background preloader

Rapprochement des enseignes

Facebook Twitter

Les distributeurs Ahold et Delhaize disent oui... Ca y est, c’est fait.

Les distributeurs Ahold et Delhaize disent oui...

Après avoir évoqué "des discussions en vue d’un rapprochement" en mai, le distributeur hollandais Ahold (32,8 milliards d'euros) et le belge Delhaize (21,4 milliards) ont officiellement annoncé leur intention de fusionner, marquant une nouvelle étape dans la concentration des distributeurs européens. L’opération va donner naissance à une nouvelle entité baptisée Ahold Delhaize, dont le chiffre d’affaires combiné sera supérieur à 54 milliards d'euros, avec un Ebitda de 3,5 milliards d’euros et une présence incontournable et complémentaire sur la Hollande et la Belgique.

Mais aussi et surtout aux Etats-Unis ou les deux groupes sont implantés depuis longtemps, et où ils réalisent la majorité de leurs ventes. L’activité américaine représente ainsi 33 milliards d’euros soit 60% du total. Les distributeurs Eroski et Dia se rapprochent... La coopérative basque Eroksi (6 milliards d’euros de chiffre d’affaires) et le groupe espagnol Dia (8 milliards d’euros de CA) viennent d’annoncer la signature d’un "accord de coopération" aux achats, pour utiliser leur pouvoir de négociations et faire de meilleures affaires avec les fournisseurs importants de marques espagnoles et internationales.

Les distributeurs Eroski et Dia se rapprochent...

Les produits frais traditionnels et les petites marques locales sont exclues de cet accord précise un communiqué commun des deux distributeurs. Ce travail en commun n’aura pas d’impact sur la stratégie commerciale propre à chacun des deux partenaires souligne le document. Un épisode de plus dans la valse des rapprochements Cet accord intervient alors qu’en France, tous les distributeurs ont noué des accords communs au niveau des achats depuis un an (Auchan avec Système U et Metro, Carrefour avec Cora, Casino avec Intermarché). Nouvelle alliance entre distributeurs. Thierry Cotillard : « L'alliance Intermarché - Casino portera pleinement ses fruits en 2016 », Industrie & Services. Votre nomination préfiguret-elle une nouvelle orientation stratégique pour Intermarché ?

Thierry Cotillard : « L'alliance Intermarché - Casino portera pleinement ses fruits en 2016 », Industrie & Services

Philippe Manzoni a conduit la segmentation de nos formats en ce que nos appelons des « vocations » : l'hyper, le super, la proximité avec Intermarché Express et Contact, le hard-discount avec Netto... Auparavant, nous n'avions qu'un concept, moyen en tout, qui ne permettait notamment pas aux différentes vocations d'exprimer tout leur potentiel. Cela a été un succès puisque sur la période, tous nos formats ont progressé de 15 % environ. Avec le conseil d'administration, nous nous inscrivons dans la continuité, avec la mission de mettre en oeuvre l'évolution de nos magasins décidée lors de notre congrès 2014, à savoir la mise en avant de notre statut de producteurs-commerçants. Quelles sont vos perspectives 2015 ? En 2014, nous nous en sommes plutôt bien sortis. Vous avez créé Incaa avec Casino, une centrale d'achat commune. Auchan-Système U : l’Autorité de la...

L’article que vous souhaitez consulter est en accés réservé.

Auchan-Système U : l’Autorité de la...

Auchan et Système U veulent créer une structure de gouvernance commune. Auchan et Système U veulent muscler leur alliance sur les achats.

Auchan et Système U veulent créer une structure de gouvernance commune

Et pour ce faire, ils sont prêts à aller jusqu'à la création d'une structure de gouvernance commune et à des échanges d'enseignes pour certains magasins, a déclaré vendredi 15 mai un porte-parole de Système U à l'AFP, confirmant des informations du Figaro. Centrales d'achats : l'Autorité de la... L'Autorité de la concurrence vient de publier son avis sur les rapprochements entre Auchan et Système U, Casino et Intermarché, Carrefour et Cora, à la suite des saisines déposées par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron et par la Commission des affaires économiques du Sénat.

Centrales d'achats : l'Autorité de la...

