background preloader

Presse locale et sages-femmes

Facebook Twitter

Manuel Terju, seul homme sage-femme de la maternité - Chauny. Par L.Q.

Manuel Terju, seul homme sage-femme de la maternité - Chauny

Sur les treize sages-femmes que compte le centre hospitalier de Chauny, il y a un homme passionné par « cette belle profession ». Son portrait. Manule Terju, 30 ans, pourrait se faire appeler « accoucheur » ou « maïeuticien » pour éviter tout regard interrogatif. Mais non, il préfère le terme sage-femme pour parler de son métier. « Cela évoque la connaissance de la femme », précise celui qui est donc unique au sein de la maternité du centre hospitalier. « Rapidement intégré à l’équipe de la maternité », signale la coordinatrice des sages-femmes, cet Amiénois d’origine a également vite trouvé ses marques auprès des parturientes, grâce entre autres à son capital sympathie, sa faculté d’aller vers les autres. « Pour moi, le plus important, c’est la manière d’aborder les choses.

. « J’ai eu un coup de foudre pour cette profession » C’est au terme de sa première année de médecine, « commune à tout le monde », que « Manu » s’est orienté vers des études maïeutiques. Le Journal du Centre - Luzy (58170) - Annet Van Goethem, sage-femme, vient d'ouvrir son cabinet à la Maison médicale de Luzy. Depuis le 1er octobre, avec l’arrivée d’Annet Van Goethem à la Maison médicale, plus besoin d’avaler plusieurs dizaines de kilomètres pour une consultation avec une sage-femme.

Le Journal du Centre - Luzy (58170) - Annet Van Goethem, sage-femme, vient d'ouvrir son cabinet à la Maison médicale de Luzy

Ce qui caractérise au premier abord Annet Van Goethem, la toute nouvelle sage-femme (*) de Luzy et des environs, c’est son sourire et son entrain. De quoi mettre à l’aise dès la première consultation. Des Pays-Bas dont elle est originaire, elle a gardé un accent typique, avec lequel aujourd’hui elle manie, avec facilité, la langue de Molière. Depuis toute petite, elle voulait vivre dans un pays étranger. Avant de réaliser son rêve, elle a d’abord effectué ses études à l’université d’Amsterdam puis obtenu un Master à Rotterdam. Prendre soin La France et les terres morvandelles pour se poser ? L’an dernier, après une rencontre avec la première magistrate de Luzy, Jocelyne Guérin, la carrière d’Annet Van Goethem a pris un nouveau tournant. « Il n’y avait plus de sage-femme ici.

Une sage-femme au bout du fil, 24 heures sur 24 - 26/03/2016. > Permanence.

Une sage-femme au bout du fil, 24 heures sur 24 - 26/03/2016

Pour toute question liée à la grossesse ou aux soins des nourrissons, on peut joindre une sage-femme du centre de périnatalité par téléphone, 24 h/24 : 02.47.23.31.08. > Effectif. Huit sages-femmes. Bar-le-Duc : la sage-femme est un homme. Quand il parle de lui Gauthier Girardin dit sans s’en rendre compte « la » sage-femme. « Dans l’esprit collectif, sage-femme, c’est forcément une femme alors sans réfléchir j’utilise le féminin ».

Bar-le-Duc : la sage-femme est un homme

Donc, Gauthier Girardin est sage-femme, c’est écrit sur la porte du cabinet qu’il partage avec sa consœur. « On devrait dire maïeuticien, mais je n’aime vraiment pas ce terme. Sage-femme, c’est la personne qui connaît la femme. C’est ma profession. » Né à Nancy il y a 29 ans, Gauthier Girardin est arrivé à Bar-le-Duc à l’âge de 2 ans quand son père est venu s’y installer comme médecin généraliste. Le bac en poche, recalé au concours d’infirmier, il sera reçu à celui de médecine ! Les sages-femmes mobilisées pour le don d'ovocytes - 07/03/2016. Les étudiantes sages-femmes de Poitiers organisent une action de prévention pour la Journée de la femme, mardi, place du Maréchal-Leclerc à Poitiers.

