Journalistes paillassons

Facebook Twitter

«Journaliste, c'est la profession la plus détestée des français, c'est significatif...» Crédits: Ant McNeill - CC Le premier tour de l'élection présidentielle n'a pas encore eu lieu qu'une grande perdante a déjà été quasi-unanimement désignée par les mariannautes : la classe médiatique française. « Cette élection est un gigantesque fiasco journalistique. » (Pierre) « Dans toute cette campagne, les pires comportements auront été ceux des journalistes. » (Mike BUDDY) Du même auteur En début de semaine, les dix candidats à l'investiture suprême ont été les invités de l'émission « Des Paroles et des Actes » où ils ont pu présenter les grandes lignes de leur projet durant une vingtaine de minutes chacun.

«Journaliste, c'est la profession la plus détestée des français, c'est significatif...»

Si le concept de l'émission est accueilli diversement selon les internautes, tous ou presque se retrouvent en revanche pour dénoncer la mascarade médiatique larvée derrière la proposition télévisuelle. L’appartement de Sarkozy, le temps d’un rêve avec Mediapart | Rue89 Présidentielle. Il y a du mieux, mais peu.

L’appartement de Sarkozy, le temps d’un rêve avec Mediapart | Rue89 Présidentielle

On regarde d’un œil la conférence de presse de Sarkozy, retransmise par BFM-TV. Et une fraction de seconde, on est saisi d’effroi. Comme si la retransmission avait été piratée. L'Elysée téléphone, France 2 trappe la séquence sur Pierre Sarkozy | Rue89 Présidentielle. Les téléspectateurs de l’émission « Complément d’enquête », diffusée jeudi soir sur France 2, n’ont rien vu du rapatriement d’Ukraine du fils aîné du Président.

L'Elysée téléphone, France 2 trappe la séquence sur Pierre Sarkozy | Rue89 Présidentielle

Pierre Sarkozy cache son visage en sortant d’un hôpital d’Odessa, Ukraine, 25 janvier 2012 (Dumskaya.net via Reuters TV) Selon plusieurs sources à France 2, l’émission « Complément d’enquête » diffusée jeudi soir a été « lissée » après une intervention de Franck Louvrier, conseiller en communication de Nicolas Sarkozy. Guéant, les « civilisations » et Letchimy : le licite selon Pujadas | Rue89. « Est-ce que vous approuvez les propos de Serge Letchimy ?

Guéant, les « civilisations » et Letchimy : le licite selon Pujadas | Rue89

» Reposant trois fois cette question à François Hollande sous des formes différentes (« Donc, vous ne les désapprouvez pas ? » ; « Il n’a pas été trop loin ? »), David Pujadas retombe dans le même mode d’interview, déjà déployé avec le syndicaliste de Continental de Clairoix Xavier Mathieu, quand il s’était évertué à demander au syndicaliste s’il regrettait les déprédations commises à la sous-préfecture de Compiègne par des ouvriers à qui la Justice venait de refuser la suspension de la fermeture de leur usine, et avait tenté d’amener le syndicaliste à lancer un « appel au calme ».

Jean-Luc Mélenchon traite David Pujadas de « salaud », le 21 avril 2009. Quand l'Elysée intervenait en faveur de Jean-Marc Sylvestre | Rue89 Présidentielle. Ce dimanche soir, le journaliste Jean-Marc Sylvestre sera un des intervieweurs de Nicolas Sarkozy, lors l’entretien présidentiel multi-diffusé (TF1-LCI, France 2, I-Télé, BFM-TV).

Quand l'Elysée intervenait en faveur de Jean-Marc Sylvestre | Rue89 Présidentielle

Couverture de « La Voix de son maître » (Nova Editions) Dans son livre « La Voix de son maître ? Laissons Audrey Pulvar tranquille! (Capture d'écran : Dailymotion) Raphaëlle Bacqué, éminente journaliste politique du Monde, n’y est pas allée de main morte.

Laissons Audrey Pulvar tranquille!

