Afrique - Agriculture

Facebook Twitter

Les femmes africaines au secours de l’agriculture africaine. L'agriculture africaine a besoin de bras. Les femmes y ont donc leur place et un rôle de plus en plus important à jouer. La campagne « Nous sommes la solution : célébrons l’agriculture familiale africaine » a été lancée à Dakar la semaine passée. Appelée à durer trois ans et à s’élargir progressivement aux autres régions du continent, elle est portée par douze associations de femmes rurales d’Afrique de l’Ouest.

Ce forum propice aux concertations entre organisations régionales et plateformes de producteurs africains a permis d'aborder les questions de souveraineté alimentaire en Afrique: impliquer davantage les femmes dans la production et la commercialisation des produits agricoles semble aujourd'hui être une nécessité pour développer l'agriculture africaine.

Le futur de l'agriculture africaine entre tendances et contradictions. Tidiane Kassé 2010-04-20, Numéro 142 Format imprimable cc S N ALa crise alimentaire de 2007-2008 traîne encore ses effets rémanents.

Le futur de l'agriculture africaine entre tendances et contradictions

L’Afrique en fut pratiquement l’épicentre. Démondialisation. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Démondialisation

La démondialisation est un concept prônant une nouvelle organisation de l’économie mondiale. Elle prend en compte l’augmentation des interdépendances humaines dans le monde mais s’efforce de les soustraire à la domination de la globalisation financière et du libre-échange. Elle vise à rendre plus juste, sociale et écologique l’organisation économique mondiale grâce à de nouvelles règles endiguant les effets néfastes du libre-échange et du néo-libéralisme. Assurance agricole - Inter-réseaux Développement rural. LES TIC AU SERVICE DE L’AGRICULTURE AFRICAINE : Suivi des filières Agricoles et du Commerce International. L’utilisation des technologies de l’information et de communication (TIC) connait un succès croissant en Afrique, assurant un flux rapide et plutôt bon marché d’informations sur l’agriculture et la pêche.

LES TIC AU SERVICE DE L’AGRICULTURE AFRICAINE : Suivi des filières Agricoles et du Commerce International

Une révolution pour le continent, car il y a encore quelques années les informations sur les marchés étaient difficiles à obtenir en Afrique, et très coûteuses compte tenu de l’état des infrastructures de télécommunications et de transports. Les systèmes d’information sur les marchés permettent désormais de recueillir des données sur les prix et sur les volumes des produits agricoles les plus échangés et fournissent un marché bien plus vaste, y compris aux petits exploitants agricoles. Deux grandes initiatives ont vu le jour en Afrique de l’Est : - Au Kenya, SMS Sokini fournit des informations sur les produits agricoles. Le projet est un partenariat entre la bourse kenyane des produits agricoles et l’opérateur de téléphonie mobile Safaricom. L’agriculture africaine : Les voies de la modernisation. Vendredi, 24 Février 2012 16:35 Léopold Nséké À force d’avoir été annoncée à la croisée des chemins, l’agriculture africaine a fini par se perdre, prise dans des vents contraires.

L’agriculture africaine : Les voies de la modernisation

La nouvelle donne initiée par l’irruption des puissances émergentes est une énième chance pour un continent qui pourrait s’offrir le luxe d’être le grenier du monde. À plusieurs conditions, dont la première est la volonté politique. Aujourd’hui, l’agriculture emploie en Afrique 57 % de la population, assure 17 % du PIB et procure, bon an mal an, 11 % des recettes d’exportation. MODERNISATION DE L'AGRICULTURE (ESPACE UEMOA) EN AFRIQUE. La première assurance agricole véritable voit le jour. Pourquoi l’Afrique ne se développe pas.

C’est une lapalissade de dire que l’Afrique est un continent riche, tant elle regorge de ressources naturelles.

Pourquoi l’Afrique ne se développe pas

Même ci celles-ci ne sont pas inépuisables, l’Afrique est encore riche de ses terres en grande partie cultivables et de ses ressources humaines. Et pourtant, elle peine à se développer —c’est le moins que l’on puisse dire.

Wiki

L’agriculture africaine : un état des lieux alarmant. Et pour cause, essentiellement composée de petites exploitations artisanales, l’agriculture africaine est avant tout vivrière.

