background preloader

Anaisadrien

Facebook Twitter

Système économique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Système économique

Liste des pays par émissions de dioxyde de carbone. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste des pays par émissions de dioxyde de carbone

La nature en danger: Cartes et graphiques. Liste des pays par PIB nominal par habitant. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste des pays par PIB nominal par habitant

Liste des pays par PIB (PPA) par habitant. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste des pays par PIB (PPA) par habitant

Ces listes sont celles des pays du monde classés selon la valeur de leur produit intérieur brut annuel par habitant en parité de pouvoir d'achat (PPA) établies par les administrations suivantes : le Fonds monétaire international (FMI), la CIA, et la Banque mondiale. Les écarts concernant le même pays peuvent être considérables selon l'organisme à l'origine de ces données.

Ces variations s'expliquent par : le fait que le PIB n'est pas toujours connu, il est souvent estimé ;le moment où ce PIB a été estimé (une projection antérieure à une crise économique change les chiffres) ;l'estimation de la population locale, et qui est intégré dans cette population locale ;les éléments choisis pour évaluer la parité de pouvoir d'achat recèlent une part de subjectivité.

Ces données sont donc à prendre avec précaution[1]. Carte monde du PIB par habitant, en PPA (2014) Source : Fonds monétaire international (octobre 2015). Le classement du bonheur dans le monde. Classement des pays les plus heureux du monde 2015. 262. De quoi avons-nous besoin ? Bonheur, consommation, capitalisme. « De quoi avons-nous vraiment besoin ?

De quoi avons-nous besoin ? Bonheur, consommation, capitalisme

» : cette question connaît une bien étrange actualité théorique et politique. D’un côté, elle a reconquis une forme de légitimité dans le débat politique et intellectuel, notamment à travers la montée en puissance du thème de la décroissance. Ainsi, il semble relativement évident pour beaucoup que la contrainte écologique impose désormais de réfléchir à des stratégies de limitation/réorientation de la croissance industrielle et de consommation des biens manufacturés. La prise de conscience écologique mondiale a « réactivé » – et diffusé – les préoccupations alarmantes du premier rapport de Rome en 1972 (« Halte à la croissance !

»). Urgence, donc, à penser les besoins. Si dans les années 1950-1960, l’État planificateur pouvait programmer la croissance du taux d’équipement électroménager ou automobile des Français, la démarche inverse semble aujourd’hui difficilement imaginable. Consommer rend-il heureux ? Dans le prolongement de l'émission Service Public (France Inter) de ce matin (podcaster), quelques éléments pour aller plus loin.

Consommer rend-il heureux ?

"Cette question semble avant tout relever du domaine individuel, ne serait-ce que parce que chacun à sa manière à soi de définir le bonheur. Nous devrions être capables d’évaluer le plaisir ou l’utilité que nous retirons de notre consommation. Si nous nous comportons comme l’homo oeconimicus rationnel des économistes, nous devons cesser de consommer toujours plus à mesure que l’utilité que nous en tirons ne suffit plus à compenser la peine que nous nous donnons à gagner l’argent nécessaire pour acheter. Et pourtant… La question du lien entre la consommation et le « bonheur », depuis une quinzaine d’années, est l’objet de travaux scientifiques, de la part de psychologues mais aussi d’économistes, qui parviennent à des résultats étonnants… Le constat Ces constats empiriques sont, bien sûr, sujets à discussion.

Les explications L’effet d’adaptation. Qualité de vie et bien-être vont souvent de pair. Outre le bien-être ressenti, les indicateurs de qualité de vie retenus par le rapport Stiglitz sont les suivants : conditions de vie matérielles, santé, éducation, risques psychosociaux au travail, gouvernance et droits des individus, loisirs et contacts sociaux, environnement et cadre de vie, sécurité économique et physique.

Qualité de vie et bien-être vont souvent de pair

Consommation et Bonheur

Consommation et développement durable> Union des annonceurs. Avec les "citoyens du monde" et les "militants", on peut estimer que 35,6 % des Français ont réellement intégré la complexité des enjeux du développement durable et agissent en conséquence.

Consommation et développement durable> Union des annonceurs

Les "pragmatiques" et les "voisins" (26,3 % des Français) sont dans l'expectative et attendent le "mode d'emploi" pour agir. Les autres groupes, en revanche, semblent essentiellement concernés par ce qui les touche personnellement : santé, risques, sécurité pour euxmêmes et leurs proches. Pour eux, c'est avant tout aux intervenants économiques et pouvoirs publics d'agir. Toutefois, on observe une progression très nette de la prise de conscience dans l'ensemble de la population. 54 % des Français déclaraient avoir entendu parler de l'expression "développement durable" en 2004 ; ils étaient 67 % en 2005 et 77 % en 2006.

Qu'est-ce que la consommation durable ? - Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer. 6 avril 2012 (mis à jour le 13 mars 2014) La consommation durable comprend trois dimensions : mieux acheter, mieux utiliser et mieux jeter Mieux acheter Mieux acheter, d’une part, en sélectionnant les produits qui ont le moins d’impact sur l’environnement (consommation éco-responsable) tout au long de leur cycle de vie (production, distribution, utilisation, fin de vie).

Qu'est-ce que la consommation durable ? - Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer

Concrètement, les produits qui ont moins d’impact sur l’environnement ont notamment : Et, d’autre part, en faisant le choix de produits qui respectent les droits sociaux de ceux qui ont participé à sa production. Mieux utiliser Mieux utiliser, c’est mieux utiliser les produits pour limiter leurs impacts sur l’environnement. Mieux jeter Mieux jeter, c’est favoriser la valorisation finale d’un produit. Consommation et développement durable. 3.1.

Consommation et développement durable

L’intégration spontanée des valeurs du développement durable Dans cette seconde partie, nous allons essayer de comprendre comment l’idée du développement durable fait son chemin chez les individus. Les résultats de l’analyse qualitative mettent en relief la difficulté pour les citoyens d’appréhender le concept de développement durable. Si une grande majorité des répondants parvient à donner un sens général au concept, ce dernier fait surtout appel à des notions abstraites de développement et de durabilité que la majorité des répondants ne maîtrise pas.

En effet, peu d’individus interrogés ont une idée précise de ce que signifie l’expression développement durable [3][3] On entend par une définition précise la possibilité... : ainsi, les trois facettes du concept sont rarement citées (8 cas). L’analyse des résultats démontre aussi que le terme « développement » enregistre un défaut de clarté conceptuelle. 3.2. Bonheur au travail.