background preloader

Albertcombi

Facebook Twitter

Le suicide français ou le bonheur social. Si le bonheur est individuel, c’est d’abord du point de vue de l’individualisme méthodologique, au sens où l’individu est le lieu physique d’un certain sentiment que serait le bonheur.

Le suicide français ou le bonheur social

Ce sentiment de bonheur peut dépendre de milles sources, dont la plus fondamentale mais également la plus négligée dans la littérature se trouve être la société. C’est précisément ce qui distingue le bonheur d’un certain plaisir. Si le plaisir est d’abord et avant tout une sensation agréable qui trouve son origine dans la sensation corporelle, le bonheur est d’abord un sentiment qui trouve son origine dans la société au sein de laquelle l’individu se voit inscrit. Autrement dit, si le plaisir est possible en dehors de toute société, le bonheur est lui ontologiquement dépendant d’une forme de société.

La littérature philosophique a presque toujours choisi d’aborder la question du bonheur d’un point de vue individuel. Bonheur. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bonheur

Le bonheur est un état durable de plénitude, de satisfaction ou de sérénité, état agréable et équilibré de l'esprit et du corps, d'où la souffrance, le stress, l'inquiétude et le trouble sont absents. Le bonheur n'est pas seulement un état passager de plaisir, de joie, il représente un état d'équilibre qui dure dans le temps. C'est un concept qui a été étudié en philosophie, psychologie et sociologie. Définition[modifier | modifier le code] C’est quoi le bonheur. Le mot est employé à toutes les sauces.

C’est quoi le bonheur

L’idée fait rêver tout le monde. Mais que sait-on vraiment du bonheur ? Sur quoi se fonde-il ? Etudes et livres récents offrent de nouveaux éclairages sur l’état heureux. Les lois du bonheur. Depuis l’Antiquité, les philosophes se penchent sur l’art du bonheur.

Les lois du bonheur

Depuis peu, les sciences humaines reprennent le problème sous un nouvel angle. N’existerait-il pas quelques facteurs fondamentaux – culturel, économique, social, relationnel et, pourquoi pas, génétique – qui prédisposeraient certains à être plus heureux, ou malheureux, que d’autres ? Le bonheur : de quoi parle-t-on ? « J’ai connu le bonheur, mais ce n’est pas ce qui m’a rendu le plus heureux », écrivait le malicieux Jules Renard. Et si demain on travaillait heureux ?

Le laboratoire d’idées La Fabrique de l’industrie a étudié les expériences menées un peu partout et il présente aujourd’hui son rapport.

Et si demain on travaillait heureux ?

Et si demain, on travaillait, heureux? Et si, cerise sur le gâteau, être heureux au travail faisait prospérer l’entreprise ? C’est exactement l’objectif que s’est fixé une PME, qui au premier abord ne fait pas rêver. Maille verte, c’est une entreprise de textile, très loin du prêt à porter. Le bonheur en entreprise, ça existe ! Prévenir le stress, c'est rentable. Une salle de gym, des massages au bureau, des cours de gestion du stress : ces initiatives font certes du bien aux employés.

Prévenir le stress, c'est rentable

Cependant, elles sont nettement insuffisantes pour s’attaquer au stress au travail, déclarent les experts. Et encore moins pour réduire l’absentéisme et les cas de burnout. « Ce sont des approches "Tylenol" », affirme Angelo Soares, sociologue et professeur en gestion à l’Université du Québec à Montréal. « C’est comme si on avait une grande fièvre, qu’on était très malade, et qu’on croyait régler le problème avec une pilule!

, résume-t-il. Ça soulage à court terme, mais c’est tout. » Peut-on être heureux au travail ? du 09 août 2016 - France Inter. Marcher pour un peu de bonheur. Marchez, marchez, il en restera toujours quelque chose !

Marcher pour un peu de bonheur

On sait aujourd'hui que l'activité physique est bonne pour notre santé, qu'il s'agisse de celle du corps ou de l'esprit : mobiliser régulièrement son corps semble représenter un facteur protecteur très favorable face à la survenue de nombreuses pathologies comme le cancer, le diabète, la dépression ou l'anxiété… Ce n'est pas une idée nouvelle, mais elle est aujourd'hui largement validée par la recherche scientifique. Régulièrement, de nouveaux travaux sont publiés, comme une étude récente qui s'est penchée plus particulièrement sur les effets psychologiques de la marche. Conduite auprès de 453 sujets, cette expérience avait d'abord montré que la marche, comparée à la station assise, induisait de manière significative davantage de ressentis émotionnels positifs et agréables.

Une pompe à émotions positives. Comment construire un bonheur durable. Il n'est pas nécessaire d'être un observateur très perspicace de la nature humaine pour se rendre compte que certaines personnes sont plus heureuses que d'autres.

Comment construire un bonheur durable

Nous connaissons tous des individus qui semblent malheureux, souvent moroses, irritables et parfois désespérés. Inversement, nous connaissons aussi des personnes qui ont toujours l'air de bonne humeur. L'importance du bonheur. Le jour de son entrée dans l’ordre des Sœurs pauvres de la bien-aimée Marie de Milwaukee en 1933, sœur Cecilia O’Payne rédigea un texte retraçant les épisodes importants de sa vie, les expériences ou événements religieux marquants, et les émotions qu’elle leur associait.

L'importance du bonheur

Les psychologues de l’Université du Kentucky, Deborah Danner, David Snowden et Wallace Friesen, ont étudié ce texte ainsi que 178 autres récits biographiques analogues, pour examiner la relation entre le contenu émotionnel de ces textes et la longévité de leurs auteurs. Leur conclusion étonne : les bonnes-sœurs les plus gaies vivent en moyenne 10 ans de plus que celles ayant trouvé peu de motifs de satisfaction dans leur vie terrestre. Sœur Cécilia O’Payne a aujourd’hui 98 ans. Les bonnes sœurs ne constituent pas un cas isolé. Faust : la quête moderne du bonheur. Qu'est-ce qu'une vie réussie, et quel prix sommes-nous prêts à payer pour l'obtenir ?

Faust : la quête moderne du bonheur

Ces deux questions n'ont cessé de hanter l'humanité depuis la nuit des temps : a-t-on renoncé pour autant à leur apporter une réponse ? Un coup d'œil sur les listes de best-sellers permet d'en douter : le bonheur, avec ses recettes et ses secrets, se vend très bien aujourd'hui. Toute une industrie s'est d'ailleurs développée : ce ne sont plus seulement la philosophie et la religion qui se chargent de notre bien-être, mais aussi la publicité, l'économie, la politique, et la science qui nous promettent désormais des horizons radieux. Chacun aurait droit au bonheur : grâce à la psychologie positive, aux sagesses orientales, par l'exploration spirituelle ou chimique des états de conscience, au moyen de thérapies alternatives et des perles de sagesse des gourous du développement personnel, nous serions tous aux portes de la parfaite satisfaction, et l'accomplissement de tous nos désirs serait imminent.