L’agriculture africaine : un état des lieux alarmant

Non seulement, elle ne sert globalement qu’à satisfaire les besoins locaux, mais de plus, sa production n’a cessé de baisser ces dernières décennies tandis que la population est quant à elle en constante augmentation. De 1,05 milliard estimé en 2011, elle devrait passer à plus de 1,8 milliard en 2050. Le défi pour beaucoup de pays africains, d’atteindre une croissance annuelle de 6% de la productivité agricole d’ici 2015 afin de pourvoir aux besoins alimentaires de l’ensemble de la population de la région, paraît donc quelque peu illusoire à certains. Cela d’autant plus que jusqu’à présent, beaucoup de pays en Afrique ont toujours favorisé les cultures de rente développées pendant la période coloniale et destinées à l’exportation. Fadjri. Micro assurance agricole indicielle : Les agriculteurs ouest africains récoltent leur plate-forme régionale Réduire la fluctuation des revenus des agriculteurs d’Afrique de l’Ouest et lutter contre la dégradation de leurs conditions de vie ; sécuriser les mécanismes de financement de l’agriculture ; concourir à la réduction de l’insécurité alimentaire.

Voilà, en somme, les objectifs recherchés à travers la plate-forme régionale micro assurance agricole indicielle lancée hier à Dakar. Le « production grabbing » et la transnationalisation de l’agriculture (sud-) africaine. 1 OCDE, « Afrique : Priorité à l’agriculture », Paris, OCDE, 2010, www.oecd.org/agriculture. (...) 1Au cours des dernières années, on a assisté à une « redécouverte » de l’agriculture en tant que domaine d’activité stratégique.

Le « production grabbing » et la transnationalisation de l’agriculture (sud-) africaine

Ce secteur s’était vu progressivement relégué au second plan, à la fois dans les agendas de politiques publiques pour qui les mythes d’une croissance essentiellement urbaine et le faible coût des produits agricoles contribuaient à entretenir ce désintérêt chronique, et dans les stratégies des investisseurs privés qui étaient découragés par les faibles marges financières disponibles et les risques inhérents à cette activité1. 2 Cette hausse des dépenses agricoles se fait dans le cadre de l’accord de Maputo. Actualités > Vers la sécurité alimentaire en Afrique - Atelier d’experts.

Terres agricoles sous tension, terres agricoles en extension - Géoconfluences, juin 2011. Libérer le potientiel agricole africain pour nourrir la planète. Par Patrick SEVAISTRE, consultant spécialisé dans le développement du secteur privé en Afrique et chercheur associé à l’Institut Thomas More.

Libérer le potientiel agricole africain pour nourrir la planète

Article publié dan la revue Géopolitique africaine, N°40, troisième trimestre 2011. Le soulèvement populaire au Maghreb et au Moyen Orient est une des conséquences directes de la crise économique qui secoue la planète avec un effet multiplicateur sur les pays touchés par la pauvreté, le manque de liberté ou le chômage des jeunes. Bien que peu évoqué par les medias, le mécontentement de la rue est en réalité étroitement corrélé aux effets de la crise alimentaire, laquelle constitue l’un des principaux facteurs aggravants de l’escalade des tensions. Déjà en 2008, la crise alimentaire qui a concerné la plupart des pays d’Afrique subsaharienne avait provoqué des manifestations contre la vie chère et des émeutes de la faim. 26/12/2011 Des investissements agricoles étrangers difficiles en Afrique. Penser pour agir / Souveraineté alimentaire et politiques agricoles communes en Afrique de l'ouest. 1.

Penser pour agir / Souveraineté alimentaire et politiques agricoles communes en Afrique de l'ouest

La souveraineté alimentaire, une alternative dans le contexte africain 1.1 Le concept de souveraineté alimentaire Il a été lancé par Via Campesina, un mouvement international paysan, qui l’a publiquement débattu à l’occasion du 1er Sommet Mondial de l’Alimentation (SMA) de la FAO en 1996. On distingue la souveraineté alimentaire de la sécurité alimentaire. Cette dernière, appelée « DUN KA FA » en langue Bamanan, est réalisée lorsque chaque individu peut à tout moment avoir un accès physique et économique à une nourriture suffisante en qualité et quantité pour mener une vie saine et active, conformément au droit international des Nations Unies à une nourriture adéquate et au droit fondamental de chacun d’être à l’abri de la faim. Gestion de l’instabilité des prix agricoles en Afrique Quatre conditions d’efficacité des politiques. La volatilité des prix des matières premières agricoles est au cœur des débats sur la sécurité alimentaire mondiale, comme en ont témoigné les recommandations du G20 des ministres de l’Agriculture qui s’est tenu au mois de juin dernier à Paris.