Les sages-femmes mobilisées pour le don d'ovocytes - 07/03/2016

Le but ? Informer et sensibiliser les femmes au possible don d'ovocytes. « Ce don existe depuis plus de 30 ans mais il n'y en a pas beaucoup, on voulait le mettre en lumière », explique Célia Bellicault, présidente de l'Association des étudiantes sages-femmes de Poitiers (AESFP). La très discrète grève des sages-femmes de l’hôpital de Pontoise. Christophe Lefevre | 21 Juil. 2015, 18h00 | MAJ : 21 Juil. 2015, 18h00 Pourtant, ces professionnelles sont en colère.

La très discrète grève des sages-femmes de l’hôpital de Pontoise

Selon elles, les structures de l’établissement n’ont pas suivi l’augmentation de l’activité connue depuis l’ouverture de la nouvelle maternité, le nombre de naissances passant de 4 135 en 2007 à 5 029 en 2014. « Les locaux sont devenus inadaptés et ne permettent plus d’accueillir les patientes et leurs nouveau-nés dans des conditions confortables et sécuritaires, expliquent-elles. Ainsi, le temps moyen d’attente aux urgences maternité a considérablement augmenté, générant une inquiétude pour les patientes, majorée par l’absence de personnel d’accueil la nuit et le week-end. » Elles estiment par ailleurs que « le nombre de sages-femmes dans chaque service n’a pas suffisamment progressé en regard de l’activité ». « La prise en charge des couples mère-enfant n’est plus optimale, soulignent-elles. > Venez débattre et poser vos questions sur nos forums !

Sages-femmes. Une conférence instructive - Quimperlé. Professionnels de santé. Une conférence demain - Quimperlé. Confidences d'une sage-femme - 07/05/2015. Pas de temps mort pour celles qui donnent la vie. Linda douifi l.douifi@sudouest.fr Pour beaucoup, les sages-femmes se contentent d'assister l'obstétricien lors de l'accouchement et de donner le bain aux bébés.

Pas de temps mort pour celles qui donnent la vie

Les mères et femmes enceintes savent bien, elles, que leurs responsabilités vont bien au-delà. La preuve : toutes ont dû faire cinq ans d'études, dont une année de médecine, pour pouvoir exercer. Une matinée passée au service gynécologie obstétrique de l'hôpital Robert-Boulin suffit à faire tomber ces préjugés, finalement plus proches de la méconnaissance. Le service, dont la cadre se nomme Karine Polzin, compte 32 sages-femmes. Un petit bout de chou si pressé d'arriver - 27/03/2015 - LaDepeche.fr. Il est là.

Un petit bout de chou si pressé d'arriver - 27/03/2015 - LaDepeche.fr

Il va bien. Sa maman est ravie, même si elle ne l'attendait pas si tôt. C'est au cabinet de sages-femmes libérales, à Figeac, lundi soir, que ce bébé a vu le jour en urgence. Trois écoles de santé fermées sur Nancy - L'Est Républicain. 28/02/2015 à 05:00 Vu 7013 fois Si Nancy perd son école de sages-femmes, le CHRU de la cité ducale sera le seul de France à ne plus avoir une école adossée.

Trois écoles de santé fermées sur Nancy - L'Est Républicain

Photo Mathieu CUGNOT Nancy. Le projet rencontre une très forte hostilité et provoque de nombreuses réactions épidermiques à Nancy. Á Mende, sage-femme se décline aussi au masculin. Bien qu'il soit un homme, Fabien Armand, sage-femme de profession avait le métier dans la peau.

Á Mende, sage-femme se décline aussi au masculin

"J'ai eu cette envie très jeune et j'ai tout fait pour y arriver", confie-t-il en souriant dans son bureau de la maternité mendoise. Clinique de Montbéliard : « La maternité agonise » - L'Est Républicain. En raison de la fermeture, l’établissement privé n’a enregistré que 355 accouchements en 2014. Photo Francis REINOSO. Maternité : la voix des sages-femmes - 28/01/2015 - LaDepeche.fr. Dans un rapport rendu public le 23 janvier 2015, la Cour des comptes dénonce le manque de personnel dans les maternités et à l’hôpital. Cette faille impacte la santé des femmes enceintes et des nourrissons. A cela s’ajoute la surmédicalisation des accouchements qui « contribue aux résultats médiocres de la France en matière d’indicateurs de périnatalité », souligne l’Ordre des sages-femmes. Face à l’augmentation du nombre d’accouchements en France, le personnel, n’étant pas en nombre suffisant, se trouve confronté à une suractivité.

