Internet

Facebook Twitter

La DCRI censure une page de Wikipédia : succès assuré. L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert avait en son temps souffert de menaces de censure et de plusieurs interdictions de paraître effectives.

La DCRI censure une page de Wikipédia : succès assuré

Ce genre de procédé n’a pas complètement disparu : un contributeur bénévole de la Wikipédia francophone a été contraint de supprimer un article dont le contenu déplaisait à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). L’article sur la station hertzienne militaire de Pierre-sur-Haute est créé en juillet 2009. Ce sera la seule contribution de son auteur, un certain Qvsqs.

Apple

Megaupload : Dotcom et la justice américaine manipulés par le FBI ? Kim Dotcom, le 22 février 2012 (Brett Phibbs/AP/SIPA) Nouveau rebondissement dans l’affaire Megaupload : les mandats de perquisition qui ont entraîné la fermeture des serveurs et l’arrestation de leur fondateur, l’allemand Kim Dotcom, pourraient être entachés d’illégalité.

Megaupload : Dotcom et la justice américaine manipulés par le FBI ?

Dans un document disponible en ligne (en anglais) et communiqué à la justice américaine, le camp Megaupload accuse le FBI d’avoir manipulé la justice et truqué les preuves. L’argument que les avocats du célèbre service de stockage et de partage en ligne – et accessoirement ex-foyer de la piraterie numérique – viennent de soumettre à la cour du district Est de Virginie se fonde sur les documents de l’enquête rendus publics en novembre à la demande de l’Electronic Frontier Foundation, association de défense de la liberté sur le Net.

Selon eux, le gouvernement aurait délibérément trompé la justice en cachant des informations révélant comment les autorités ont « semé » les preuves à charge. Twitter : l'UMP fait fermer les parodies du candidat Sarkozy. La polémique du week-end sur Twitter France s'éclaircit un peu en ce lundi matin.

Twitter : l'UMP fait fermer les parodies du candidat Sarkozy

Pour ceux qui ont passé les derniers jours dans une cave sans wi-fi, résumons: une série de comptes parodiant la campagne et le programme de Nicolas Sarkozy ont été suspendus par Twitter, quelques jours après le lancement du compte officiel du président-candidat: @_NicolasSarkozy, @mafranceforte, @fortefrance, @Sarkozycestfini et @DehorsSarkozy. D'où levée de boucliers, cris à la censure, et montée du hashtag #sarkocensure dans les trending topics français. Comme d'habitude, Twitter a commencé par se tenir à un silence dérangeant, avant de répondre aux sollicitations de Kaboul.fr, le site parodique qui gère depuis 2010 @_NicolasSarkozy et le tout aussi parodique @francoisholland.

L'association Internet sans frontières publie la réponse argumentée de Twitter sur son site. Pourquoi Twitter censure-t-il des comptes parodiant Sarkozy ? C’est la controverse de « twittos » ce dimanche : la sphère francophone du réseau social s’interroge sur la disparition de plusieurs compte parodiques sur Nicolas Sarkozy.

Pourquoi Twitter censure-t-il des comptes parodiant Sarkozy ?

Mécaniquement, le « hashtag » (ou mot-clé) #SarkoCensure est vite devenu le deuxième plus populaire en France. L’association Internet Sans Frontières a dénoncé une « évidente censure » de quatre comptes par le « plus gros réseau social de micro-blogging » : Hadopi : la répression, oui, mais à très bas débit. (Dessin : Louison) La Hadopi était censée lutter contre le téléchargement illégal.

Hadopi : la répression, oui, mais à très bas débit

Mais des beaux discours aux sanctions effectives, il y a un gouffre. Pour un budget 2012 de 14 millions d’euros, la Hadopi a envoyé, depuis moins d'un an et demi, 822 000 mails d’avertissements (la première étape dans l’échelle de sanctions) et 68 343 lettres recommandées (l’étape n°2). Le système Hadopi devant la justice. La lourde machinerie de l'Hadopi a finalement adressé à la justice «plusieurs» dossiers d'internautes selon elle responsables de «manquement à l'obligation de surveillance de l'accès à Internet» .