L'Autorité liste les risques liés à ces accords, tels que l'abus de dépendance économique, les risques d'éviction des fournisseurs, etc. A lire absolument... Avec quelques heures de retard, l'Autorité de la concurrence a remis son avis sur le rapprochement des centrales d'achat de Auchan et Système U (via des contrats de mandat), Intermarché et Casino (via la création de la centre d'achats INCAA (Intermarché Casino Achats) ou encore le contrat de mandat confié par Cora à Carrefour. Pour mémoire, un avis n'entraîne aucune obligation. Il s'agit en quelque sorte d'une analyse du marché concurrentiel et de ses risques, sans aucune conséquence immédiate pour les parties. Risques concurrentiels. L’Autorité de la concurrence invite la grande distribution à « corriger ses alliances »

LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Cécile Prudhomme Très attendu, l’avis de l’Autorité de la concurrence sur l’impact concurrentiel des regroupements des centrales d’achat dans la grande distribution (Auchan-Système U, Intermarché-Casino, Carrefour-Cora) a été publié mercredi 1er avril.

L’Autorité de la concurrence invite la grande distribution à « corriger ses alliances »

Dressant une cartographie détaillée des risques encourus sur le marché des biens de consommation, tant en amont qu’en aval, dans un contexte de forte pression sur les prix, le « gendarme » de la concurrence considère que ces alliances pourraient contribuer à réduire la qualité, l’investissement, l’innovation, voire évincer certains fournisseurs. « Il est important que la grande distribution corrige ses alliances pour prendre en compte les risques concurrentiels », prévient Bruno Lasserre, le président de l’Autorité. « Faute de quoi, poursuit-il, l’Autorité de la concurrence pourrait s’autosaisir pour mener une procédure contentieuse pour entente. » L’Autorité de la concurrence n’est pas... Alors que les fédérations d’industriels montent à nouveau au créneau sur les difficultés que rencontreraient les fournisseurs avec les distributeurs, et en appellent à l’action et à l’arbitrage des pouvoirs publics, nous revenons sur le rôle de l’Autorité de la concurrence en matière de relations commerciales.

L’Autorité de la concurrence n’est pas...

Un rôle très limité, puisque son président, Bruno Lasserre, rappelle que la relation bilatérale entre entreprises relève du ministre de l’Economie et de son bras armé, la DGCCRF. Nous republions une réponse de Bruno Lasserre, issue de l’interview qu’il a donnée à LSA Magazine du 23 avril, et deux questions et réponses qui n’avaient pu être publiées (la première et la dernière) faute de place. "En cas de conflit avec une enseigne, les... LSA : La distribution n'est-elle pas dans son rôle en faisant jouer la concurrence et en faisant baisser les prix ?

"En cas de conflit avec une enseigne, les...

Il n'y a d'ailleurs rien d'illégal à acheter au prix le plus bas... Jean-Philippe Girard : Le rôle de la grande distribution est important. En effet, les enseignes doivent proposer la meilleure offre et le meilleur service au meilleur prix aux consommateurs. Le prix constitue donc une variable de sa mission. Le problème aujourd’hui est culturel et organisationnel. LSA : Quels sont selon vous les points sur lesquels la grande distribution ne respecte pas la loi ? J.P.G : Je note d’abord que dans son avis rendu le 1er avril 2015, l'Autorité de la concurrence constate les mêmes faits et pratiques que nous dénoncions.

Grande distribution : Jean-Philippe Girard monte au créneau - Actualités - - RIA. Ne renonçant pas à son combat contre la guerre des prix, Jean-Philippe Girard, président de l'Ania, demande à être reçu par le Premier ministre.

Grande distribution : Jean-Philippe Girard monte au créneau - Actualités - - RIA

Les industriels de l’agro-alimentaire... Quelques semaines après la fin des négociations commerciales annuelles qui se sont achevées le 1er mars 2015, l'association nationale des industries alimentaires (Ania) et 29 organisations représentatives du secteur de l’agro-alimentaire publient ce 26 avril 2015 une tribune contre la grande distribution. Les signataires demandent aux pouvoirs publics de «passer d’urgence à l’action. Nous leur demandons de faire appliquer strictement la loi, de sanctionner les abus de manière dissuasive, de renforcer l’arsenal législatif afin de mieux prendre en compte l’évolution du contexte commercial. Après les paroles, place aux actes !» "La guerre des prix détruit l'avenir de l’industrie agroalimentaire" Longtemps, le sujet est resté tabou.