Montluçon - MONTLUCON (03100) - Maternité de Montluçon : la Cour des comptes publie un rapport inquiétant. Hôpital de la Côte fleurie. Le centre périnatal se concrétise. En plus du classique suivi de grossesse, le Centre périnatal de proximité et de petite enfance devrait bientôt proposer de la rééducation périnéale, différentes préparations à la naissance (avec du shiatsu, de la relaxation…) ou encore de l’acuponcture, des rencontres d’allaitement, des groupes de parole pour les pères, l’aide au sevrage tabagique… « Ce que l’on souhaite c’est garder la proximité et le confort, explique Florence Cornillot, cadre de santé dans le service de périnatalité.

Les femmes savent qu’elles accoucheront ailleurs mais on les suit près de chez elles, en travaillant en lien avec la maternité qu’elles choisiront pour accoucher. » >>> La suite dans votre édition Ouest-France de mardi 27 janvier >>> Vous y trouverez également : Quid du reclassement du personnel de l’ancienne maternité ? Nice : Laurence, la sage-femme qui a sauvé la vie d'Ange, trois mois.

Sage-femme à domicile : le cri de l'Héraultaise Françoise Servent. Françoise Servent, 55 ans, est, avec son associée, la dernière sage-femme à domicile de l'Hérault. En 2013, elle fait l'objet d'une plainte déposée par l'Agence régionale de santé (ARS) Languedoc-Roussillon et risque une radiation de trois ans du conseil national de l'ordre des Sages-Femmes, dont six mois avec sursis. Il y a un mois, après avoir fait appel de la première décision de la chambre disciplinaire interrégionale, elle échappe au pire, en étant condamnée à six mois avec sursis par la chambre disciplinaire nationale, ce qui lui permet de continuer à exercer son métier.

Les ciseaux ensanglantés volent au-dessus de sa tête. Françoise Servent esquive de justesse. C'en est trop. Il vous reste 85% de cet article à lire Cet article est reservé aux abonnés. Orthez : chute des consultations au centre de périnatalité après la fermeture de la maternité. Les praticiens l’observent depuis la fermeture de la maternité d'Orthez. Une chute évidente des consultations de suivis de grossesses ainsi qu’en pédiatrie. « Quant au planning familial, ça redémarre doucement », déclare la sage-femme Chantal Machaux. « Les patientes n’ont retenu que le mot fermeture. » Ce constat a incité le gynécologue Antoine Guillot à défendre les vocations du CPP.

Il martèle le discours : « Qualité, compétences, réactivité, proximité, lutte contre la précarité, accueil personnalisé, sont l’essence de notre travail au centre de périnatalité ». Ce dernier a repris ses fonctions au sein de l’hôpital depuis novembre 2014, en pleine tourmente de la fermeture de la maternité. SAINT-JUNIEN (87200) - L'hypnose pour aider les futures mamans à la maternité de Saint-Junien.

Après-maternité : l'union des sages-femmes pour faire front - Royan Actu. 2015 s’annonce comme un « grand saut dans l’inconnu » pour les sages-femmes libérales du Pays royannais et du Bassin de Marennes-Oléron. Lambres-lez-Douai : la maternité de Saint-Amé a tissé tout un projet « cocooning » En gestation depuis plusieurs années, le projet « cocooning » de la maternité de la clinique Saint-Amé est aujourd’hui arrivé à terme… La dernière étape de sa naissance a été la mise en place, en 2014, d’une visite mensuelle de la maternité.

Une sage-femme et une auxiliaire de puériculture emmènent les visiteurs à la découverte du bloc, des salles de préparation, d’une chambre… « Nous avons beaucoup de monde, se félicitent Sylvie Bourdelle, responsable de la maternité, et Delphine Mathieux, responsable des services non médicaux. Ces visites sont ouvertes à tout le monde. Le match entre les trois maternités - 06/01/2015 - LaDepeche.fr. Ste-Olive – Une Sage-Femme et une Mère très créative. Combien d’entre nous s’imaginent qu’en achetant ou en offrant des accessoires de bébé en toute confiance, nous sommes parfois responsables bien involontaires de suites pouvant être graves pour ces enfants (allergies aux colorants utilisés, maladies graves, cancers…). C’est alléchant (côté prix), mais dans la fabrication de ces accessoires il est possible de retrouver des substances pouvant être dangereuses pour les bébés.

