background preloader

Amandine25

Facebook Twitter

GUZZONI

ATB_tech._generale03_04.pdf. Recettes Cosmétiques Maison. Alcool, tabac, cannabis: la consommation s'intensifie au lycée. Stage recuperation de points BOURG-EN-BRESSE. Guerre à la drogue illicite : Il ne s'agit pas de gagner la guerre mais de la prolonger indéfiniment. | Bloc Pot | Légalisation du cannabis. Zappiste: C'est surprenant de constater à quel point la vision de George Orwell dans son roman 1984, Big Brother, s'applique à la guerre à la drogue illicite. Ces citations sont de George Orwell, et son tirées de son roman 1984 Il ne s'agit pas de savoir si la guerre est réelle ou non. La victoire n'est pas possible. Il ne s'agit pas de gagner la guerre mais de la prolonger indéfiniment. Une société hiérarchisée repose sur la pauvreté et l'ignorance. Leur version devient vérité historique.

Le but de la guerre est de maintenir la société au bord de la famine. La guerre est menée par l'élite contre ses propres sujets. Il y a partout la même structure pyramidale, le même culte d'un chef semi-divin, le même système économique existant par et pour une guerre continuelle. La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force. Le mot « guerre », lui-même, est devenu erroné. L'influence des amis sur la consommation de substances - Info Intervenants - Infos Tox - Infos drogue, prévention, dépendance en toxicomanie. < Retour aux nouvelles Les pairs sont reconnus comme une importante source de socialisation à l'adolescence. Les connaissances scientifiques leur attribuent un rôle prépondérant dans les comportements déviants et de prise de risque incluant la consommation de substances psychoactives. L'influence des pairs s'exercerait de plusieurs façons : pressions directes et indirectes, modelage, renforcements, culture et normes.

Néanmoins, certains adolescents semblent plus vulnérables à cette influence. Il est probable que l'influence des amis dépende entre autre des caractéristiques de ces amis et de celles des adolescents. Les études récentes sur l'influence des amis se sont centrées sur des caractéristiques telles que l'orientation vers les pairs ou le conformisme, mais très peu d'études se sont attardées à l'importance de la popularité relative des jeunes par rapport à celle de leurs amis. Jean-Sébastien Fallu, Frédéric N. Ce texte résume une étude publiée. La censure Chinoise sur les réseaux sociaux. Censure, censure, toujours censure. L’une des premières choses dont on se rend compte une fois arrivé sur le sol chinois est le nombre démentiel de sites Internet auxquels on ne peut plus avoir accès, à moins d’utiliser un VPN. En effet, le gouvernement Chinois utilise un puissant pare-feu dans l’espoir de bloquer Internet et de bannir tous les mots qui découlent de pratiques peu conventionnelles ou qui ne conviennent pas à leur politique.

Ce projet a été entrepris il y plus de 10 ans, en 2003, et a été nommé le « Projet du Bouclier Doré ». Cette décision a soulevé grand nombre de protestations à l’intérieur mais surtout à l’extérieur de leur frontière puisqu’elle transgressait la majorité des droits civiques du citoyen. Pourtant, aucuns pays à l’heure d’aujourd’hui n’a mis de pression à la Chine pour lever ces interdictions. Sa puissance économique y est probablement pour quelque chose… 1. 2. La Chine est un pays très vaste et très diversifié. 3. 4. 5. 6. 7. Chez les ados, plus de textos et de réseaux sociaux, c’est plus de sexe et de drogue | Le Blog de Presse et Multimedia. Il existerait une corrélation entre les adolescents qui envoient au moins 120 textos par jour, le sexe, l’alcool et la drogue.

Ceux qui expédient quotidiennement moins de minimessages seraient moins enclins à avoir consommé de la drogue, à boire ou à avoir eu des relations sexuelles, d’après une étude un brin provocatrice de l’université de médecine Case Western Reserve présentée au 138e congrès de la Société américaine de santé publique. Attention, les auteurs de cette étude ne disent pas qu’envoyer trop de SMS conduit au sexe, à l’alcool et à la drogue, mais ils ont été surpris de constater un lien entre des comportements à risque et l’envoi de très nombreux textos. Ils en sont arrivés à cette conclusion en étudiant un échantillon représentatif de plus de 4 200 élèves du secondaire habitant Cleveland aux États-Unis.

[Source] Facebook influence la consommation d’alcool et de tabac des jeunes. Recevez nos newsletters : Les jeunes auraient tendance à reproduire ce qu’ils voient sur les réseaux sociaux Et quand leurs amis inondent leur mur Facebook d’images de cigarettes et d’alcool, ils seront plus à même de s’y adonner, d’après une étude. Soigner ses relations sur Facebook... et sa santé avec. Une récente étude publiée dans l’américain Journal of Adolescent Health démontre que certaines fréquentations sur les réseaux sociaux peuvent encourager les adolescents à adopter des comportements nocifs pour la santé. Ainsi, quand les jeunes voient sur Facebook des photographies de leurs amis en train de fumer ou boire de l’alcool, ils auront plus tendance par la suite à reproduire ces mêmes comportements.

