étonnant que le thème provocateur de la démondialisation prenne comme un feu de brousse. Absurde démondialisation Absurde démondialisation
Le protectionnisme, nouvelle Ligne Maginot Le protectionnisme, nouvelle Ligne Maginot LE MONDE | • Mis à jour le | Par Alain Faujas Ils sont nombreux en France ceux qui, avec Emmanuel Todd, Jean-Louis Mélenchon et Marine Le Pen, partagent la croyance que "le libre-échange affame les peuples". Stigmatisant les importations coupables de destructions d'emplois au profit des pays produisant à bas coûts, ces "indignés" réclament un protectionnisme aux frontières de la France (le Front national) ou de l'Europe (la gauche de la gauche). Ils rêvent de pouvoir dresser une herse douanière face aux importations. Les tenants du protectionnisme ont donc applaudi l'initiative du député UMP du Tarn, Bernard Carayon, qui a mobilisé au début du mois de juin pas moins de 143 signatures de parlementaires pour demander qu'Air France achète plus d'Airbus européens que de Boeing américains.
Sarkozy: « refuser la mondialisation n’a aucun sens. Nous resterions seuls dans notre coin à bouder ». Sarkozy: « refuser la mondialisation n’a aucun sens. Nous resterions seuls dans notre coin à bouder ». Nicolas Sarkozy a choisi, en inaugurant lundi 20 juin le salon de l’aéronautique et de l’espace, de donner sa vision de la mondialisation difficile. Le débat bat son plein, alors que les Français sont tentés par une fermeture des frontières. Le chef de l’Etat a voulu contrer les partisans de cette "démondialisation", alors que l’industrie du transport aérien réalise les trois quarts de ses activités à l’exportation. "Refuser la mondialisation n'a aucun sens. Nous resterions seuls dans notre coin à bouder", a exhorté le chef de l’Etat, tout en reconnaissant que le débat sur la mondialisation était "légitime". Dans ce salon où sont présents tous les constructeurs aéronautiques, M.
Sondage Ifop : les Français adhèrent massivement au protectionnisme - Mathieu Lebon sur LePost.fr (19:30) Sondage Ifop : les Français adhèrent massivement au protectionnisme - Mathieu Lebon sur LePost.fr (19:30) Publié parMathieu Lebon post non vérifié par la rédaction 16/06/2011 à 19h30 - mis à jour le 16/06/2011 à 19h40 | vues | réactions
La « démondialisation » veut fixer des règles au libéralisme La « démondialisation » veut fixer des règles au libéralisme Le concept de « démondialisation » s’invite dans le débat français. Pour ses partisans, la crise a montré les limites du libre-échange.Une protection douanière, en cas de non-respect des règles communes du travail et de l’environnement, est demandée.Un contrôle des flux financiers est préconisé pour ne pas perturber la croissance des économies. Gordon Brown, le premier, en janvier 2010, brandissait le spectre de la « démondialisation » (deglobalisation) si les gouvernements ne coordonnaient pas leurs efforts pour lutter contre les causes de la crise ...
Le protectionnisme revient dans le débat politique « L’élection présidentielle de 2002 s’est jouée sur le thème de la sécurité, celle de 2007 sur le pouvoir d’achat. En 2012, la question centrale sera celle du protectionnisme. » Le politologue Emmanuel Todd résume l’ambition des économistes réunis jeudi 16 juin par l’association « Manifeste pour un débat sur le libre-échange ».En présentant le sondage, ces chercheurs ont affirmé que, malgré des divergences sur « les modalités » d’un protectionnisme, tous se retrouvent sur le constat de « l’échec du libre-échange » et une condamnation des politiques qui ... Le protectionnisme revient dans le débat politique Le protectionnisme revient dans le débat politique
L'illusion economique: Amazon.fr: Todd Emmanuel
Protectionnisme vs. anticapitalisme

Débat Todd / Christian Saint-Etienne
Les avantages d’un protectionnisme européen
Pour ou contre un protectionnisme européen ? Invité à la mi-décembre par Dominique de Villepin à ouvrir la conférence sur l'emploi et les salaires, le démographe Emmanuel Todd avait mis les pieds dans le plat en vantant les mérites du protectionnisme. S'il s'est immédiatement attiré les foudres du patronat, par les voix de Laurence Parisot, pour le Medef, ou de Jean-François Roubaud, pour la CGPME, le thème protectionniste n'en trouve pas moins grâce aux yeux de nombreux candidats à l'élection présidentielle. Et c'est au niveau européen qu'ils veulent l'imposer, soit par des taxes pour les uns, soit par des normes pour les autres, afin de protéger nos marchés de l'afflux des produits de pays émergents qui bénéficient de bas salaires, et qui ainsi menacent emplois et salaires dans les pays occidentaux. Pour ou contre un protectionnisme européen ?