background preloader

Bonheur

Facebook Twitter

Dossier documentaire à rendre en janvier. Oral francais. Votre démarche de recherche. Feuille de travail vierge à utliser. Feuille de travail le parisien. Christophe André, psychiatre : «On peut s'entraîner au bonheur» - La Parisienne. « C'est un livre de copains, car quand nous sommes tous les trois, nous parlons boutique !

Christophe André, psychiatre : «On peut s'entraîner au bonheur» - La Parisienne

» explique Christophe André, psychiatre à l'hôpital Saint-Anne et auteur de nombreux livres sur l'estime de soi, la capacité à être heureux et la psychologie positive. Et leur boutique, c'est le fonctionnement du cerveau . Mathieu Ricard, le moine bouddhiste français qui a vécu plus de 27 ans au Tibet, Alexandre Jollien, le philosophe qui habite à Séoul et Christophe André se sont installés quinze jours en Dordogne, dans une maison de campagne au coeur d'un hameau bouddhiste...

Au coin du feu, ils ont échangé leurs visions respectives du bonheur. Enregistrées puis ordonnées, ces fascinantes conversations sont à retrouver dans l'ouvrage « Trois amis en quête de sagesse », publié aux éditions Allary. Feuille de travail partie 20 minute Copie. Journée du bonheur: Le bonheur est-il le fruit d'une réaction chimique de notre cerveau? MEDECINE Pour la science, il s'agit d'une interprétation humaine du circuit désir-plaisir sur la durée...

Journée du bonheur: Le bonheur est-il le fruit d'une réaction chimique de notre cerveau?

Romain Scotto Twitter Publié le Mis à jour le. Feuille de travail partie clés. Le bonheur : sagesse ou hormones ? La sagesse des stoïciens, ou des bouddhistes, nous sert volontiers d'idéal dans notre quête d'une sérénité indépendante de nos vicissitudes émotionnelles ou physiques.

Le bonheur : sagesse ou hormones ?

L'idée que notre bonheur puisse dépendre de sécrétions glandulaires nous choque. Et pourtant… Une frayeur sur la route et, en un centième de seconde, votre corps se réduit à un flash d'adrénaline, tendu vers la survie. La science du bonheur. INFOGRAPHIE - Le bonheur n'est pas seulement dans le pré, il est surtout dans la tête.

La science du bonheur

Les neurosciences dévoilent la chimie de cet état de grâce et s'invitent dans un débat jusqu'alors réservé aux philosophes et aux poètes. Paradoxalement, c'est en étudiant les mécanismes impliqués dans la douleur, la dépression ou les troubles bipolaires que les chercheurs ont découvert certaines sources du bonheur. L'amour, le plaisir, le bien-être, la plénitude, facteurs que l'on considère comme des composants du bonheur, ont des constituants biologiques. Les neurobiologistes ont pénétré les structures cérébrales qui interviennent lorsque les émotions nous envahissent, ils ont observé les rouages mis en jeu dans la régulation des humeurs et décrypté les processus qui s'enchaînent pour nous remplir d'un sentiment de bonheur... ou nous plonger dans celui du malheur.Ces travaux se succèdent depuis les années 1970, grâce aux progrès des techniques d'investigation biologique et de l'imagerie cérébrale.

Le bonheur est un choix, en voici la preuve scientifique. BIEN-ETRE - Une des hypothèses courantes des recherches en psychologie est que nous aurions un seuil de bonheur qui prédétermine en grande partie notre bien-être général.

Le bonheur est un choix, en voici la preuve scientifique

Nous orbitons autour de ce seuil, nous sentant plus heureux lorsque quelque chose de positif survient dans notre vie, et l'inverse, pour retrouver notre équilibre par la suite. Or, il se trouve que ce seuil peut, dans une certaine mesure, être recalibré. Bien que notre humeur et notre bien-être soient en partie déterminés par des facteurs génétiques et culturels, les experts s'entendent pour dire qu'environ 40% de notre bonheur dépend entièrement de nous-mêmes.

Les hormones du bonheur: dopamine, endorphine, sérotonine et ocytocine. Dopamine, ocytocine, sérotonine, endorphine… ces 4 substances chimiques endogènes (produites par l’organisme) jouent un rôle clé dans nos ressentis positifs.

Les hormones du bonheur: dopamine, endorphine, sérotonine et ocytocine

Elles participent à la transmission de l’information dans notre corps, que ce soit entre neurones (elles agissent alors en tant que neuro-transmetteurs) soit via le sang vers les organes (on parle alors d’hormones). Chacune d’elles est sécrétée dans des situations spécifiques et est liée à l’activation d’émotions dites « positives ». En s’intéressant à ces hormones, on peut donc en tirer des enseignements sur les comportements ou situations favorables à leur sécrétion et, en conséquence, sur les attitudes à développer au quotidien…