background preloader

Le Travail

Facebook Twitter

LE TRAVAIL LIBERE-T-IL ? Le travail pénètre et détermine toute notre existence.

LE TRAVAIL LIBERE-T-IL ?

Le temps coule impitoyablement à son rythme alors que nous faisons la navette entre d’identiques environnements déprimants à une allure toujours croissante. Le temps de travail… Le temps productif… Le temps libre… La moindre de nos activités tombe dans son contexte : on considère l’acquisition de la connaissance comme un investissement pour une carrière future, la joie est transformée en divertissement et se vautre dans une orgie de consommation, notre créativité est écrasée dans les limites étroites de la productivité, nos relations -même nos rencontres érotiques- parlent la langue de la performance et de la rentabilité… Notre perversion a atteint un tel point que nous recherchons n’importe quelle forme de travail, même volontairement, pour remplir notre vide existentiel, pour « faire quelque chose ». Nous existons pour travailler, nous travaillons pour exister. Url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=79&ved=0ahUKEwifr7WVo9fLAhXFNpoKHYcoCcY4RhAWCEYwCA&url=

Activista///: TRAVAIL// >>> Le Travail, introduction.

activista///: TRAVAIL//

Ce dossier vous propose différents liens vers: [[ avertissement aux internautes !] Ce premier texte est d’un style parfois pompeux, voir pompant,à ce stade j’avoue ne pas avoir encore décidé du style littéraire général du travail en cours. Primo le but n’est pas de prêcher à des convaincus, secundo pour que l’analyse et la dénonciation soient efficaces elles se doivent d’êtres précises et la tchatche chébran-blog permet difficilement une telle approche, tertio qui vivra verra/ Les textes sont en cours de rédaction/correction/évolution// >>> Le Travail. Action paradoxale, impertinente car pertinente : comment nier la justesse de ces détournements d’avertissements légaux ! Comment, pourquoi oser s’en prendre au travail alors qu’ici comme ailleurs, la « crise », le chômage -généralement sans indemnité- frappe les citoyens, les ménages ?

Est-il vraiment possible de faire la différence entre travail et divertissement? Est-il vraiment possible de faire la différence entre travail et divertissement?

Est-il vraiment possible de faire la différence entre travail et divertissement?

Analyse des termes du sujet Ce sujet invite à travailler deux concepts apparemment opposés pour chercher à dépasser cette opposition. Il faut donc aller au-delà des préjugés, pour chercher ce que travail et divertissement auraient en commun. Selon l'opinion commune, le travail serait une nécessité contraignante alors que le divertissement serait synonyme de liberté; le travail serait aliénant alors le divertissement serait un facteur de réalisation de ses aspirations; le travail serait pénible alors que le divertissement serait un agréement... Mais est-ce si simple ? Schéma d'analyse Développement: pistes de réflexion. Méprisé jusqu'au XVIIIe siècle, le travail a été réhabilité en 3 étapes. Méprisé jusqu'au XVIIIe siècle, le travail a été réhabilité en 3 étapes. Marx et le travail : acte créateur et instrument d’aliénation.

Prologue J’étais invité à Lille, il y a environ un an à une manifestation intitulée « Citéphilo » pour y faire une conférence sur le thème « le travail et ses valeurs », titre de mon ouvrage alors récemment paru chez Albin Michel.

Marx et le travail : acte créateur et instrument d’aliénation

Dans un vaste auditorium bien rempli, j’étais attendu par un « comité anti-travail ». Les membres de ce comité se livrèrent à une distribution de tracts à l’entrée, puis, après mon exposé sagement écouté et sa reprise par mon ami Yves Schwartz, prirent la parole de façon manifestement organisée pour une dénonciation de l’idéologie du travail, qui se référait d’ailleurs plus à ce qu’ils avaient imaginé de ma pensée au vu du titre de la conférence qu’à ce que j’avais réellement dit. 1. Url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=40&ved=0ahUKEwjV5fTEoNfLAhWH7Q4KHS8mAv84HhAWCE8wCQ&url=

Et si on réinventait le travail ? - Idées. Les emplois précaires, une malédiction ?

Et si on réinventait le travail ? - Idées

Le CDI, la panacée ? Des modèles alternatifs refusent le dilemme. Ils privilégient l'indépendance du salarié et redonnent du sens au travail. Profitez sans compter des dimanches paresseux : bientôt, ils auront le goût amer des souvenirs. Le sens du travail - Serge Carfantan. Leçon 42.

Le sens du travail - Serge Carfantan

Le sens du travail Il est assez habituel de voir le travail justifié par des raisons terre à terre du genre: « on travaille par nécessité, parce qu’il faut bien survivre, se nourrir, se vêtir, pourvoir aux besoins de sa famille etc. » Il est sous-entendu alors que c’est une nécessité tout extérieure qui nous presse à travailler, une nécessité économique comparable à la lutte pour la vie, la nécessité qui. Citations au Travail - rienfoutre.org. « Il n'est pas d'individu plus fatalement malavisé que celui qui consume la plus grande partie de sa vie à la gagner. » Henry D.