Grève à la maternité du centre hospitalier : tout n'est pas réglé - 24/12/2014 - LaDepeche.fr. Bayonne : manifestation après la fermeture de la maternité d'Orthez. Voir le droit de choisir son accouchement, tel était le motif de rassemblement d'une cinquantaine de personnes, samedi, à Bayonne, en réponse à l'appel du collectif de parents Liber'naître. Des mères avec leurs enfants, des pères aussi, ainsi que des sage-femmes, dont trois qui travaillaient à la maternité d'Orthez avant sa fermeture, en octobre dernier. Santé à Vire. Les sages-femmes de la maternité ont dû rebondir ailleurs. Une sage-femme aurait escroqué 276 000€ à la Sécu. St-Bonnet-de-Joux : sage-femme, une vocation. Grosses tensions à la maternité du Chiva - 19/11/2014.

Sage-femme, l’entre-deux. Les «neurones en folie» reviennent - 10/11/2014. Tulle - TULLE (19000) - Coup de projecteur sur la maternité de Tulle et les méthodes alternatives proposées aux mamans. Le choix du libéral - paris-normandie.fr. Cricquebœuf. Le personnel de la maternité reste mobilisé. À Wattrelos, une seule sage-femme à vos côtés - Wattrelos. La naissance, ça se prépare. Wattrelos : Carole Choquel, une sage femme pour aider à accueillir bébé - Wattrelos. Les accouchements s'arrêtent à la maternité d'Orthez. Après un an de grève, les sages-femmes fatiguées et écoeurées - Flash actualité - Santé - 21/10/2014.

Fières d’être sages-femmes, elles défendent leur statut. Ces sages-femmes de l’ombre. L'hôpital d'Arles mise sur le retour à domicile accompagné. Fières d’être sages-femmes, elles défendent leur statut. Agen : les sages-femmes luttent pour la reconnaissance. Des femmes trop sages ? L’allaitement,« un atout pour la vie » Pyrénées-Atlantiques : quel temps pour rejoindre la maternité la plus proche ? Orthez : jour décisif pour la maternité. Les patientes ont la parole - 13/09/2014. Orthez : quel avenir pour le personnel de la maternité ? Orthez : un nouveau revers pour la cause de la maternité. Clinique du Tertre Rouge au Mans. Un nouveau suivi de grossesse. Le Mans. Un cabinet de sage-femme pour le suivi de grossesse au Tertre rouge. Info. Ils ont choisi Cordes-sur-Ciel pour la naissance de leur fille - 18/07/2014. Lannion. Sylvain, une sage-femme comme les autres - Portraits.

Santé. La maternité d’Épernay arrive à son terme - Epernay. « Un épisode douloureux pour un hôpital » La colère des sages-femmes de Jossigny - 28/06/2014. Maternité d'Orthez : un délai de 6 mois gagné pour trouver des médecins. Maternité d'Orthez : entre doutes et espoirs. Les parents mobilisés pour la maternité d'Orthez. Rencontre avec Céline Darmayan. Maternité d'Orthez : rendez-vous ce mardi au cabinet de la ministre. Maternité d'Orthez : un délai de 6 mois gagné pour trouver des médecins. De l’espoir pour la maternité d’Orthez. Maternité. Les sages-femmes du CHU tirent la sonnette d'alarme. Le service « suites de couches » en grève à l'hôpital Delafontaine. Une sage-femme jugée par ses pairs. Merville : des pilotes, une sage-femme et autres talents primés - Merville. Les sages-femmes en grève. Les personnels de santé de la région sont sous tension. Les sages-femmes obstinées - paris-normandie.fr.

Maternité. Les sages-femmes du CHU tirent la sonnette d'alarme. Les sages-femmes dans la rue aujourd’hui. Social, Martigues : Sages-femmes: une délégation martegale à Paris. Pays Drouais - DREUX (28100) - La maternité se met en grève. Figeac. Les sages-femmes parlent de leur métier - 28/05/2013. Les sages-femmes et leurs effectifs… Vire. Maternité : les sages-femmes soudées - Vire - Santé. Sages-femmes : un nouveau « jeudi noir »