Dans un article à charge, elle n’a pas hésité à poignarder dans le dos sa consoeur Audrey Pulvar, utilisant de la forme interrogative à outrance pour insinuer dans l’esprit du lecteur l’odieuse connivence dont serait coupable la journaliste de France Inter et chroniqueuse d’On n’est pas couché sur France 2. Car si la forme se veut prudente, le simple fait de publier un papier de sept feuillets sans délivrer de réponse contribue à répandre la rumeur médiatico-politique, basée sur aucun fondement, et entretenir le sujet jusqu’à ce qu’il occupe suffisamment les esprits pour que l’on décide de condamner la journaliste sur la base du brouhaha ainsi répandu… là où l’enquête aurait permis de clore rapidement le débat.

G20 : dormez tranquille, braves gens, le bord de mer est bien protégé ! Scène de genre, cette nuit à Cannes.

G20 : dormez tranquille, braves gens, le bord de mer est bien protégé !

Un groupe de six journalistes sort de l’hôtel Majestic après un briefing off avec la délégation française et le Président de la République, Nicolas Sarkozy. La réunion dure une heure et se termine vers minuit quarante-cinq avec l’arrivée de la Chancelière allemande, Angela Merkel, qui loge dans le même hôtel. Les deux responsables devisent gaiement et montent rapidement dans leur chambre respective. Mauvaise pub pour les prisons : un docu censuré. L’administration pénitentiaire veut tuer un film racontant le déménagement d’une vieille prison vers un centre déshumanisé.

Mauvaise pub pour les prisons : un docu censuré

Depuis le mois de mars, le documentaire « Le Déménagement », de Catherine Rechard, est en attente de diffusion sur France 3 Bretagne. Ce beau film de 54 minutes raconte le déménagement, début 2010, des prisonniers de la vieille maison d’arrêt Jacques-Cartier, à Rennes, vers un centre de détention situé en périphérie de la ville. Christian Latouche, l'homme qui a fait peur aux journalistes de L'Expansion. Les salariés de L’Expansion ne connaissaient pas bien Christian Latouche, PDG discret de Fiducial, un groupe d’expertise comptable.

Christian Latouche, l'homme qui a fait peur aux journalistes de L'Expansion

Peu « portraitisé » par la presse éco. Mais alertés par des confrères de l’extérieur, ils se sont renseignés. Ils l’ont « Googlé », ils ont passé quelques coups de fil, et ils ont commencé à flipper. Ils ont découvert que le possible futur propriétaire de leur journal était un milliardaire originaire de Lyon (65e dans le classement Challenges), aux idées politiques radicales qui flirtent avec celles de l’extrême droite. Le syndrome du larbin, engrais du vote FN. (capture d'écran Dailymotion - juliendusud - cc) Du même auteur Il existe enfin une explication à l’abrutissement des foules, l’atonie des classes dites supérieures face à la montée des injustices, le vote UMP en 2007 et la généralisation d‘un égoïsme social qui sert d’engrais au Front National.

Le syndrome du larbin, engrais du vote FN

Il s’agit d’un mal qui torpillerait jusqu’à sa mort peut être la profession de journaliste. Cette maladie du siècle c’est le syndrome du … larbin. Le larbin souffre d’un comportement pathologique qui lui fait prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celle dont il est issu. Les anti-dîner du Siècle embarqués par la police. Ils s'étaient donné rendez-vous devant le luxueux hôtel de Crillon, place de la Concorde à Paris. Mercredi soir, quelque 70 manifestants, pour la plupart membres du collectif Fini les concessions entendaient protester contre la tenue du dîner du Siècle, le grand raout mensuel et très confidentiel du gratin politique, industriel et journalistique. Ils ont été sèchement cueillis. Encerclement des manifestants (Lesinrocks.com) Parmi les manifestants s'est glissée une poignée de journalistes, dont Geoffrey Le Guilcher qui filme et relate les faits pour Lesinrocks.com.

«Après des contrôles d'identité et une première dispersion imposée par des policiers en civil, un groupe revient. «Il semblerait que vous soyez pédophile»: écoutez ce qu'a vraiment dit Nicolas. Libération publie l'enregistrement sonore intégral du point presse off du président où, pour dénoncer la supposée absurdité des soupçons qui le frappent, il a évoqué la pédophilie imaginaire d'un journaliste.

Analyses et enquêtes à lire demain en kiosque et dans notre zone abonnés. Trois jours pour entendre le «off». Le document du point presse informel tenu par Nicolas Sarkozy vendredi 19 à Lisbonne est à écouter ci-dessus. Mediapart et lexpress.fr l'ont ébruité en prem's lundi soir, vite rejoints par le jdd.fr, puis l'AFP.