Le système Hadopi devant la justice

Révélée ce matin par Le Point , l'information a été confirmée par la Haute autorité elle-même. «Plusieurs» , c'est-à-dire «une partie des 165» abonnés dont le dossier a atteint le troisième et avant dernier palier de la riposte graduée confiée à l'Hadopi. Soit 165 abonnés sur 822000 avertis par un premier courrier recommandé et 68343 rappelés à l'ordre par un second au 30 décembre 2011, toujours selon l'Hadopi. «Une personne qui a été avertie deux fois voit son dossier transmis à la Commission de protection des droits [la CPD, chargée de faire interface avec la justice, ndlr], explique-t-on ce matin à l'Hadopi. Les 165 personnes concernées ont ensuite été convoquées et ont pu se défendre, mais certaines ne se sont pas présentées.» Hadopi, une autorité en matière de boulettes. Hadopi, c’est un peu comme une grande baraque très imposante construite dans le désordre le plus complet avec Bozo le clown en chef de chantier.

Hadopi, une autorité en matière de boulettes

Dernier exemple en date, la publication lundi, le jour même de l’annonce de l’envoi des premiers dossiers à la justice ( lire l’article ), du rapport d’expertise rendu par David Znaty le 16 janvier. Ce travail d’audit devait analyser dans le détail les procédures utilisées par TMG, la société chargée de surveiller pour les ayants droit les réseaux peer-to-peer et déterminer si «le mode opératoire utilisé permet l’identification sans équivoque d’une oeuvre et de l’adresse IP ayant mis à disposition cette oeuvre» . En clair, David Znaty, expert judiciaire sur les questions informatiques, devait valider a posteriori le principe sur lequel est basé tout le système Hadopi. Un peu comme si on vérifiait les fondations après avoir posé la dernière ardoise sur le toit.

Commotion, le projet d'un Internet hors de tout contrôle. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Yves Eudes Un immeuble confortable et anonyme, au cœur de Washington, à quelques rues de la Maison Blanche.

Commotion, le projet d'un Internet hors de tout contrôle

Dans une enfilade de bureaux au fond du 5e étage, une vingtaine de jeunes gens, surtout des garçons, travaillent discrètement, dans une ambiance à la fois studieuse et décontractée. Cette petite équipe, composée d'informaticiens, de juristes et de sociologues, est en train de réaliser l'utopie suprême des hackers et des militants libertaires du monde entier : un logiciel permettant la création de réseaux sans fil à haut débit 100 % autonomes, qui fonctionneront sur les fréquences Wi-Fi, sans s'appuyer sur aucune infrastructure existante – ni relais téléphonique, ni câble, ni satellite. Ils seront mouvants, horizontaux, entièrement décentralisés et échapperont à toute surveillance, car le trafic sera anonyme et crypté.

Ah bon, blogueur, c’est un métier? Lu ce matin chez mon copain Gilles Bruno un post déconcertant à propos du Huffington Post, de ses blogueurs bénévoles, d’Anne Sinclair et de la gauche – et entamé à ce sujet un tweet clash dont j’ai le secret avec quelques camarades blogueurs mécontents, en vrac, du capitalisme néolibéral, des injustices injustes, du corporatisme, des avantages fiscaux et, sans doute, de l’odeur du Nescafé froid le matin après une nuit de bâton de chaise.

Ah bon, blogueur, c’est un métier?

Contenu du billet, en substance: bien que cédé contre une mallette de dollars rebondie à AOL, le Huffington Post continue de ne pas rétribuer ceux qui ont construit son succès, les blogueurs. Blogueurs qui, aux Etats-Unis, ont fait entendre leur contrariété – et tenté, bien légitimement, de croquer une part du crumble au passage.