Citations au Travail - rienfoutre.org

THOREAU : La vie sans principes. « Le propre du travail, c’est d’être forcé » ALAIN « Rien ne sert d’être vivant, s’il faut que l’on travaille. » André BRETON. Travail. Activité de l'homme appliquée à la production, à la création, à l'entretien de quelque chose Histoire de la valeur travail L'émergence de la valeur travail Travail et servilité Le travail, compris comme action utile à la satisfaction des besoins, a souvent été déprécié dans la Grèce antique, au nom de la liberté.

travail

En effet, l’action qui sert à autre chose qu’à elle-même est tenue pour servile, par opposition à l’activité libre qui a en elle-même sa raison d’être. Film version Française. "Il faut pouvoir refuser le travail dégradant, pénible, ennuyeux ou inutile" - Etienne Chouard. Excellent !! Excellentissime !! '' Le travail, le but de nos vies ? '' par Paul Aries !! L'avenir du travail par Albert Jacquart. Le travail est-il pour l'homme un obstacle à la liberté ? - Terminale Philosophie. Introduction.

Le travail est-il pour l'homme un obstacle à la liberté ? - Terminale Philosophie

L’idéologie du travail et la crise du capitalisme. Première partie : de l’âge d’or aux premières cités – Les moutons enragés. « Il faut, avant toute recherche ou réflexion sur le travail dans notre société, prendre conscience de ce que tout y est dominé par l’idéologie du travail. » Jacques Ellul, l’Idéologie du travail, Foi et Vie n°4 Juillet 1980 L’âge d’or Le travail est aujourd’hui à la fois la condition du salariat, qui ouvre le droit à la rémunération, et une valeur sociétale fondamentale qui sert de base à la construction de l’identité et des rapports sociaux.

L’idéologie du travail et la crise du capitalisme. Première partie : de l’âge d’or aux premières cités – Les moutons enragés

Pourtant, en remontant le fil de la pensée de Jacques Ellul, notamment grâce à son article L’idéologie du travail cité en exergue, on se rend compte qu’il n’en fut pas toujours ainsi. Loin d’être une donnée naturelle anthropologique, la « valeur » travail s’est construite au fil du temps, et plus particulièrement sous l’impulsion des développements successifs du système de production capitaliste. Dans l’ancien testament, le travail n’apparaît en tant que tel qu’après la rupture entre l’homme et Dieu. L’idéologie du travail (par Jacques Ellul) Il faut, avant toute recherche ou réflexion sur le travail dans notre société prendre conscience de ce que tout y est dominé par l’idéologie du travail. Dans la presque totalité des sociétés traditionnelles, le travail n’est considéré ni comme un bien ni comme l’activité principale. La valeur éminente du travail apparait dans le monde occidental, au XVIIème, en Angleterre, en Hollande puis en France et elle se développe dans ces trois pays au fur et à mesure de la croissance économique.

Comment s’explique, d’abord la mutation mentale et morale qui consiste à passer du travail peine ou châtiment ou nécessité inévitable au travail valeur et bien ? Il faut constater que cette réinterprétation qui aboutit à l’idéologie du travail se produit lors de la rencontre de quatre faits qui modifient la société occidentale. Tout d’abord le travail devient de plus en plus pénible, avec le développement industriel, et apparemment plus inhumain. Et voici de beaux textes de Marx lui-même : "Ton travail est vanité", extrait de Jacques Ellul. « Tu ne dois pas entreprendre une œuvre au-delà de ta force.

Tu ne dois pas compter sur Dieu par exemple pour te permettre de faire une prouesse, héroïque, sportive, ou vaincre un record stakhanoviste ! Ou bien une œuvre d'art au-dessus de tes moyens ! Non – ta force, pas plus. Association Internationale Jacques Ellul - Radioscopie (1980) Selon le principe de l'émission, Ellul s'adonne à une discussion à bâtons rompus avec l'animateur. Quand il lui est demandé lesquels de ses livres il conseillerait surtout à un néophyte, il recommande "Sans feu ni lieu" et "L'espérance oubliée" et s'en explique. Et quand Chancel annonce la sortie prochaine de "La parole humiliée" (qu'il appelle par son titre d'origine, "L'image et la parole"), Ellul résume l'analyse qu'il y développe sur le couple "réalité-vérité".

Il indique également comment son oeuvre, tout en exprimant une vision du monde, se démarque radicalement de la philosophie; discipline pour laquelle il dit n'éprouver aucun intérêt, sauf pour Nietzsche et Kirkegaard dans la mesure où ils engagent leurs vécus. Des petites phrases lourdes de sens, dont Ellul a le secret, ponctuent toute l'émission. Dans l'extrait que nous vous proposons ici, Ellul fait part de son regret d'être beaucoup moins écouté dans son pays qu'aux USA.

Jacques Ellul, Pour qui, pourquoi travaillons-nous ? Editions de La Table Ronde, 2013, lu par Patricia Doukhan - oeil de minerve ISSN 2267-9243. L'analyse du travail, dans sa relation à la liberté, à la technique et à l'économie n'est pas que spéculative. Elle débouche sur la possibilité d'un autre paradigme politique et J. Ellul formule des propositions concrètes en ce sens. Une forme de vie a vécu, la place centrale qu'occupe le travail doit être interrogée afin de nous donner les moyens de comprendre les mutations actuelles et d'opérer un changement de perspective.

Ce n'est rien moins que le monde dans lequel nous voulons vivre qui est en question ici. Article 1 : "Le travail, c'est la liberté" (paru dans Exégèse des lieux communs. 1966). Voilà un lieu commun très en vogue aujourd’hui.