Gestion de l’instabilité des prix agricoles en Afrique Quatre conditions d’efficacité des politiques

Dans ce contexte, nous vous recommandons la lecture d’un article récemment publié par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) dont nous publions ici quelques extraits1. En s’appuyant sur l’analyse de politiques mis en place par certains Etats d’Afrique pour gérer l’instabilité des prix, les auteurs mettent en évidence une série de conditions nécessaires à l’efficacité de ces mesures : elles doivent s’appuyer sur des connaissances solides, être prévisibles pour donner de la visibilité aux acteurs, notamment aux agriculteurs, et leur financement doit être assuré. Les agriculteurs africains sont perdants – leurs Etats louent des terres agricoles à des investisseurs étrangers. On constate avec une grande inquiétude que de vastes superficies sont vendues à des investisseurs ou affermées par Neill MacFarquhar La demi-douzaine d’étrangers qui s’arrêtèrent dans un village éloigné de l’Afrique occidentale apportèrent des nouvelles alarmantes aux paysans vivant au jour le jour: leurs modestes champs qu’ils cultivaient depuis des générations, seraient dès à présent contrôlés par le leader libyen Muammar al Kadhafi et tous les paysans devraient quitter leurs champs.

«Ils nous dirent que cette période des pluies seraient la dernière durant laquelle nous pouvons cultiver nos champs. Puis qu’ensuite, ils raseraient toutes les maisons et prendraient possession des terres» dit Mama Keita, 73 ans, la cheffe du village qui est entouré de broussailles à épines. «On nous a dit que les terres appartenaient à Kadhafi».Dans toute l’Afrique et dans d’autres pays en voie de développement, une nouvelle ruée vers les terres avale d’immenses régions de terres cultivables.

Succès de l’agriculture africaine: grand retour de la noix de cajou africaine sur le marché mondial. L'Afrique a toute sa place à prendre sur le marché des noix, en particulier des noix de cajou, de pécan et de macadamia. Un marché qui connaît une forte croissance grâce à la hausse de la demande en Asie et au Moyen-Orient. Dans ce contexte, l'Afrique peut devenir un acteur majeur non seulement dans la production de ces fruits secs, mais dans leur transformation.

Le continent africain fournit déjà 38% de la production de noix de cajou mais seulement 10% des noix transformées. Aujourd’hui, de nombreux producteurs africains se rassemblent et développent de véritables filières de transformation. Ils contribuent ainsi activement à la diversification de l’agriculture africaine en lui ouvrant des perspectives de développement. Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture. Le financement de l’agriculture en Afrique subsaharienne : une approche globale est nécessaire. Par Paul-Harry Aithnard, Directeur de la Recherche à Ecobank Le cas du cacao illustre, à lui seul, la problématique du financement de l’agriculture africaine. Selon les dernières estimations, l’Afrique subsaharienne devrait produire 2,5 millions de tonnes de fèves, soit 70% de la production mondiale, lors de la campagne 2009-2010 qui s’achève en septembre.

La production croit considérablement dans des pays comme le Nigeria et le Cameroun, avec des variations respectives de 7% et 2,5% par rapport à 2009, pour atteindre 300 000 tonnes et 210 000 tonnes de fèves récoltées. Volatilité des prix agricoles et alimentaires. UN modèle AGRICOLE POUR L’AFRIQUE. Economie - agriculture - Côte d\'Ivoire - Pays le plus riche d\'Afrique de l\'Ouest francophone. Www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/02_rapport_CE_sur_l_agriculture_africaine_07-07.pdf. Economie 104 : Banque mondiale et agriculture - Afrique-demain-org. MALAWI. Ferteleza. Histoire d’une autonomie alimentaire (...)

Amitié sino-africaine: une coopération en expansion constante (2/2) Ces Etats qui accaparent les terres agricoles en Afrique. L'agriculture africaine dans le partenariat France-Europe-Afrique et dans le commerce mondial. Commerce des terres agricoles en Afrique : Une braderie à ciel ouvert. Afrique : La sécurité céréalière en état d'alerte. [Mafiafrique] Consultants sans frontières. 503 Service Temporarily Unavailable. Le Nouvel Afrique - Mensuel d’informations - Un regard positif sur l’Afrique.