2012 : appel à contributions pour la politique numérique de Hollande. Fleur Pellerin, chargée du pôle « société et économie numérique » au sein de l’équipe de campagne de François Hollande, lance sur Rue89 un appel à contributions pour aider à définir le volet numérique du programme du candidat socialiste à l’élection présidentielle.

2012 : appel à contributions pour la politique numérique de Hollande

François Hollande, au soir du premier tour de la primaire PS, le 9 octobre 2011, Solférino, Paris (Audrey Cerdan/Rue89) Le numérique ne se résume pas une « thématique » appelant un traitement politique. C’est une révolution totale, qui agit de manière « pervasive », c’est-à-dire par sa capacité à se diffuser dans nos vies et dans chaque pan de notre société. Individus, collectivités, entreprises, chacun est amené à prendre part à ce nouvel âge. Le numérique est un formidable levier de transformation vers une société plus ouverte, consciente du monde et solidaire, plus inventive, créative et compétitive. Noms de domaine sensibles : l'AFNIC devra cafter. Le décret d'application de la loi du 22 mai 2011, portant sur la modification de l'attribution de certains noms de domaine en .fr est paru hier au Journal officiel. Il charge l'AFNIC, l'association qui attribue les noms de domaine en .fr, d'une nouvelle mission, consécutive à la supression en octobre d'un article de loi par le Conseil constitutionnel.

On va trop vite ? D'accord, on rembobine. Jusqu'en octobre 2010, il était impossible d'acheter certains noms de domaine en .fr. Internet contre le G8 : « Aidez-nous à garder Internet libre » Zoom : les dictateurs toujours aussi effrayés par la souris. Justice : amende et cachot pour l'équipage de Pirate Bay. Il fallait faire peur, frapper un grand coup et dissuader les potentiels imitateurs : The Pirate Bay, l'emblématique site suédois (du moins créé en Suède...), a subi un grand coup aujourd'hui.

Du moins à première vue. Car en réalité, le site va très bien, tourne toujours, et n'est pas près de lever l'ancre, a priori jetée du côté des Seychelles pour d'évidentes raisons de discrétion.

Facebook

Wikileaks. On n'est pas doués. Neutralité. Hadopi. Filtrage. Identité sur internet. L'Internet tunisien en Ammar. A l'approche des élections municipales du 9 mai, Ammar fait claquer ses grands ciseaux avec un acharnement spectaculaire. Les sites Internet tombent les uns après les autres : d'abord des blogs, puis des sites d'actualité, des médias nationaux et étrangers, et enfin des plateformes de partage de photos ou de vidéos. La toile prend des airs de désert post-apocalyptique. Méchant internet. « Démineurs » : et boum, les pirates. Démineurs contre pirates, voilà le nouveau blockbuster d’Hollywood.

Le producteur français de Démineurs , Nicolas Chartier, à la tête de Voltage Pictures, basée à Hollywood, a fait appel à US Copyright Group, un cabinet d’avocats spécialisé dans la chasse aux pirates, afin de poursuivre des dizaines de milliers de personnes qui ont téléchargé illégalement Démineurs sur Internet. Il faut dire que si ce long métrage, acclamé par la critique, n’a généré que 16 millions de dollars (13 millions d’euros) au box-office américain, il a en revanche eu le vent en poupe sur les sites de partage de fichiers (peer-to-peer), où il était apparu plusieurs mois avant sa sortie en salles.

La con. Maître Tordjman vs Maître Lemaignen envoyé par LibeOrleans. - L'actualité du moment en vidéo. JUSTICE. La condamnation d’Antoine Bardet, alias Fansolo vient d’être confirmée en appel. L’auteur d’un blog potache baptisé «Les amis de Serge Grouard» qui tournait les soutiens du maire UMP en dérision au moment de la précampagne des municipales avait été lourdement condamné en première instance. La cour d’appel d’Orléans a rendu, ce lundi, un arrêt rédigé comme suit. Analyse de wikileaks. Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, vit à moitié caché.