background preloader

Patrimoine des champs...

Facebook Twitter

Les bornes Michelin sauvées par des passionnés - 09/05/2016. Décapitées, morcelées, les célèbres bornes Michelin étaient vouées à la disparition.

Les bornes Michelin sauvées par des passionnés - 09/05/2016

C’était sans compter sur une association parrainée par Yannick Jaulin. Quasi centenaires, certaines tiennent encore debout au bord des routes, épargnées par les hommes, pas forcément par le temps. Beaucoup ont ainsi été décapitées, en partie ou en totalité. Certaines ont encore perdu leur pied et leur chapeau, recyclées en original bac à fleurs aux couleurs locales… Les célèbres bornes de croisement Michelin à la silhouette caractéristique en « champignon » semblaient vouées à une inexorable disparition, sacrifiées sur l'autel de la modernité autour des années 70. « Il en est resté sur les bords des routes au changement de signalisation. On pense que si la DDE estimait que ça ne gênait pas, elle les laissait », explique André Bianco. Entre 100 à 250 € la remise en état repères.

Patrimoine naturel ?

Quelle pertinence des outils de la patrimonialisation des paysages ? GIGOT Mathieu UMR CITERES CNRS/ Université de Tours - Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage. Quelle pertinence des outils de la patrimonialisation des paysages ?

Quelle pertinence des outils de la patrimonialisation des paysages ? GIGOT Mathieu UMR CITERES CNRS/ Université de Tours - Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage

GIGOT Mathieu UMR CITERES CNRS/ Université de Tours Cette communication vise à interroger la pertinence des outils de protection des paysages au regard de la spécificité même de l’objet paysage. Les sites d’intérêt géomorphologique : un patrimoine invisible ? Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.

Les sites d’intérêt géomorphologique : un patrimoine invisible ?

Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org. BERQUE A., 1999, Géogrammes, pour une ontologie des faits géographiques, L’Espace géographique, 4, p. 320-326. DOI : 10.3406/spgeo.1999.1275 CAYLA N., HOBLEA F., BIOT V., DELAMETTE M., GUYOMARD A., 2012*, De l’invisibilité des géomorphosites à la révélation géopatrimoniale, Géocarrefour, 87/3-4, p. 171-186. COATES D.R., 1972, Environmental geomorphology and landscape conservation.

Le patrimoine en bouche : nouveaux appétits, nouvelles mythologies. 15_Paper_FOURNIER_S.pdf. Revue L’Espace géographique 2013/3. Patrimoine naturel et médiations visuelles : les solutions du paysage. 1La présente étude interroge la notion de patrimoine naturel à partir d’une de ses représentations emblématiques, le paysage.

Patrimoine naturel et médiations visuelles : les solutions du paysage

Patrimoine et paysage n’étant pas des objets ontologiques mais bien plutôt des construits culturels, la réflexion porte sur les processus sémiotique et historique qui président à leur invention et à leur mise en relation, ce qui mène à repérer des tensions et des contradictions à l’œuvre dans le procès de patrimonialisation de la nature. 2Nous montrerons qu’un tel procès a pour condition préalable la triple invention de la nature, du regard et du paysage, selon une diachronie dont l’origine remonte, en Occident, au moment de la Renaissance et à l’émergence du paradigme de la modernité, conduisant peu à peu à une conjonction parachevée dans le courant du XIXe siècle entre curiosité intellectuelle, systématisation scientifique et émotion esthétique, condition sine qua non du goût contemporain pour un patrimoine naturel. 1 Le texte de J.

-L. Revue L’Espace géographique 2013/3. Patrimonialiser la nature - Valeurs et processus. Colloque "Patrimonialiser la nature : valeurs et processus" Le colloque "Patrimonialiser la nature : valeurs et processus" est organisé à Pau, le mercredi 7, jeudi 8 et vendredi 9 septembre à l'Université de Pau, amphithéâtre de la Présidence.

