background preloader

Economie numérique, droit de l'information

Facebook Twitter

Les acteurs de la chaîne du livre à l'ère du numérique (Notes d'analyse 270 - 271 - 272 - Mars 2012. Www.strategie.gouv.fr/system/files/2012-03-19-livrenumerique-auteurs-editeurs-na270_0.pdf. Fiscalité du numérique : vers une taxation des données. Les Creative Commons hackent le droit d’auteur ! Toute la semaine, ce sont les dix ans des Creatives Commons.

Les Creative Commons hackent le droit d’auteur !

L'occasion pour notre chroniqueur Calimaq de revenir sur le projet : réussites, limites et défis à relever. Les licences Creative Commons vont bientôt fêter les dix ans de leur création ! La fondation Creative Commons a en effet été lancée en 2001, à l’initiative notamment du juriste américain Lawrence Lessig, et les premiers jeux de licences ont été publiés en décembre 2002. QCM Droit et documentation. Richard Stallman : interdire le prêt de livre numérique est illégal. C'est l'homme de la défense des libertés dans le monde informatique : Richard Stallman, ambassadeur des licences Creative Commons, de la liberté de partager et du respect du droit des auteurs, n'a jamais caché que le livre numérique lui posait problème. « Je ne suis pas contre le principe du livre numérique à tout prix quels qu'en soient les conditions.

Richard Stallman : interdire le prêt de livre numérique est illégal

Mais si le livre m'ôte de la liberté, je le rejette. Le jour où je pourrai vraiment acheter une copie numérique, en liquide, anonymement, sans passer de contrat, et recevoir un livre capable d'être lu sans logiciel privateur, je serai d'accord pour le faire. Mais si le remplacement du physique par le numérique passe par une privation de liberté, non. » Avec Lettres numériques Lui qui a probablement apporté autant à l'informatique de Steve Jobs ou Bill Gates. L’économie de l’abondance, ou comment le piratage n’est qu’une conséquence logique de la loi de l’offre et la demande « La BI ça vous gagne! L’envie d’écrire cet article n’est pas nouvelle.

L’économie de l’abondance, ou comment le piratage n’est qu’une conséquence logique de la loi de l’offre et la demande « La BI ça vous gagne!

Elle me vient à chaque fois qu’on me demande d’expliquer ou justifier mes idées « provocantes » sur le piratage, le copyright, les brevets, les maisons de disques ou HADOPI. En somme tout ce qui concerne la propriété intellectuelle et plus globalement l’économie de l’intangible, que ce soit pour les films, la musique, les logiciels et même nos prestations de consultants.

Ce que je vais vous rapporter ici, c’est une traduction / vulgarisation de ce qui est pour moi l’idée fondamentale de l’économie du 21ème siècle, rien que ça ! Celui qui a formulé les choses d’une manière qui m’a permis de les comprendre c’est Mike Masnick de Techdirt, dès 2007. Google met de l'eau dans son web. Accord entre la france et google sur les médias © reuters - 2013 C'est une première mondiale : le président exécutif de Google Eric Schmidt a signé vendredi un accord sur la rémunération des médias français indexés par le moteur de recherche américain, sous la houlette de l'Élysée.

Google met de l'eau dans son web

François Hollande avait annoncé que faute d'accord, un projet de loi sera proposé en vue de créer un mécanisme de rémunération au bénéfice des organismes de presse. Quel droit de prêt pour les livres numériques en bibliothèque ? L'arrivée des livres numériques et audio dans les bibliothèques soulève la question d'une nouvelle rémunération des auteurs, à la hauteur de l'emprunt de ces exemplaires.

Quel droit de prêt pour les livres numériques en bibliothèque ?

Les auteurs britanniques, par le biais de la Society of Authors, ont interpellé le gouvernement sur ce vide juridique, « terriblement injuste ». En Grande-Bretagne, les auteurs sont rémunérés au prorata des emprunts de leurs titres papier en bibliothèque : le Public Lending Right (PLR) est « le droit pour les auteurs de recevoir une rémunération [...] pour le prêt de leurs ouvrages par les bibliothèques publiques ». L’alliance de Google avec les éditeurs (1) : les enjeux, les accords. Google numérise : des enjeux considérables.

L’alliance de Google avec les éditeurs (1) : les enjeux, les accords

Téléchargement : partage ou piratage ? Le téléchargement de contenus illégaux tue la culture.