«Notre étude montre que les adolescents peuvent être influencés par les photos publiées par leurs “amis” sur les réseaux sociaux», explique Thomas Valente de l’école de médecine de Keck de l’université de Caroline du Sud et auteur des travaux menés.

Photo doc

HowTo_Article24_25. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Joseph A. Califano, Jr. on our High Society. Not too long ago seatbelts were for sissies, AIDS was considered a death sentence for gays, and smokers lit up and turned to their neighbor and said, "Would you like a cigarette? " Today our attitudes on these issues are profoundly different. We all buckle up. AIDS is seen as a serious illness rather than a social curse. Smokers uncomfortably ask, "Mind if I smoke? ," and most of us answer with a resounding "Yes! " Why? Because we have fundamentally changed our attitudes and as a result taken actions that greatly improved the quality of life for millions of people.

Drug and alcohol abuse play a pervasive and pernicious role in our society. My years of public service coupled with the past 15 years heading CASA and my total immersion in this field, convince me that few Americans appreciate its complicity in just about every social problem our nation faces - and even fewer see it as a serious disease that we can do something about. Joseph A. Joe Califano and the Center on Addiction and Substance Abuse (CASA) By David J. Hanson, Ph.D. Joseph A. Califano, Jr. has described his creation of the Center on Addiction and Substance Abuse (CASA), now called the National Center on Addiction and Substance Abuse at Columbia University, in his autobiography. 1 Mr. Califano says that because Columbia University refused to provide any funding for his new organization, it would stand alone and not be part of or affiliated with any school at the University.

The proactive nature of CASA is understandable. On the other hand, readers might not associate the deception Califano describes in fund raising for CASA to be consistent with doing the Lord’s work. CASA’s “Science” The Center for Consumer Freedom emphasizes that CASA has virtually always refused to submit its reports to peer review, which is not the way real science operates. Peer review is fundamental to science. Without peer review, a political report full of erroneous and misleading statistics can be passed off to the public as a scientific report. Les jeunes adeptes des réseaux sociaux plus enclins à essayer les drogues ? Les résultats d'une récente étude américaine suggèrent que les utilisateurs réguliers de réseaux sociaux tels que Facebook seraient plus sensibles que les autres à tester les drogues, à fumer et à boire de l'alcool.

C'est une étude étonnante mais tout à fait sérieuse qu'ont menée des chercheurs de l'université de Columbia. Pour la première fois, ceux-ci ont exploré le lien entre la fréquentation des réseaux sociaux chez les adolescents et l'abus de substances, cigarettes, alcool ou drogues chez cette même tranche d'âge de 12-17 ans. Ils sont alors parvenus à des résultats plutôt inattendus révélés par le magazine Business Insider et suggérant que les utilisateurs réguliers, entre autres de Facebook, présentaient un basculement plus fréquent et plus précoce dans les drogues que les autres adolescents.

Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Pour arriver à une telle conclusion, les chercheurs ont sondé près de 2.050 jeunes et 530 parents. Drogue, alcool et réseaux sociaux… ADOS : Amour , Drogue , Orgasme , Sexe. Les ados sous l’influence des réseaux sociaux ? Connectés, les ados le sont, de plus en jeunes et de plus en plus souvent. Dans leurs échanges, parfois : l’apologie de comportements nocifs voire à risque, comme le tabac ou la consommation d’alcool. Ces partages de mauvais procédés pourraient en influencer négativement certains. C’est le résultat d’une étude qui met à jour le miroir malsain que peuvent être parfois les réseaux sociaux. Une campagne officielle avait eu lieu concernant un hypothétique permis de naviguer sur les réseaux sociaux.

On est en droit de se demander s’il ne faudrait pas réellement instaurer un permis à point. «Les comportements d’amis sur internet sont une source probable d’influence sur ses pairs» Et quoi de plus photogénique et drôle pour un ado que la première cuite ou le premier joint qui se retrouvent très souvent partagés en photos ou textes via ces réseaux sociaux ?! «Les adolescents peuvent être influencés par les photos publiées par leurs amis» Les réseaux sociaux influencent-ils la prise de substances illicites. Soumis par INTERNET SANS C... le lun, 05/09/2011 - 13:38 Selon une étude américaine réalisée par les chercheurs de l’université de Columbia, une corrélation forte existe entre les adolescents ayant une utilisation fréquente des réseaux sociaux et la consommation de cigarettes, d’alcool et de substances illicites.

