background preloader

Digital art articles

Facebook Twitter

A Net Art Pioneer Evolves With the Digital Age: Rhizome Turns 20. Petra Cortright, VVEBCAM (still), 2007.

A Net Art Pioneer Evolves With the Digital Age: Rhizome Turns 20

Five years ago, Rhizome, the New York–based nonprofit that has devoted itself since the mid-’90s to the promotion, and later to the preservation, of digital art, took up a cause: the deletion of a video by YouTube. The video itself is inoffensive. A young woman stares impassively at the screen as various cheesy animations pop up—pizzas, lightning bolts, hearts, ice cream cones, kittens. Artist Petra Cortright made the piece in 2007 when she was a student at Parsons in New York; she had just bought a $20 webcam, and was experimenting with its software. When she posted the piece to YouTube she attached tags from an SEO list she’d come across. As a result of having those tags, over the next four years, Cortright’s video got some 60,000 views and numerous comments, many along the lines of “I can’t believe I just wasted two minutes of my life watching this.”

Petra Cortright’s VVEBCAM (2007), as archived on Rhizome’s ArtBase. Il faut sauver les œuvres d’art informatisées avant qu’il ne soit trop tard. Voir des œuvres faites sur Java sur des ordinateurs récents est de plus en plus difficile.

Il faut sauver les œuvres d’art informatisées avant qu’il ne soit trop tard

En photo : Mark Napier, net.flag, 2002. Code interactif en réseau (applet Java applet avec base de données sur serveur). Solomon R. Guggenheim Museum Derrières les portes closes d’institutions d’art des quatre coins de la planète, se cachent des machines à remonter le temps et autres chambres d’investigation. Certaines des œuvres les plus en danger dans la collection du Guggenheim de New York sont aussi parfois les plus récentes. Dans l’espoir de trouver rapidement des solutions à cette problématique pour les 22 œuvres informatisées du musée — qu’il les utilise comme cas d’étude pour énoncer des règles de conduite dans ce domaine —, le Guggenheim a mis en place une bourse d’études de deux ans dédiée à la conservation des œuvres informatisées (Conservative Computer-Based Art, CCBA).

John F. Nouveau, expérimental et interdisciplinaire : ce sont les trois mots-clefs de l’initiative CCBA. Generative / media art reading list. Une Histoire des arts numériques, des nouveaux medias, multimedia, interactif - de 1900 à nos jours. Qu'est ce que "l'art numérique" aussi appelé de différentes façons selon les auteurs ?

Une Histoire des arts numériques, des nouveaux medias, multimedia, interactif - de 1900 à nos jours

De quels héritages historiques et technique les pratiques artistiques qui s'en revendiquent ont-elles bénéficiées ? Pour répondre à ces questions, considérons que dans l'histoire de l'art, les pratiques peuvent être définies par la technique employée : peinture, sculpture, photographie, cinéma, ... Pour autant, définir l'art numérique à partir de l'ordinateur ou du code binaire (les 0101001 qui constituent l'élément de base de l'informatique) est à la fois trop large et trop restrictif. De nouveaux rapports avec le spectateur qui peut alors interagir avec l'oeuvre, de nouvelles formes d'écritures et de créations avec par exemple des dessins à partir d'équations mathématiques ou une oeuvre nourrie par le réseau informatique), de nouvelles formes de diffusion comme des oeuvres "netart" qui n'existent que par et sur Internet ou encore des créations artistiques liées au territoire, "géolocalisée".

[#DIGART] 10 New Media Tumblrs To Follow Religiously. This week we’re exploring the Digital Arts Market (or lack thereof).

[#DIGART] 10 New Media Tumblrs To Follow Religiously

We’re asking the tough questions: What will it take for a sustainable digital arts market to form? Is that even a possibility? L’art assisté par ordinateur par Anne-Charlotte Philippe. Y a-t-il des « faux » en art numérique ? La question du « faux » reste une vraie question, surtout dans la pratique artistique numérique qui se déploie sur les réseau sociaux.

Y a-t-il des « faux » en art numérique ?

On assiste actuellement à une massification de la duplication du contenu comme on peut le voir avec le glitch. Le glitch est l’emploi de caractères typographiques réutilisés, détournés, programmés pour s'afficher dans les statuts de Facebook ou Twitter sous formes de symboles et de motifs graphiques. Et, bien évidemment, ces statuts se retrouvent rapidement copiés-collés et diffusés. Sur les réseaux sociaux, je communique régulièrement sur mon travail en faisant des rappels, des échos, des mentions sur l’origine de mes œuvres. J’ai crée et vendu un faux profil de Marcel Duchamp ; ce compte est bloqué et seul le collectionneur a accès à son contenu grâce aux codes de connexion.

Par rapport à ma pratique personnelle, un « faux » ne serait pas la conception du profil Facebook d’un artiste décédé mais plutôt cette conception faite en mon nom ! Reject Reality and Substitute Your Own: Using Augmented Reality as Art. Thomas Eberwein, “Ghost” (2013) (all photos by the author for Hyperallergic except where noted) Whether you like it or not, the digital invasion of Google Glasses is on its way, bringing the alternate world of augmented reality with it.

Reject Reality and Substitute Your Own: Using Augmented Reality as Art

As the late sci-fi author Philip K. Dick, who I really wish was here to react to the rapidly cyborg-like technology advances, forebodes in his 1978 essay “How to Build a Universe That Doesn’t Fall Apart Two Days Later“: What is real? Because unceasingly we are bombarded with pseudorealities manufactured by very sophisticated people using very sophisticated electronic mechanisms.