Téléchargement : partage ou piratage ?

C'est l'un des arguments avancés par l'industrie culturelle pour mettre en avant la lutte contre le "téléchargement illégal". Les internautes préfèrent parler de "partage".Voilà où commence la bataille du téléchargement : sur le choix des mots et sur leur ancrage dans l'inconscient des internautes.Et sur chaque aspect de la question du téléchargement, les arguments fusent, parfois dogmatiques et inconciliables. En France, la lutte contre le téléchargement de contenus enfreignant la législation sur le droit d'auteur est incarnée par la HADOPI. La Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet a été crée par deux lois de 2009 et installée au début de l'année 2010. Calimaq S.i.lex, Conservateur des bibliothèques at Profil personnel. Privatisation, expropriation, concession, commercialisation du domaine public : les mots ont un sens. La restriction du domaine public par la BnF, une stratégie absurde et improductive.

Ces derniers temps, on parle beaucoup du domaine public.

La restriction du domaine public par la BnF, une stratégie absurde et improductive

Tant mieux, il s’agit d’un sujet très important et malheureusement très peu protégé juridiquement (mais il faut espérer que ça va changer) alors qu’il est attaqué de toutes parts. Il y a quelques semaines, on a beaucoup parlé du domaine public à l’occasion du passage à la nouvelle année. En effet, au premier janvier 2013, en raison de l’expiration du monopole d’exploitation des œuvres d’auteurs morts en 1942, plusieurs dizaines d’entre eux (et non des moindres) ont vu leurs créations libérées au profit de tous. Orange rachète la totalité du capital de Dailymotion. Dailymotion © Dailymotion - 2013 France Télécom-Orange est maintenant propriétaire de l’intégralité du capital de Dailymotion.

Orange rachète la totalité du capital de Dailymotion

L’opérateur, qui avait acquis 49% du capital de la plateforme française de vidéos pour 58,8 millions d'euros, en janvier 2011, avait également signé un accord prévoyant une option qui lui permettrait d'atteindre 100% en 2013. Orange avait ensuite indiqué qu'il souhaitait exercer cette option. Selon Le journal du net, Orange aurait acquis Dailymotion pour un montant inférieur au prix plafond prévu par l’accord, soit 72 millions d’euro. France Télécom-Orange cherche maintenant un partenaire américain pour se partager le capital de Dailymotion, d'ici la fin du premier semestre 2013. Dailymotion ce sont 150 salariés et des bureaux à Paris, New-York et San Francisco. Les Etats-Unis représentant son premier marché et son principal bassin d'audience, donc son principal axe de développement. Droit d’auteur et bibliothèques / Sous la dir. d’Yves Alix. Analyse d'Anne-Laure Stérin.

Droit d’auteur et bibliothèques / Sous la dir. d’Yves Alix

Droit de l’information : guide pratique. Réalisé par Archimag. – Paris : Serda éditions-IDP, 2010. – 96 p. – (Archimag Guide pratique, ISSN 1242-1367 ; 40). – 95,35 € Le contexte, tout d'abord, pour attirer notre attention sur la mondialisation et le poids de l'économie qui forge, puis cisèle progressivement notre paysage juridique. BnF et domaine public : désaccord majeur. Le petit lien du week-end sera donc une petite revue de liens sur le #fail de la semaine. Une incohérence totale, un abus manifeste, une hallucinante régression à terme. D'autres heureusement, ont pris le temps de l'analyse. L'article qui a tout déclenché. "Filippetti cautionne la commercialisation du domaine public" Actualitté. La réaction et la colère de deux "sages".

The Cost of Knowledge. Livre numérique : de quel droit ? Je suis entré dans la librairie. J'ai choisi mon livre. J'ai payé. Je suis rentré chez moi. Le livre était à moi. BnF: suppression du second exemplaire du dépôt légal éditeur? La baisse des subventions de la part du Ministère de la culture et de la Communication a entraîné la décision de faire des économies à la BnF, à hauteur de 4,4 millions d'euros. Parmi les mesures proposées, on trouve la suppression du second exemplaire du dépôt légal éditeur. De la réutilisation des données culturelles publiques. Google signe un accord avec les éditeurs après 7 ans de procédure. Le CFC devient fournisseur de presse.