Patrimonialiser la nature - Valeurs et processus

Programme définitif et résumés des intervenants Programme définitif au format pdf Résumés des intervenants résumés des intervenants (2.5 MB.) Vidéos des intervenants Lien direct vers toutes les vidéos Toutes les vidéos du colloque sont sur le site : Le programme définitif du colloque a été mis en ligne le 06 septembre 2011. Url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&cad=rja&uact=8&ved=0CCkQFjABahUKEwjC4ZHUloHJAhVMWRQKHYLgCo4&url=

1On assiste aujourd’hui, dans le contexte de la mondialisation, à une multiplication des processus de patrimonialisation à travers la constitution d’aires protégées, réserves ou sites classés dans des pays marqués par la richesse et la beauté des paysages naturels et culturels.

url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&cad=rja&uact=8&ved=0CCkQFjABahUKEwjC4ZHUloHJAhVMWRQKHYLgCo4&url=

En Amérique latine, les statuts et les degrés de protection sont multiples et le patrimoine naturel et culturel constitue une ressource et un potentiel économique qu’il convient de valoriser. Sa protection et sa mise en valeur par le biais du tourisme ne sont pas pour autant exemptes de conflits d’acteurs. La notion de paysage culturel à travers l’analyse de la codynamique patrimonialisation/protection : la vallée de Qadisha et la forêt des Cèdres de Dieu (Nord-Liban) La notion de paysage culturel à travers l’analyse de la codynamique patrimonialisation/protection : la vallée de Qadisha et la forêt des Cèdres de Dieu (Nord-Liban) Territoire profondément marqué par le christianisme maronite, l’ensemble formé par la vallée de la Qadisha et la forêt des Cèdres de Dieu est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité (Unesco) depuis 1998.

La notion de paysage culturel à travers l’analyse de la codynamique patrimonialisation/protection : la vallée de Qadisha et la forêt des Cèdres de Dieu (Nord-Liban)

Les éléments émanant du religieux et du « naturel » s’entremêlent et répondent à la définition des « paysages culturels », considérés par l’Unesco comme des « biens culturels représentant les ouvrages combinés de la nature et l’homme ». Nous proposons de discuter le concept de paysage culturel et son cheminement à travers l’étude de la codynamique patrimonialisation/protection. Quand l’usage fait patrimoine. Vers une patrimonialisation des usages et des paysages culturels ?

Aberdam S., 1990, « Histoire des "usages locaux", 1789-1924.

Quand l’usage fait patrimoine. Vers une patrimonialisation des usages et des paysages culturels ?

Ambiguïté, discontinuités, guide d’exploitation », in Assier-Andrieu L. (dir.), Une France coutumière. Enquête sur les « usages locaux » et leur codification (XIXe-XXe siècles), Paris, Éditions du CNRS, p. 43-68. Assier-Andrieu L. (dir.), 1990, Une France coutumière. Conflits d'usage et processus de patrimonialisation des espaces résidentiels. La Réunion et le Puy-de-Dôme. Les conflits d’usage accompagnent les mutations actuelles des espaces ruraux.

Conflits d'usage et processus de patrimonialisation des espaces résidentiels. La Réunion et le Puy-de-Dôme

Ils signalent en particulier la montée en puissance des usages résidentiels dans les campagnes et les tensions de ceux-ci avec les usages productifs, récréatifs ou de réservation de la nature dans les départements d’Outre-mer comme en France métropolitaine (Perrier-Cornet, 2002). Ils mettent en évidence les évolutions des usages et la concurrence pour l’appropriation des ressources collectives environnementales localisées, constitutives du cadre de vie résidentiel. Ce cadre de vie résidentiel est coproduit non intentionnellement par un ensemble d’acteurs (résidants, entreprises, collectivités locales) (Cornes, Sandler, 1996).

Il est structuré autour de ses infrastructures matérielles et informationnelles. Les enjeux de la patrimonialisation du Parc Naturel des Marais de Santoña, Victoria et Joyel (Cantabria, Espagne) Les enjeux de la patrimonialisation du Parc naturel des Marais de Santoña, Victoria et Joyel (Cantabrie, Espagne)Marais.html[16/11/2014 10:15:11] Cet article a pour objet l’analyse du contexte territorial, législatif, social, politique et idéologique dans lequel se déroulent, depuis un peu plus d’une vingtaine d’années, la restauration et la mise en valeur patrimoniale des Marais de Santoña, Victoria et Joyel, situés dans la Communauté autonome de Cantabrie et qui constituent la plus vaste zone humide du nord de l’Espagne et un très important foyer de biodiversité, aujourd’hui fortement anthropisé.1En dépit de leurs caractéristiques exceptionnelles, ces espaces littoraux marécageux, déclarés Réserve naturelle en 1992 par l’État espagnol et Parc naturel en 2006 par le Gouvernement autonome, ont été longtemps saccagés et détruits par des remplissages successifs, des constructions, des digues et des murs ou des aménagements qui ont fermé les canaux menant à la mer.