L’enquête a été réalisée auprès de 2.050 jeunes de 12 à 17 ans et de 530 parentspar internet ou par téléphone. Consommation Parmi ce groupe, 70% des adolescents interrogés utilisentnt de manière régulière les réseaux sociaux tels que Facebook ou Myspace. Sur ces 70% d’utilisateurs assidus, les résultats révèlent que, comparé au 30% restant, le groupe fumerait 5 fois plus de cigarettes, boiraient 3 fois plus d’alcool et consommerait deux fois plus de marijuana que ceux qui n’utilisent pas ou peu ces réseaux sociaux. Simple corrélation ou relation de cause à effet ? Les chercheurs mettent en cause l’exposition aux images Et les parents ? Instagram en lutte contre le trafic de drogue. À la suite d'une enquête menée par la BBC sur la vente de substances illicites sur Instagram, le réseau social de photos a annoncé un durcissement de ses règles de modération.

Près de 55 millions de photos et de vidéos sont postées chaque jour sur Instagram. On peut y trouver de tout: des bébés, des animaux mignons, de la nourriture ou même de la drogue. Des clichés de substances illicites dont le réseau social se passerait bien. Face à ce problème, Instagram a déclaré jeudi que les termes en rapport avec la drogue allaient être progressivement interdits sur son site. Interdiction de certains «hashtags» Cette décision intervient après une enquête menée par la BBC et publiée jeudi sur son site Internet. «Instagram a des règles très claires sur ce qui est autorisé ou non sur le site», a commenté le réseau social au micro de la BBC.

Une modération a minima Ce n'est pas la première fois qu'Instagram est remis en cause dans sa manière de modérer ses contenus. L'addiction aux réseaux sociaux ; Facebook - Les troubles comportementaux chez l'adolescent sont-ils dus aux médias ? Facebook est un réseau social sur Internet qui permet à toute personne possédant un compte de publier des informations, des photos , des vidéos dont elle peut contrôler la visibilité par les autres personnes aillant un compte ou non. Le nom du site viens de l’albums photo (« trombinoscopes » ou « facebooks » en anglais) regroupant les photos prises de tous les élèves au cours de l'année scolaire et distribuées à la fin de celle-ci aux étudiants.

Facebook est crée a l'université Harvard aux Etats-Unis c'était à l'origine le réseau social personnel des étudiants de l‘université , avant de devenir accessible aux autres universités américaines… , mais le site est ouvert à tous depuis septembre 2006.En juillet 2010, Mark Zuckerberg, créateur de Facebook, annonce sur son blog que Facebook regroupe plus de 500 millions de membres actifs. Selon les informations officielles, ils étaient 17,2 millions en France en avril 2010 et 2 752 100 au Québec en 2008. Face-Book ? La communauté Face-Book . L'addiction aux réseaux sociaux et à l'internet fait des ravages en Argentine. L'addiction à l'internet et en particulier aux réseaux sociaux fait des ravages en Argentine, pays le plus connecté d'Amérique latine où le nombre de consultations dans des centres spécialisés a doublé en 2011.

"L'augmentation exponentielle des consultations est vraiment alarmante", a dit à l'AFP Inés Valdez, psychologue à la Fondation Manantiales, spécialisée dans le traitement d'addictions. "Les consultations pour addiction à internet ont doublé en 2011", souligne-t-elle. La dépendance aux drogues illégales demeure en tête des consultations, suivie de l'addiction aux drogues légales (médicaments), l'alcoolisme, le jeu, mais l'addiction à l'internet augmente bien plus vite. Ce nouveau type de dépendance représente désormais entre 20 et 30% des consultations par téléphone du Réseau d'assistence Buenos Aires.

La frontière entre un usage normal, même important, et un usage devenu pathologique n'est pas toujours évidente à cerner. Les ados français sont les plus drogués d’Europe. M22 BTS : Internet : nouvelles cultures, nouvelles économies 2014-2016. Actualité santé : Ados, drogues et dépression. L'influence sociale - Stop-Cannabis.ch - Une aide pour l'arrêt de la consomation du cannabis.

L’influence par les pairs, un concept complexe. L’influence par les autres a été identifié comme une cause pouvant initier chez les individus la prise de drogue. L’argument suggère que, parmi les jeunes, ceux qui ont une piètre estime d’eux-mêmes et un besoin de sentir la reconnaissance de leur entourage sont particulièrement susceptibles d’être influencés ou sous la pression de leurs amis et de leurs proches à s’engager dans la consommation de drogue.

Un tel encouragement apparaît encore être un facteur rassurant pour l’individu : il est important pour lui, avant de commencer à prendre de la drogue, d’être convaincu qu’un tel passage à l’acte présente un intérêt (il est suivi d’effets positifs), est sûr et revêt en quelque sorte une forme de prestige [1]. Adopter le comportement du groupe comme une référence Lorsqu’un jeune a l’habitude de fréquenter un groupe (amis ou camarades de classe), son comportement est fortement calqué sur celui de la majorité. L’influence familiale Références. Centre de Documentation des SARDIERES | CDI.