Les enjeux de la patrimonialisation du Parc Naturel des Marais de Santoña, Victoria et Joyel (Cantabria, Espagne)

Et al. Patrimonialisation et mise en tourisme des espaces naturels : l’exemple des gorges de l’Ardèche. - 4 - documents est consultable aux archives départementales de l’Ardèche (AD 07), fonds 8 S 127). En terme de processus de patrimonialisation, il est alors intéressant d’observer quelles ont été les réactions suscitées par ce projet et dans quelle(s) mesure(s) la dimension touristique des gorges de l’Ardèche a été mobilisée comme un argument en vue de contrer la réalisation de ce projet. Autour de ce projet, différentes instances s’opposent, notamment le Conseil général de l’Ardèche et la commission départementale des sites. Patrimonialiser la nature : valeurs et processus. Colloque international "PATRIMONIALISER LA NATURE :VALEURS ET PROCESSUS"07-08-09 Septembre 2011Université de Pau et des Pays de l'AdourLaboratoire SET UMR CNRS 5603 L’objectif de ce colloque est d’explorer le processus de patrimonialisation de la nature dans sa composante géographique, son contexte d’émergence, ses enjeux et les valeurs qui le sous-tendent.

La patrimonialisation, mouvement sociétal de grande ampleur tout au long du XXe siècle, peut se définir comme des procédures d'appropriation développées par plusieurs intervenants ou groupes sociaux qui mettent en exergue des valeurs (mémoire, esthétique, singularité…) permettant à des objets d'acquérir la qualité de patrimoine. Ces biens communs à transmettre aux générations futures, prémices humanisés du développement durable, ont connu une expansion sans précédent pour reprendre une expression de Françoise Choay. D’autant que le processus ne se cantonne pas à la protection officielle. 8h45-9h30 Accueil des participants 10h30-12 h.

Valeur, fonction et médiation dans les espaces naturels sensibles : une patrimonialisation inachevée de la nature. Exemples dans les Pays de la Loire. 1Avec l’extension du champ patrimonial de la nature à la biodiversité (Maris, 2010), la protection de la nature revêt aujourd’hui une dimension sociétale planétaire qui tend, d’une part, à l’affranchir des périmètres qui lui ont été initialement réservés (Parc National, Réserves Naturelles, Arrêtés de Protection de Biotopes) au profit d’une logique de réseaux (Natura 2000, trames verte et bleue des lois Grenelle) et, d’autre part, à multiplier les espaces et les acteurs par lesquels ces stratégies de patrimonialisation peuvent s’opérer (espaces naturels sensibles des départements, sites du Conservatoire du littoral ; collectivités locales, associations, propriétaires privés… ). 3Dans un contexte d’écologisation des politiques publiques, plusieurs questions se posent alors sur les logiques de patrimonisalisation en cours et sur le sens donné à la protection : L’ENS, un outil juridique décentralisé et donc différemment approprié Tableau 1.

Figure 1. Tableau 2. Figure 2. Quand le patrimoine fait la « différence ». Processus d'authentification d'un produit local en Toscane.

Patrimoine littoral....

Juin 2013 Patrimonialiser la nature. Patrimoine et vignes. Espaces-naturels-proteges. Art04202. La patrimonialisation des espaces naturels en débat : la réforme du Parc national des Pyrénées (France) 1Depuis près d’un siècle, les périmètres de protection de la nature se multiplient sur fond de prise de conscience de l’impact négatif de l’action de l’homme sur les systèmes écologiques. La politique conservatoire y est concentrée sur la préservation d’espaces et/ou d’espèces remarquables circonscrites dans une zone restreinte. De statut et d’extension variables, ces périmètres souvent inscrits dans des réseaux européens ou internationaux se combinent, se juxtaposent parfois pour créer une mosaïque d’espaces protégés.

En son sein, le parc national constitue la figure la mieux connue, la plus prestigieuse, mais aussi l’une des plus difficiles à saisir tant les modes de construction, les objectifs, les fonctions des parcs nationaux varient dans le temps et dans l’espace. Le parc national a longtemps constitué l’archétype de l’espace naturel remarquable à soustraire à l’action de l’homme. Le Parc national, un sanctuaire naturel relatif Figure 1. Le parc national : un « lieu de mémoire »